05 février 2014

"Papy boomers" en exil, ça ne vous rappelle rien ?

6a00e550896e09883301310ffd96e6970c-pi.pngC'est avec une telle idée qu' Yves Nidegger a loupé son ticket pour le Conseil d'Etat. En proposant de créer une enclave au Maroc pour permettre aux retraités qui souhaitent vivre leur troisième âge dans un pays au climat plus clément et à moindre frais, il s'est attiré l'indignation générale.

Faut dire que Monsieur Nidegger est UDC. A Genève, c'est presque une maladie. Aux Etats-Unis, ce type de migration est devenu un véritable trend. On se rue en Amérique du Sud et ces pays se tirent la bourre pour attirer cette population par des mesures plus qu'incitatives.

La Thaïlande a déjà fait le pas il y a quelques années en octroyant un permis d'établissement permanent aux étrangers dès l'âge de 50 ans pour autant qu'ils puissent justifier d'une fortune ou d'une rente personnelle parfaitement abordable.

La Thaïlande, j'en reviens justement après deux semaines de farniente sur une plage avec mes filles. Quelle n'a pas été ma stupéfaction au retour de découvrir que j'étais cool. Le climat, la nourriture, le rythme de vie, les sourires, m'ont transformé.

Alors oui, j'y pense aussi. C'est une forme d'aventure, la dernière. Skype et Facetime nous permettent d'être en contact permanent avec nos proches qui seront par ailleurs ravis de venir nous rendre visite dans ces paradis terrestres.

Lisez l'article de la Tdg de ce jour, il vous en dira bien plus ! Et ensuite, si vous le voulez, on pourra continuer à parler d'immigration...

22:37 Écrit par Pierre JENNI dans Air du temps, papy boomers | Lien permanent | Commentaires (32)

Commentaires

Monsieur Nydegger a une conception de la relation femme-homme bien particulière, n'oublions pas qu'il est depuis son jeune âge le représentant officieux de la famille Moon auprès des banques genevoises, vous savez cette secte qui organisait des mariages collectifs de plusieurs centaines ou milliers d'écervelés sans que les partenaires ne se connaissent auparavant !

Je ne parlerais pas des actes commis par ce personnage dans notre cité, il faudrait que ce blog soit interdit aux moins de 18 ans et c'est encore trop jeune, mais c'est un affreux gâchis et il le sait.

Avec un autre membre de l'ordre des affranchis, Monsieur Nydegger fait honte à cette institution et démontre simplement que les électeurs sont aveugles.

De mon coté, j'ai toujours entendu que le voyage forme la jeunesse, lorsqu'il s'agit de militer "politiquement" dans le but d'exiler nos aïeux, là, c'est du ressort de la perversion, il suffit de visiter les endroits colonisés par les retraités nantis, cela se termine bien trop souvent par de la prostitution à grande échelle, c'était un peu le message inculqué à ses disciples, sauf que le maquereau en chef dans ce cas monstrueux, s'est battit un empire de plusieurs milliards, eux tous en Suisse et non au Maroc !

Écrit par : Corto | 06 février 2014

Répondre à ce commentaire

Corto, sur ce coup tu es petit. Nidegger avait 20 ans. Combien de nos amis se sont intéressés dans les années 70 à ces divers mouvements qui florissaient ? Rajnesh qui se nommait Baghvan devrait te rappeler qqch, non ? Et ne vient pas me dire que ça n'a rien à voir.

Et comme les détracteurs de Nidegger n'ont pas grand chose à se mettre sous la dent, ils ressassent cette vieille histoire.

La prostitution ? Encore faudrait-il avoir une prostate. Et ne va pas me dire que les mamys ont des retours de flamme à ces âges. Non, Corto, les retraités ne sont pas la bonne cible à ce sujet.

Écrit par : Pierre Jenni | 06 février 2014

Répondre à ce commentaire

Il y a le Portugal qui très récemment a fait une offre de suppression des impôts pour les retraités qui viendraient s'y établir. Et je pense que de nombreux Suisses qui ne se sentent plus chez eux et qui voient bien que le système médical s'effondre partout par ici en profiteront si l'initiative UDC et Ecopop sont refusées...
D'ailleurs j'en connais un que je salue, et je me demande si je ne vais pas en faire partie un jour ou l'autre...

