14 novembre 2017

Je me suis fait violer

Aucune photo ne peut traduire valablement l'histoire que je vais vous raconter.

Elle fut ma première cliente ce dimanche 12 novembre 2017.

Je vais tenter de reproduire la scène.

Et je vous laisse en tirer les conclusions qui vous semblent les plus pertinentes.

Lire la suite

12:51 Écrit par Pierre JENNI dans Air du temps, Genève, Viol | Lien permanent | Commentaires (65)

29 octobre 2017

Oups !...

images.pngVersion familière du mea culpa selon Wikitionaire

Petite mise au point avant que la rédaction me sanctionne pour mon laxisme sur les blogs.

Lire la suite

19:09 Écrit par Pierre JENNI dans Blogs, Conflits, Feeling, Philosophie | Lien permanent | Commentaires (190)

24 octobre 2017

Bodyworlds

-1.jpg- Dis papa, tu m'accompagnerais à l'exposition sur les corps plastifiés ?

- Mouais... pourquoi pas. Je suis curieux.

 

Lire la suite

26 septembre 2017

Le mythe helvétique d'un Parlement de milice

topelement.jpgJe reproduis ici un article intéressant de la publication mensuelle de l'université de Genève.

Lire la suite

11:38 Écrit par Pierre JENNI dans Berne, Parlement, Politique | Lien permanent | Commentaires (63)

05 août 2017

La vérité même si je mens

ob_c4ab83_hypocrites-620x330.jpgJe suis tombé par hasard - mais le hasard existe-t-il - sur l'émission de ce jour Philo in vivo de la 1ère RTS qui traitait de la vérité. Elle ne m'a pas laissé indifférent. A tel point que je fais une entorse à mon besoin de me faire plus rare ici.

Alice Bottarelli, étudiante en lettres, en était l'invitée avec Molière et Me Marc Bonnant.

 

Je n'ai pu réprimer un sourire en coin lorsque Marc Bonnant a annoncé en toute franchise sa sympathie pour Philinte dans le Philanthrope. Mon cerveau s'est mis en route tout seul avec des analogies, des comparaisons, des prétextes et autres informations plus ou moins encombrantes qui contribuent à se former une opinion qui deviendra notre réalité du moment. Je n'en attendais pas moins de lui, ou de n'importe quel avocat, qui doit forcément développer une capacité hors normes pour le cynisme puisque leur métier consiste à défendre leurs clients envers et contre tout.

Toute ma vie est presque une caricature d'Alceste dont l'arrogance confine à la bêtise ultime qui consiste à croire en une vérité que seule la sincérité, l'honnêteté, l'intégrité et une intransigeance sans faille permettrait d'approcher.

C'est bien mal connaitre l'humain et c'est surtout le meilleur moyen de faire le vide autour de soi.

Qui a raison ? Molière semble suggérer que les deux attitudes, poussées à leur extrême, sont ridicules. Marc Bonnant fait preuve d'une étonnante sincérité en avouant sa préférence pour le mensonge courtois. Il fait l'éloge de la générosité et réclame le retour des belles manières qui permettent le vivre ensemble.

Il semble faire fi des éventuelles conséquences à plus long terme. Sous prétexte qu'il existe autant de vérités que d'individus, il semble se prétendre capable d'évaluer la validité d'un mensonge altruiste qui procède pourtant de la même ignorance car l'humain qui disposerait de toutes les informations n'est pas né.

Je reconnais volontiers la sagesse de Molière qui se rit de ces extrêmes et je vais surveiller à l'avenir mon besoin d'authenticité.

Mais je ne puis réprimer un doute sur les intentions profondes de Me Bonnant qui semble édulcorer un tableau pour mieux y figurer. Ou, pour le dire plus simplement, il tente de se racheter une virginité en justifiant une attitude qui permet aux plus puissants de l'emporter, encore et toujours, car l'égalité est un mythe.

Merci à Alice et Molière de nous rappeler que la vérité se situe quelque part entre Alceste et Philinte et qu'elle ne peut être que quelque chose vers quoi on tend sans jamais l'atteindre.

21:05 Écrit par Pierre JENNI dans Philosophie | Lien permanent | Commentaires (1444)

30 juin 2017

Les gens du voyage

-1.jpgET moi qui pensait me faire plus rare ici, me voilà à réagir. Encore.