Écrit par : Géo | 06 février 2014

Répondre à ce commentaire

@ Corto. Bon, ben voilà que tu m'obliges à intervenir. C'est exactement ce que j'appréhendais. Déjà que ma plateforme devient un peu plus trash grâce à toi, notamment, voilà que je suis obligé de te censurer pour tes attaques personnelles parfaitement infondées et plutôt graves.
C'est dommage car j'apprécie ton cynisme et une certaine forme d'humour décalé.

En ce qui concerne Rajnesh, comme un bleu tu tombes dans le panneau malgré mon avertissement et tu y vas de ton refrain : "Lui est mieux que les autres d'ailleurs j'ai plein de potes qui sont parfaitement intégrés..." etc.

Je ne vais pas entrer dans cette polémique. Il faudrait ouvrir un blog dédié à ce genre de causerie, mais je ne suis pas sûr d'y participer.

Écrit par : Pierre Jenni | 06 février 2014

Répondre à ce commentaire

Ce ne sont que des faits confirmés par le système judiciaire genevois, je vois bien que tu tombes toi aussi dans une omerta bien locale et quant au personnel, permets moi de te dire que c'est toi qui est allusif en parlant de rajnesh dont je n'est pas grand chose à battre !

Écrit par : Corto | 06 février 2014

Répondre à ce commentaire

Ceci dit, je ne passe pas mes vacances dans des paradis plutôt connus pour leurs faveurs sexuelles, au contraire je fuis ces enfers alors que toi tu t'y sent plutôt à l'aise, de côtoyer des millions de touristes accompagnés de jeunes souvent mineurs prostitués ne t'empêche pas de digérer les plats locaux !

Mon pauvre, ma crise je l'ai faite à l'âge indiqué sur le manuel, toi tu semble encore égarés dans tes destinations, comme le sont bon nombre de retraités faisant la réputation internationale de la Suisse !

Écrit par : Corto | 06 février 2014

Répondre à ce commentaire

On se calme Corto. Pas besoin d'y aller à la mitrailleuse.
J'ai pris l'exemple de Rajnesh comme j'aurais pu en prendre plein d'autres. Si tu te sens personnellement concerné c'est ton problème.

Pour la Thaïlande, je dois t'avouer que j'avais un peu mauvaise conscience de prendre un avion à trois pour un peu de soleil en hiver.
J'ai passé outre pour mes filles. Je voulais qu'elles découvrent cette destination qui m'avait tant fait plaisir quand j'étais plus jeune. Et je ne regrette rien. Elles ont adoré !
Nous avons choisi un endroit, certes pas intact, mais loin de la faune dont tu parles et nous avons jouis de contacts privilégiés avec des autochtones.

Écrit par : Pierre Jenni | 06 février 2014

Répondre à ce commentaire

Bonsoir Pierre Jenni,

Bien sûr que cette idée de "Papy boomers" en exil me dit quelque chose ... ;o)

Lorsque Yves Nidegger l'avait évoquée, j'avais cru à un gag pour apprendre ensuite qu'il était sérieux ...
Cette idée d'Yves Nidegger m'a fait penser à une mise au rancart des vieux. C'est un peu comme l'élimination d'objets usagés dont on veut se débarrasser et qu'on jette au "ruclon" comme le diraient les Vaudois ... :o(

Franchement cette idée ne me séduit absolument pas, car la retraite ne se résume pas au soleil, à la nourriture et au rythme de vie. La retraite c'est aussi les liens sociaux qu'on a tissés sa vie durant, de sentir la proximité d'amis, de sa famille, la possibilité de pouvoir communiquer avec la boulangère, de partager les mêmes intérêts que les autochtones, d'aller à la cueillette de champignons, de manger une bonne choucroute en hiver, d'aller au concert, au théâtre, de lire des journaux, des livres, de suivre l'actualité, sans parler de l'encadrement médical pour affronter les potentiels problèmes de santé, ... surtout lorsqu'on risque un "coup de pompe au sommet du Col de l'Estérol" ... ;o(

Bref si je peux parfaitement faire une cure d'exotisme d'une quinzaine de jours, il m'est absolument indispensable de pouvoir retrouver mes racines et mon biotope !

Le bonheur est une notion totalement irrationnelle, c'est pourquoi chacun en a sa propre définition. Certains prétendent même qu'il est dans le pré !

Cordialement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 06 février 2014

Répondre à ce commentaire

Ouais, ce pays ressemble plutôt également à une secte, appelons-là la secte des touristes sexuels, endroit où personnellement je n'emmènerais pas des enfants !

Si mes enfants sont confrontés par ma faute à d'autres enfants du même âge accompagnés de clients, souvent de bons suisses également retraités, j'aurais quelques difficultés à me justifier, c'est à dire que d'autres compatriotes accompagnés de jeunes de l'âge de mes enfants se prostituent dans le pays où je les emmènes !

Voilà pourquoi, à titre personnel, je ne fréquente pas les pays dans lesquels la prostitution est endémique et où la peine de mort est pratiquée !

ABE

Écrit par : Corto | 06 février 2014

Répondre à ce commentaire

Et je suis tout à fait calme avec ça !!!

Écrit par : Corto | 06 février 2014

Répondre à ce commentaire

Jean, de toute façon ce tapage est abscons, quantité de retraités suisses vivent déjà à l'étranger, avec le système actuel rien ne les pénalise particulièrement et de nouvelles lois n'y changerait absolument rien. Ce n'est qu'une affaire creuse à la sauce UDC comme d'hab. !

Écrit par : Corto | 06 février 2014

Répondre à ce commentaire

Bonsoir Jean.
J'aime bien vous lire. c'est comme une respiration. Un moment agréable. Vos messages sont imprégnés de savoir vivre et de respect. Merci de venir de temps en temps ici rehausser un peu le débat.

J'ai 56 ans et je n'arrive pas vraiment, voire pas du tout, à me projeter à l'âge de la retraite.
Je pense que pour de nombreuses personnes, les éléments que vous mentionnez sont importants.
Et pourtant, j'observe qu'à partir d'un certain âge et bien, malheureusement, il ne reste plus grand monde autour de soi. Même la boulangère est partie.

Mais là n'est pas vraiment le propos à mon avis. Si vous avez lu l'article, et plus particulièrement l'encart, vous observerez que de nos jours le monde s'est rétrécit à tel point qu'il est possible d'être virtuellement partout presque simultanément. Et je ne vous parle pas de concepts abscons de physique quantique au sujet du don d'ubiquité, mais des outils numériques qui permettent des choses étonnantes.

Vous m'objecterez certainement que le virtuel c'est bien joli, mais il faut aussi du palpable, du concret. Surtout pour des "vieux" comme nous. Et bien là aussi, pas de problème. Toutes les destinations sont accessibles en deux temps, trois mouvements.

Oui, la notion de bonheur est irrationnelle et dépend de chacun. Mais avez-vous gouté à d'autres cultures ? Pas juste le temps de vacances exotiques, mais sur une durée plus conséquente de quelques mois.
Le monde est riche et vaste. Nous avons passé nos vies dans un lieu. C'est merveilleux mais c'est aussi réducteur.

Si, comme de nombreux américains et certainement d'autres dans le monde, je suis tenté par cette expérience, c'est parce que je ressens au fond de moi l'humain avant le citoyen. Lors de mes pérégrinations autour du globe, j'ai réalisé que nos besoins fondamentaux étaient similaires pour ne pas dire identiques. Et j'ai fini par me sentir à la maison ailleurs que chez moi.

J'imagine qu'ils sont nombreux comme vous à s'être offusqués devant les propositions de Monsieur Nidegger. Je le déplore car, si l'on se réfère à cet article et aux nombreuses personnes qui optent pour ces solutions, son idée fait parfaitement sens.
C'est d'autant plus déplorable que, comme j'ai eu l'occasion de le relever dans un débat à GAC, nous aurions bien besoin de gens comme lui au gouvernement.

Écrit par : Pierre Jenni | 06 février 2014

Répondre à ce commentaire

@Pierre Jenni,

Vous l'ignorez sûrement, mais vous êtes l'un de mes blogueurs préférés, par votre ton, votre respect, et votre ouverture, votre honnêteté. Mais de grâce, ne censurez pas Corto, modérez-le si besoin, il est mon sel et mon sourire quotidien :-) Même si, parfois, comme ici, il n'a qu'une vision unilatérale du sujet.