Mais j'ai fait la paix avec les trolls et autres cassés de la vie qui ont besoin d'un endroit où ils peuvent causer librement.

Je me suis fait une raison et je renonce à faire de mes billets le motif principal des divers déversements. Alors, n'hésitez plus. Défoulez-vous. Essayez juste de ne pas dépasser les limites qui impliqueraient presque inévitablement la fermeture de la plateforme.

Lire la suite

16:48 Écrit par Pierre JENNI dans Air du temps, Feeling, Politique | Lien permanent | Commentaires (366)

22 juin 2017

DIEU L'innommable...

Le-sans-nom.jpgDIVAGATIONS EN ZIG-ZAG 9

Je termine ici l'hommage à mon père par cette dernière divagation plus tardive. Beaucoup de points d'interrogation un peu plus d'un an avant sa mort. 

Hermann nous a quitté le 21 décembre 2008. Il a succombé à une seconde crise d'AVC après trois semaines d'hospitalisation. Il est parti en paix.

Merci à tous ceux qui ont participé activement à la discussion.

Lire la suite

15:33 Écrit par Pierre JENNI dans Dieu, Philosophie, Religions, Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (38)

15 juin 2017

Créateur, Création, n'est-ce pas tout un ?

DIVAGATIONS EN ZIG-ZAG 8y34x4bq8.jpg

Lire la suite

09 juin 2017

La fin du libéralisme

images.duckduckgo.jpgL’idéologie du capitalisme triomphant validé par l’ensemble des nations, ouvertement ou non, repose sur un pré-requis questionnable : L’individu.

Qui suis-je, si ce n’est un ensemble de particules et d’atomes assemblés selon un schéma hasardeux qui mélange un héritage génétique et un acquis culturel ?

La liberté individuelle, si chère aux libéraux et autres libertaires, suggère que l’individu est le mieux placé pour savoir ce qui lui est favorable.

En face, on a la gauche au sens large qui estime que le bien général passe avant celui de la personne et qu’il est donc nécessaire de renforcer l’Etat et les règles qui permettent une distribution équitable des ressources.

A mon avis, les deux tendances sont à côté de la plaque ce qui semble d’ailleurs se confirmer par les récentes sanctions populaires avec l'élection d'un président français, ni de gauche, ni de droite, ou la renaissance des formations dites populistes pour dénoncer l’incurie du système partisan.

Le salut viendra vraisemblablement de la technologie et de la science qui ont d’ores et déjà tué Dieu et qui permettent de comprendre les raisons de nos limitations.

Dans son dernier ouvrage, « La révolution transhumaniste », Luc Ferry fait la moitié du chemin en espérant sauver ce qui peut l’être, notamment en tentant de ridiculiser Jeremy Rifkin qui annonçait déjà la fin du travail il y a vingt ans.

Mais d’autres, un peu plus pointus et actuels comme Yuval Noah Harari avec son « Homo Deus » nous offrent une analyse non complaisante qui déconstruit tout le mythe libéral et sa main invisible si chère aux tenants de la doctrine.

La question du libre arbitre est plus que jamais ravivée à l’aube de l’intelligence artificielle qui promet de surpasser à relativement court terme la suprématie de l’homo sapiens et fait écho aux premiers doutes relevés par Benjamin Libet dans les années 80 lorsqu’il a pu mesurer la latence entre une décision et la validation par le cerveau.

Qu’on le veuille ou non, l’avenir proche confirmera la supercherie du soi et toutes ces écoles qui fleurissent pour favoriser le développement personnel, ou tous ces psys qui prétendent, ou tentent désespérément, de nous guérir de maux que nous nous sommes construits, en suivant des modes ou des courants de pensée obsolètes.

Reste juste à espérer que la gauche ne récupérera pas ces révélations pour venir nous infliger son idéologie de répartition équitable, aussi insupportable que celle de l’inégalité inéluctable.

 

PS. Luc Ferry donne une conférence à Hermance samedi prochain à la Fondation Brocher.

 

06 juin 2017

Droit à l'erreur féconde ou entropie, le choix de la tolérance.

DIVAGATIONS EN ZIG-ZAG 7tolerance-1.jpg

Lire la suite

11:51 Écrit par Pierre JENNI dans Conflits, Feeling, Philosophie, Politique | Lien permanent | Commentaires (43)