La question pourrait se poser pour de nombreuses personnes âgées ayant des os très malmenés au fil du temps ou victimes de maladies neuro-dégénératives, chroniques, rhumatismales, allergies, dont le gouvernement a bien voulu nous faire cadeau par manque de souci de toxicité de ce qu'il met avec sa bénédiction dans notre assiette.

Le soleil et la mer, donc le sel et tous les minéraux, oligos et différents acides aminés ainsi que micro-nutriments, étant le meilleur remède à de nombreuses maladies et pour des raisons qui m'échappent, totalement refusés par les caisses même sous forme de cure, alors que celles-ci coûtent en moyenne 4 x moins cher !!! qu'une cure à Loèche, imbibée de chlore, de produits chimiques de nettoyage et de nourriture incompatible.

Nous touchons donc là, à un sujet très important sur le plan de la santé ainsi que des coûts générés par une mauvaise médication.

Comment expliquer qu'une personne à domicile alitée, cachectique, et dont la survie dépend de tous ces difféents éléments se voit refuser l'accès par exemple à des ampoules d'eau de mer buvables, alors que sa survie en dépend, alors qu'on injecte chaque jour dans nos hôpitaux, du plasma marin qui lui est remboursé, à toutes les personnes en état de faiblesse avancée ?

Il n'y a strictement aucune réflexion sur le sujet. Un séjour à long terme dans un studio à l'étranger, au bord de la mer qui ne coûte rien ! non pas dans un centre, mais avec ménage inclus pour toutes les personnes qui ne peuvent plus le faire, une nourriture saine dont vous pourrez acheter un poisson sauvage de la baie à 2 euros et un kilo de mangues ou de papaye à 2,50 euros, en profitant du soleil et du miracle de la mer, auront pour effet de régérer les os de plusieurs pourcents, même pour un séjour de 3 mois seulement. Et je ne parle là, par d'un centre de cure, mais d'un simple séjour intelligemment organisé. J'ai vu de mes yeux, dans des analyses, une amélioration en trois mois de 13 % d'os alors que perte de 7 % ici a été constatée dans l'année suivante !

Pour ceux qui l'ignoreraient, la mer a exactement la même composition que le sang, excepté le taux de sel. Ce n'est pas un hasard si elle est notre source de vie, bien malmenée et qui devient si polluée par des produits radio-actifs qui y sont déversés ainsi que tous les produits toxiques utilisés dans nos industries, qu'un jour nous ne pourrons plus même nous y baigner.

Les coûts de santé de nos retraités y seraient diminués d'au moins 3/4. Mais non, l'Etat préfère payer ces 3/4 de plus en augmentant ces coûts de santé via une altération de ceux-ci.

@Jean d'Hôteaux

Je suis restée suffisamment longtemps dans de nombreux pays étrangers, dans des quartiers locaux, pas des hôtels 4 étoiles, à vivre avec les autochtones pour pouvoir dire que la solidarité, les liens sociaux, sont nettement supérieurs à ceux d'ici, pour ne pas dire qu'ici ils n'existent tout simplement pas. Cela dépend évidemment du contexte dans lequel on vit. Mais je peux témoigner que dans les quartiers les plus pauvres, et les plus "sur le terrain" è l'étranger, si on ne vous voit pas passer dans la rue pendant 2 jours, plusieurs personnes viennent frapper à la porte vous demander si vous êtes malade ou si vous avez besoin de quelque chose, même si vous ne les connaissez pas de près personnellement.

Ici, vous pouvez vivre 10 ans d'isolement total sans que personne ne vienne frapper à la porte et crever tout seul chez vous. C'est ainsi.

Vous n'avez pas dû expérimenter les bons quartiers ici et là et n'avez peut-être pas l'expérience de l'isolement de certains de nos très nombreux vieux ou malades.

Ceci aussi est un facteur d'amélioration de la santé plutôt que d'une détérioration menant à faire appel à Exit en fin de parcours.

Il faut y penser et sérieusement, pas avec des concepts relevant d'un manque de connaissance et surtout d'expérience.

Je discutais dernièrement avec une personne de mon âge dans l'allée de l'immeuble. Celle-ci relevait à quel point, le fait ici de faire quelque chose de complètement naturel pour quelqu'un d'autre, impliquait de l'étonnement et des remerciements, alors que pour elle, cela relevait du normal, tout comme pour moi. Cet étonnement est la preuve que plus rien ne va ici de soi, d'humain, de solidaire.

Jusqu'à priver ici, des soins nécessaires à une survie et pourtant peu coûteux, parce que l'UE a décidé que... ils ne servaient à rien, alors que nous n'en faisons pas partie. Et je peux le prouver dans de nombreux domaines.

Écrit par : Jmemêledetout | 06 février 2014

Répondre à ce commentaire

@Géo
«...D'ailleurs j'en connais un que je salue...»

Je n'ai pas encore définitivement arrêté mon choix. Il y a tellement d'options.
Le Portugal (l'Algarve), c'est vrai c'est à 2 h de vol. Les golfs sont pratiquables toute l'année. Le climat c'est excellent 9 mois par année. Le coût de la vie, ben... je vous laisse deviner. Enfin, le multiculturalisme religieux, y savent pas ce que c'est.

Pierre Jenni, me fait effectivement envie avec son histoire de Thailande...

Et puis il y a encore La Nouvelle Zélande (coût de la vie très bas) et qualité de vie élevée. Enfin la Tasmanie... 500000 habitants sur 94000 km2. Ça c'est le paradis pour les vrais amoureux de la nature.

Effectivement, je suis prêt mentalement à faire de la place ici à tous ceux qu'on besoin de travailler.
Pas si crétine l'idée à Nydegger, sauf... que le Maroc, même si c'est "modéré"... autant rester à l'Etivaz.

Écrit par : petard | 06 février 2014

Répondre à ce commentaire

Ce n'est pas la question de savoir si l'idée à Nydegger est bonne ou mauvaise.

Cette idée soulève un problème dont personne ne parle. Comment peut-on vivre une retraite agréable avec 2300 francs d'AVS par mois, et éventuellement un moyen deuxième pilier.

Ne nous voilons pas la face. Dans la classe moyenne, Il n'y a que les fonctionnaires des services publics qui peuvent ou pourront jouir d'une retraite plus ou moins confortable.

Depuis de nombreuses années les caisse de pensions ne rémunèrent que médiocrement le capital retraite. Et le taux de conversion tend à s'abaisser continuellement.

Exemple maximal chez un salarié du secteur privé:
600000 francs de capital LPP à 6.3 %, c'est 37800 francs. À cela on ajoute 27600 francs d'AVS = 65400 francs. Mensualité par treize: Fr. 5300.-, moins les impôts (20%) = 4024 francs.
- loyer, ass mal, et autre... reste à tout casser 2000 pour "vivre comme un roi".

Maintenant prenons le fauché absolu:
12000 francs d'AVS, zéro 2e pilier, + rente complémentaire + loyer + ass maladie + billag, etc, payés par l'aide sociale, reste p'être 1000 francs pour "vivre".

Ici on est pas dans le principe 1/12... c'est plus près de 1/2... entre ceux qui se sont creuvés 45 ans et ceux qui n'ont rien branlé.

Conclusion:
Je pense que celles et ceux qui peuvent s'en aller dans un pays où le coût de la vie est au minimum trois fois moins élevé qu'en Suisse, avec une rente complète de quelque 5000 francs, qui ne sera pas imposée... Ceux-là auront bien de la chance.

Parce qu'ici pour les retraités, ça va être l'enfer !

Écrit par : petard | 06 février 2014

Répondre à ce commentaire

Puisque nous parlons en chiffre, restons zen, le financement des retraites commencent à boité alors que l'économie suisse n'est pas encore touchée dans ses structures, mais déjà malgré cela, nous voyons que les premiers visés seront les plus faibles, c'est une lapalissade. Tout ça pour dire que nos retraités représentent un capital national non exportable car vital pour notre économie.

Combien de retraités en Suisse et quelle masse financière ces derniers rassemblent !

Ne voit-on pas pointer une tentative bien d'extrême-droite visant à moyen terme de décréter des différences de quotas entre les retraités vivant en Suisse et ceux qui souhaitent s'exiler ?

Pour le moment, libre à chacun de faire ce qu'il veut de son capital retraite, sans qu'il ne soit aucune distinction.

Par contre avec les discours de l'UDC, il semble qu'un horizon se dessine distinguant des retraités vivant en Suisse et les autres.

Cela semble viser particulièrement ceux dont le pays d'origine n'est pas la Suisse et qui souhaitent retourner aux bercails pour couler tranquillement leurs retraites !

Pour ce qui en est des soins, quels sont les investissements faits en Suisse en matière de santé et dans quel paradis maritime les personne âgées bénéficierons ce dans quoi elles ont investies toutes leurs vies trouverons des tels standards en matière de soins ?

Écrit par : Corto | 06 février 2014

Répondre à ce commentaire

@Petard,

J'aime bien ce pseudo Petard, il est éloquent :-)

Vous avez parfaitement raison, sauf sur un point :

Pour les retraités ici, c'est DEJA l'enfer. Et bien plus encore pour les handicapés, même ceux qui ont contribué toute une vie à l'AI. Mais c'est surtout dans le Canton de Genève. J'ai toujours douté que cela soit pareil dans les autres Cantons.

J'ai fait une petite recherche récemment sur les droits au SPC, les comportements des fonctionnaires, la communication, les services sociaux et leur courtoisie, voire leur efficacité aux renseignements donnés, entre Genève et Vaud. Pas plus loin.

Et bien, les différences sont flagrantes, à tous les niveaux, que ce soit au niveau des régies et de leur attitude, des logements adaptés ou simplement avec accès pour les personnes à mobilité réduite comme les personnes âgées, de l'attitude des fonctionnaires, des droits et la manière dont ils sont respectés.

Je n'ai pas encore exploré comment l'on traite les gens dans les hôpitaux. Parce que dans le nôtre cela relève parfois de la torture.

Ce que je peux dire, c'est que jusque là, c'est le jour et la nuit et que ce Canton est une honte pour les droits humains les plus élémentaires en permanence, à tous les niveaux de la pyramide.

Ceci dit, je ne choisirais pas la Thaïlande, vouée à disparaître sous l'eau comme la plupart des pays de cette région, même si elle est très belle et qu'on y mange la cuisine la plus délicieuse qui soit :-)

Écrit par : Jmemêledetout | 06 février 2014

Répondre à ce commentaire

La Thaïlande est très loin de "risquer de disparaître sous l'eau", par contre sa situation politique a l'air de se dégrader sérieusement avec peu de chance de se stabiliser dans un avenir prévisible. On sait comment ça commence, et pas comment et quand cela va s'arranger. Les adversaires paraissent assez jusqu’au-boutistes...

Je pense que cette idée de retraite à l'étranger doit absolument rester privée et ne rien devoir à l'Etat, parce que ce sera la porte ouverte à la politique des copains/coquins socialistes. Tu as bien servi le Parti national socialiste suisse, tu as droit au 5 étoiles à Phuket. Voir le résultat pour les apparatchiks du syndicalisme français...
Tu étais UDC ? Un favela à Rio...

Pour les gens au revenu faible, il reste l'esprit coopératif. Cela s'est déjà fait depuis longtemps en direction de l'Espagne...
Reste à s'organiser pour le Portugal. La Nouvelle Zélande et autres destinations lointaines et exotiques ? Il faut un esprit assez jeune pour se montrer pionnier à l'âge de la retraite et ne pas trop compter sur des structures médicales même minimales. Et éviter les zones impaludées, les médicaments sont assez nocifs à moyen terme...

Écrit par : Géo | 07 février 2014

Répondre à ce commentaire

Vous m'étonnez ou alors c'est très Genevois! Est-ce vraiment sain pour tout le monde de vouloir être "riche" ailleurs, parce qu'on ne l'est plus dans son pays!!!!
Tout une vie de labeur c'est aussi savoir préparer sa retraite, ou du moins la constituer. Les voies sont diverses et chacun peut le faire en fonction de sa philosophie développée aux longs des ans!
Vivre en Suisse avec moins de 3'000.--/mois c'est possible! C'est une question de gestion de budget et de mode de vie. (sans aides annexes).

Certes dans les grands centres urbains je vous l'accorde cela relève de l'impossible, mais on peut préparer sa retraite et voir ailleurs, la Suisse est si belle pour profiter un fois le temps de la retraite venue.

Écrit par : Corélande | 07 février 2014

Répondre à ce commentaire

Premièrement, y a t-il une statistique fiable concernant les retraités suisses et permis C ou par exemple, dont les enfants sont suisses, ayant exportés leur capital retraite dans un de ces "paradis" exotique ou pas ?

Écrit par : Corto | 07 février 2014

Répondre à ce commentaire

Corléande, cela me parait plus dans cette société de consommation de où et comment recycler les personnes âgées ?

Leur place est à coté de leur descendance ? Non ??

Dans le Talmud, il est écrit que les parents transmettent aux enfants la connaissance et les grands-parents, la passion !!!

Écrit par : Corto | 07 février 2014

Répondre à ce commentaire

Oui Corto, je crois en ces valeurs de transmission de génération à génération. Pour cela il ne faut ni être dans un EMS, ni à l'autre bout du monde! Donc c'est quelque chose qui se prépare, car cela permet de s'adapter en fonction des évènements.(je n'ai pas de petits enfants) Mais je fais acte de beaucoup de présence et d'intérêts pour ceux qui sont seuls et les petits enfants des autres. (découverte de la nature)

La vie est faite d'étapes et de temps pour tout. Je ne veux pas d'une retraite de consommation, je préfère la contemplation, le partage et le temps pour tout ce que je n'ai pu faire avant!(J'y gagne beaucoup en vitalité, joies et valorisation).

Écrit par : Corélande | 07 février 2014

Répondre à ce commentaire

@Geo

Qu'est-ce que c'est l'esprit coopératif ?

Moi je pencherais pour les Canaries si je devais partir, pour différentes raisons, mais de santé et de mobilité en particulier.

Écrit par : Jmemêledetout | 07 février 2014

Répondre à ce commentaire

Corélande, nous voyons au travers de ce blog que les politiciens tiennent à faire croire qu'ils sont indispensables et à chaque qu'ils interviennent dans le fonctionnement de notre société, il mettent la pagaille, Pierre cherche des accointances tout horizons et il a choisit le plus pathétique des élus de ce canton pour attacher sa barque, c'est normal il débarque et cherche des alliances, seulement là, il ne fait que montrer ses faiblesse et le fait qu'il semble influençable.

Pierre tu as choisis de biens tristes muses, maintenant elles te tienne, d'une certaine façon !

Écrit par : Corto | 07 février 2014

Répondre à ce commentaire

Surtout que le 50% de la clientèle des taxis sont des retraités !

Et voilà notre Pierrot des hauteurs qui roule pour les scieurs de branches !

Bravo

Écrit par : Corto | 07 février 2014

Répondre à ce commentaire

Bonjour Pierre,

Pas trop d'éloges s.v.pl., sachons raison garder ...

Mais votre commentaire contient tout de même une foule de réflexions sur le temps qui fuit et ce que l'on fera de celui qu'il nous reste à vivre, pour peu qu'on puisse réaliser ses projets, car on ne peut décider de tout.

Et puis on jette aussi parfois un coup d'oeil dans le rétroviseur - ce qui doit vous être familier à vous ;o) - pour tenter d'y voir un peu plus clair sur son propre destin. Je ne parlerai même pas du relevé périodique du compteur kilométrique, 56'000 dites-vous ? Il vous reste encore de la marge. Mon véhicule à moi est plus usagé que le vôtre, alors j’essaierai de le tirer jusqu'au bout comme on le dit, si possible sans devoir l'exporter pour agoniser en Afrique du Nord, car ils ne sont pas très tendres avec la mécanique là-bas ...

Je sais, parfois "ça fout le blues" ...
Et oui, la boulangère est partie, mais la mienne également. Faudrait-il pour autant cesser de manger du pain, même si l'on doit parfois se contenter de pain noir ?

Toutes ces réflexions m'inspire la magnifique chanson de Gabin "Maintenant Je Sais" qui résume très bien tout cela, même si l'on est pas obligé d'aimer le personnage ...

http://www.youtube.com/watch?v=orDR4JA91F4

J'en resterai là pour aujourd'hui, car comme me le disait un homme avisé, croisé dans mon parcours professionnel, " Il faut laisser du travail aux générations montantes ".

Bon week-end et cordiales salutations !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 07 février 2014

Répondre à ce commentaire

Cher Jean,
Je ne fais pas dans la flatterie et je vous prie de recevoir gracieusement ces compliments qui viennent du coeur.

La démocratie est un exercice plutôt complexe. En étant plus jeune j'avais des idées bien arrêtées. Aujourd'hui, plus je prends de temps pour approfondir les sujets, plus je suis perplexe. Il m'arrive souvent de voter blanc. Jean Gabin le dit très bien.

Le sujet qui nous intéresse ici n'y échappe pas et je remercie les divers commentateurs pour leurs prises de position intéressantes.

Vous parlez de pain, ou de bonne choucroute en hiver. Vous avez oublié la raclette, la fondue ou le chocolat. Evidemment ces éléments constitutifs de notre culture nous sont chers. Et pourtant...
Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir que mon corps retrouvait une nouvelle énergie après quelques semaines au régime de l'Inde du sud.
Intrigué j'ai consenti à faire une enquête. Et j'ai découvert une sensibilité au blé, seigle et orge, ainsi qu'une légère intolérance au lactose. Je n'en dirai pas plus à ce sujet, vous avez compris mon propos.

Nous pourrions aussi décliner les autres aspects, mais les divers intervenants ont déjà fait pas mal le boulot.

Mon propos est simple. Je demande à ce qu'on laisse la liberté à chacun de choisir la manière qui lui convient le mieux pour finir sa vie agréablement.
La proposition de Monsieur Nidegger n'était évidemment pas de créer une structure d'Etat telle que projetée par Corto, impensable de la part d'un UDC, mais d'engager des tractations avec le Maroc, par exemple, pour faciliter cette option. Le rôle de l'Etat se limite à valider le changement d'adresse et permettre le versement de l'AVS dans le pays de prédilection du retraité.

Je crois me souvenir que son projet allait encore plus loin en prévoyant une enclave pour les requérants d'asile déboutés. C'est limite provocateur dans le débat actuel, mais c'est aussi une façon de ne pas esquiver certains problèmes et les limites que nous avons atteintes à ce sujet. Par exemple les dérives de l'expulsion qui se sont soldées récemment par la mort d'un requérant. Mais c'est une autre discussion.

Écrit par : Pierre Jenni | 07 février 2014

Répondre à ce commentaire

C'est un club de rencontre ?

Écrit par : Corto | 07 février 2014

Répondre à ce commentaire

Jmemêledetout @ "Qu'est-ce que c'est l'esprit coopératif ?" On voit apparaître un peu partout des groupes, surtout de femmes (peut-être parce qu'elle vivent beaucoup plus longtemps que les hommes...), qui cherchent à s'organiser pour vivre ensemble dans une structure commune. Tout est possible et dépend de vous et de votre envie de ce système. Une amie infirmière au long passé MSF (donc habituée à la vie communautaire) avait proposé il y a déjà vingt ans de s'organiser pour acheter en commun avec d'autres amis une maison au Maroc. Cette destination est devenue trop à la mode...

Et bien sûr, cela n'a pas fonctionné...

Écrit par : Géo | 07 février 2014

Répondre à ce commentaire

Corto, après la dure bataille de la votation, cela fait du bien de se lâcher et de revenir aux petits problèmes existentiels. Demain c'est vous!
Moi j'attends le printemps avec impatience pour retrouver mon jardin et mes fleurs, c'est nettement moins agressif que les insultes d'intervenants hargneux!

Écrit par : Corélande | 07 février 2014

Répondre à ce commentaire

Ok Geo, je vois ce que c'est maintenant. Il y en a aussi ici, certains propriétaires en ont construit de ces petites structures et les mettent en colocation pour les retraités. Cela revient beaucoup moins cher à l'Etat qu'un EMS, laisse beaucoup plus d'indépendance et de liberté, mais pas tant que ça, les repas étant pris en commun et préparés par une aide ce qui en exclut les personnes qui ont des allergies ou intolérances alimentaires.

Ca fonctionne assez bien pour certains, pour d'autres pas comme toutes les cohabitations, et ce sont des structures mixtes.

Écrit par : Jmemêledetout | 07 février 2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire