11 août 2014

Traversée de la Rade : Stop à la mauvaise foi !

10_686_jjkphoto.jpgC’est parti. La mauvaise foi domine déjà dans les prises de position sur la traversée de la rade. L’Etat double les coûts sans expliquer pourquoi. Les opposants publient des chiffres totalement fantaisistes et, en plus, ils mentent sans vergogne en prétendant que le tunnel débouchera dans le parc de la Perle du Lac et dans celui des Eaux-Vives. Ils nous servent des photomontages dramatiques totalement déformés qui nous font croire à la disparition des parcs, voire de la Rade toute entière.
 
Il est urgent de rétablir la vérité. D’abord le texte est clair : il parle de l’Avenue de France, du Port Noir et de Malagnou. Aucun de ces trois lieux n’est un parc !
 
Tunnel quai Wilson.JPGEnsuite, les tunnels récemment construits à Vésenaz et Meyrin montrent bien comment un tunnel peut s’immiscer dans la rue existante avec discrétion, en laissant le trafic de proximité passer de part et d’autre sans que la voie n’ait besoin d’être élargie. Rien à voir avec ces bouches géantes et voraces que l’on nous montre.
 
Au contraire des photomontages horribles, les plans des différentes variantes d’accrochage en rives gauche et droite montrent des accès qui se fondent dans les axes existants, sans grignotage des parcelles qui les entourent. Sur la rive droite, l’entrée imaginée avec intelligence par le TCS sur la rue de Lausanne ferait de même et, en plus, délesterait sensiblement le carrefour rue de Lausanne et avenue de France qui est constamment encombré.
 
Nous avons tous besoin que la traversée de la rade se réalise, quel que soit notre moyen de transport. Ceci en fait un sujet sensible et explique que l’on découvre les pires horreurs dans la campagne qui se joue. Mais cela ne justifie pas de tels excès de mauvaise foi.

Commentaires

Vous avez parfaitement raison: Un "tiens ! " vaut mieux que deux "Tu l'auras !"

Et ce contre-projet virtuel, imaginaire et hypothétique du PLR, lancé à la onzième heure, en pleine période de vacances, fait penser à un plagiat de desperados...

Nos ancêtres ont moins tergiversé pour percer le canal de Suez, le canal de Panama, le Tunnel sous la Manche...le Simplon et le Gothard de l'entrepreneur genevois Louis Favre:-)

Écrit par : jaw | 11 août 2014

Répondre à ce commentaire

On peut être en désaccord sur l'utilité de créer une nouvelle voie routière au centre-ville, on peut discuter des coûts et remettre en cause les estimations de l'Etat (par ailleurs très clairement expliquées par René Leutwyler là: http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/Le-TCS-rabote-le-prix-de-la-traversee-de-la-rade/story/24360527).
En revanche, nier que le Port Noir et l'avenue de France sont contigus des parc de Mon-Repos et La Grange, c'est effectivement faire preuve de mauvaise foi..., non ?

Écrit par : Julien Nicolet | 11 août 2014

Répondre à ce commentaire

J'adore !
Maintenant on ne parle plus des parcs en tant que tels, mais de la contiguïté de ceux-ci avec les axes d'accès à la ville.
Merci Monsieur Nicolet de mettre pareillement en évidence la vacuité des arguments des opposants.
A ce stade ce n'est même plus de la mauvaise foi, c'est du déni.
Ce qui est jouissif dans cette votation c'est que, presque à chaque fois que l'on prend connaissance des arguments des opposants, on est un peu plus convaincu de la nécessité de l'ouvrage.
Merci, merci et encore merci. Continuez ainsi et le résultat sera un plébiscite.

Écrit par : Pierre Jenni | 11 août 2014

Répondre à ce commentaire

Restons sérieux, voulez-vous. Si votre seul argument, c'est de dire que les opposants trompent l'opinion en affirmant que des parcs se trouvant à quelques mètres des trémies d'accès de l'autoroute sous la rade voulue par l'UDC (rappelons que le texte contraint un double tube 2x2 voies), c'est bien que vous ne voulez pas vous lancer sur le terrain des autres arguments:
- Un coût démentiel (995 millions estimés par l'État, mais même les 600 millions proposés par les initiants constituerait une dépense inacceptable - rappelons que le MCG disait que 3 millions pour des P+R (soit 300 fois moins !), c'était trop cher.
- Une inutilité complète puisque cet axe ne ferait que doubler le pt du Mt-Blanc à quelques centaines de mètres et ne résoudrait en rien les encombrements pour y accéder, bien au contraire, puisqu'on peut supposer, comme c'est le cas partout, que la nouvelle infrastructure attirerait plus de véhicules automobiles dans ce secteur, qui est, qu'on le veuille ou non, au centre-ville.
- Une vision complètement dépassée de la mobilité, puisqu'axée exclusivement sur la voiture, aucune infrastructure de transports publics ou de mobilité douce n'étant proposée.

Écrit par : Julien Nicolet | 11 août 2014

Répondre à ce commentaire

Oui, c'est bien ce que je disais. Continuez !
Merci pour ce soutien indéfectible.

- L'échangeur du Port Noir est entièrement enterré.
- La sortie sur l'avenue de France est proposée en doublement avec la rue de Lausanne ce qui ne fait que deux voies par axe. Comme sur la photo montage noir-blanc que j'ai trouvée dans le livre de M. Hiler et Mme Bézaguet sur le serpent du Lac.
- Le MCG fait son fond de commerce sur la préférence cantonale. Ce tunnel, contrairement aux parkings sur France, répond aux besoins des Genevois en premier lieu.
- Inutilité complète ? Un peu comme l'autoroute de contournement qui est déjà saturée et que nous devrons élargir j'imagine ?
- Vision dépassée, ciblée sur la voiture ?
Là ça mériterait un développement. Je vais m'y coller dans une prochaine chronique ou sur ce blog. Mais je peux déjà dire que celui qui est dépassé c'est bien l'antibagnole primaire qui ne semble pas réaliser que ces merveilles technologiques ont un avenir radieux puisqu'elles ne trouveront bientôt plus d'opposants en devenant silencieuses et non polluantes.
Mais vous trouverez bien d'autres raisons de les fustiger, ne serait-ce que pour ne pas perdre la face.
Mais dites-moi Monsieur Nicolet, utilisez-vous de temps à autre une voiture ?

Écrit par : Pierre Jenni | 11 août 2014

Répondre à ce commentaire

Ironie de mauvais aloi mis à part:
- Le texte de l'initiative ne dit rien des échangeurs, c'est l'extrapolation du TCS que vous mentionnez et non le texte de base. De plus, un échangeur souterrain, ça ne signifie rien, il faut nécessairement des trémies d'accès à l'échangeur, et d'autant plus nombreuses que l'échangeur est complexe, à moins de vouloir mettre l'intégralité du trafic sous le sol !
- Sur l'inutilité, je ne vois pas le rapport avec l'autoroute qui, elle, peut être considérée comme un axe de délestage. Une traversée au centre-ville ne peut que contribuer à étendre les embouteillages, comme le démontrent toutes les études d'ingénieurs indépendants (cf. http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/La-traversee-de-la-rade-paralyserait-le-centreville/story/23059619).
- Et, pour répondre à votre dernière question, même si je n'apprécie pas trop mêler ma vie privée aux débats politiques, oui, il m'arrive de conduire de temps à autre une voiture et vous serez peut-être surpris d'apprendre que je disposais du permis taxi dans les années 90, lorsque j'en conduisais pour payer mes études à Lausanne.
-> Alors que vos positions sont généralement nuancées, il faudra reconnaître que vous vous êtes engagé un peu vite pour soutenir un projet absurde, par son coût et surtout les erreurs de conception (emplacement, gabarit,...) que ses auteurs ont précisé dans un texte qu'il ne sera plus possible de modifier si par malheur il devait être accepté.

Écrit par : Julien Nicolet | 11 août 2014

Répondre à ce commentaire

Vous dites que les accès sont discrets et où peut-on avoir les documents qui le prouvent? On nous fait voter sur un projet mais on ne nous le présente pas ou si peu. Or, ce qui importe c'est aussi de savoir à quoi ressembleront les accès à ce tunnel et donc de connaître l'impact du projet sur l'environnement urbain.
Quant à la discrétion que vous affirmez, il me semble, à vous lire, qu'elle est celle perçue par un automobiliste. Avez-vous déjà essayé de franchir les carrefours formés par des tunnels en tant que piéton? C'est très pénible et désagréable. Je le fais quotidiennement à Pinchat. Les accès y sont tout à fait hostiles au piéton, qui, en plus, grâce aux interminables feux dont Genève a le secret, patiente de longues minutes dans la puanteur des pots d'échappement et les décibels de moteurs. La rade est un lieu de délassement, de promenade, sans doute le plus agréable de l'agglomération et vous avez le projet d'y planter là une infrastructure routière, genre highway (enfin subway)?
Il n'y a pas d'antibagnole primaire, il y a eu un urbanisme dans les années soixante qui a fait entrer la voiture en nombre dans les villes, en les forçant (villes anciennes pas faites pour le trafic automobile), trottoirs rétrécis, plantations d'arbres supprimées pour élargir les chaussées et lignes de tramways supprimées. Il y a maintenant dans la plupart des villes européennes, sauf à Genève, un mouvement contraire qui souhaite rééquilibrer les transports en faveur d'autres modes de locomotion. On réinstalle des tramways et on installe des parkings relais aux entrées de ville, projet retoqué à Genève, on rend les bords de l'eau à la mobilité douce (piétons et vélos) et on en éloigne les voitures (le contraire du projet de la rade), on prône le transport multimodal, voiture + tramway, train + vélo, etc. sauf à Genève.
On installe des zones piétonnes, même à Athènes ou Nicosie, mais peu à Genève. Ah oui, Athènes, une bonne partie du centre est devenu piéton - il s'agissait de permettre la circulation d'un site archéologique à l'autre - il y a une vingtaine d'années, avant même que le métro soit construit. c'est quand même une agglomération de 4 millions d'habitants, totalement bordélique et sans beaucoup de moyens. Alors sin on fait cet effort à Athènes, pourquoi pas à Genève? Il y a même des politiciens dans cette pauvre Genève maltraitée pour croire à l'avenir radieux de la voiture, elles ne sont toujours pas silencieuses et polluent toujours. Le tunnel sous la rade ou comment avancer à reculons! Oui, il enlaidira les environs de la rade et donc, les environs des parcs et du lac, oui, il engendrera du trafic supplémentaire en centre ville, oui, il aura un impact sur l'environnement!

Écrit par : Inès Gaulis | 12 août 2014

Répondre à ce commentaire

Monsieur,

et de dire (TCS et initiants) que ce tunnel à 2x2 voies n'augmentera pas d'une seule unité le nombre de véhicule ce n'est pas de la mauvaise foi ?

Car 2x2 voies en plus c'est quasiment doubler la capacité actuelle du Pont du Mont-Blanc (2 voies en direction de Rive et 3 voies en direction de la Gare/Versoix).

"On" nous dit qu'avec la traversée de la Rade "on" prendra des mesures pour réduire la circulation sur le Pont du Mont-Blanc. Vous y croyez vraiment que l' "on" va laisser une seule voie en direction de Rive ? "On" ne conservera qu'une seule voie sur Chantepoulet ? et une sur les quais ?

Arrêtons la mauvaise foi, oui, celle des initiants et du TCS

Bien cordialement et bonne campagne.

Écrit par : Philippe Calame | 12 août 2014

Répondre à ce commentaire

Monsieur Calame,

L'augmentation des transports individuels motorisés est programmée. Le rapport mobilités 2030 prévoit près de 30 % de TIM en plus à cet horizon. Grand Genève oblige.
Alors oui, évidemment il y aura plus de voitures à Genève. Mais où allez-vous les mettre ?

Le doublement de capacité est une nécessité pour rendre le trafic plus fluide, diminuer la pollution et permettre enfin de dédier le noyau urbain à la mobilité douce.

En ce qui concerne le pont du Mont-Blanc, vous devez savoir qu'il ne répond plus aux normes de sécurité et qu'il devra faire l'objet d'un ravalement profond qui prendra du temps. Durant ces travaux sa capacité sera sérieusement hypothéquée et dédiée à certains ayants-droit.
Le tunnel deviendra naturellement la voie la plus rapide pour traverser.

Je défends une philosophie d'encouragement à l'inverse de la politique de dissuasion mise en place depuis plus de 15 ans qui a produit des effets opposés à ceux désirés. En voulant décourager les gens à utiliser leur voiture par des obstacles artificiels, nous avons réussi à engorger complètement la ville, transports publics compris évidemment.

Observez Zurich pour ne donner que cet exemple. Vous y découvrirez avec stupéfaction que les couloirs de bus ne sont pas délimités par une ligne pleine. Il est possible de tourner sur route ou dans les petites rues adjacentes partout. Et lorsqu'il y a une bordure de site propre, on la rabaisse sur un petit tronçon afin de permettre aux voitures de traverser pour rejoindre une ruelle perpendiculaire.

Il est vraisemblable que le tunnel de la rade augmente provisoirement la circulation sur cet axe qui deviendra une alternative intéressante à l'autoroute de contournement parfois saturée. Ce qui, au passage, confirme que cet axe est bien relié au réseau autoroutier contrairement à ce que semblait relever Monsieur Nicolet plus haut.
Nous avons pris beaucoup de retard et n'avions pas anticipé l'évolution et les besoins de la route.
Je vous rappelle que les crédits ont été validés par la Confédération pour l'élargissement de cette autoroute.
Et espérons qu'à terme le bouclage de la traversée du lac se fera. Même si nous ne serons plus là pour le voir.

Écrit par : Pierre Jenni | 12 août 2014

Répondre à ce commentaire

Madame Gaulis,

Je vous remercie pour votre commentaire.
L'initiative 152 propose un concept qui est intégralement repris d'un projet de 2004 parfaitement élaboré. Elle reste souple dans sa formulation pour les aménagements, échangeurs et trémies d'accès. Tant mieux.
Je vous encourage à prendre connaissance du cahier spécial du TCS qui développe très en détail ses propositions d'accès notamment en dédoublant les sorties rive droite sur la rue de Lausanne et l'avenue de France.

Pour ce qui est du visuel, il vous suffit de voir ce qui a été fait à Meyrin et Vésenaz pour vous faire une idée objective de l'impact de ce type d'ouvrage sur la voirie.

Non, je ne suis pas à priori un automobiliste. Bien au contraire puisque je circule la plupart du temps à vélo ou simplement à pied.
Dans une de mes premières chroniques mobilité à la TDG que j'ai intitulée "la tyrannie du piéton", je dénonce justement l'attitude de ces privilégiés qui n'hésitent pas à arrêter un poids lourd pour faire valoir leurs droits.
C'est parfaitement absurde, tant en termes d'environnement que de respect de l'autre.

Oui, les piétons et les cyclistes doivent souvent patienter dans la puanteur des pots d'échappements. La raison en est simple, la ville est paralysée. Le tunnel va permettre de retrouver la fluidité que nous connaissons l'été durant toute l'année. Pour le bonheur de tous.

Concernant le transfert modal et le rééquilibrage, j'observe plusieurs choses :
- La capacité de la voirie est atteinte au centre ville. On ne peut pas y développer plus les transports publics.
- Les brimades incitent à la résistance. L'encouragement fait appel à l'intelligence.
- A certaines heures les transports publics sont bondés. Certains reviennent à la voiture préférant la qualité de leur espace privatif au gain de temps potentiel relatif.
- Genève a fait sa mue. Le réseau des trams est presque optimal (16). Le tunnel permettra enfin de finaliser en supprimant les véhicules parasitaires de l'hypercentre.

Et c'est bien ce qui cloche avec les opposants. Ils s'opposent à la seule mesure qui permettrait enfin de dégager le centre et les quais. Grâce au tunnel la circulation sur les quais va considérablement diminuer. Pour le plus grand plaisir des amateurs de la plage des Eaux-Vives qui pourra être réalisée dans la foulée.

Écrit par : Pierre Jenni | 12 août 2014

Répondre à ce commentaire

"Le MCG fait son fond de commerce sur la préférence cantonale. Ce tunnel, contrairement aux parkings sur France, répond aux besoins des Genevois en premier lieu."
Je suis Genevois, mais je n'ai pas besoin d'un pont du Mont-blanc bis qui ne fera rien d'autre que de plomber les finances de l'Etat, puisque la confédération ne nous versera pas un centime pour cette genevoiserie.
La solution pour délester le centre ville, c'est de développer les transports publics. Allez donc voir dans d'autres villes européennes...

Soyez donc raisonnable M. Jenni, juste raisonnable, nous sommes en 2014 !

Écrit par : Jacphil | 12 août 2014

Répondre à ce commentaire

Monsieur Jenni,

Vous avez raison, le tunnel permettra + de passages d'une rive à l'autre, mais alors pourquoi le TCS dit le contraire ? Ce n'est pas de la mauvaise foi de leur part (pour ne pas faire peur aux habitants du centre-ville) ?

Écrit par : Philippe Calame | 12 août 2014

Répondre à ce commentaire

J'espère que tous les amoureux de la décroissance vont voter oui à EcoPop.
Il faut, en effet, être cohérent avec ses idées.
Réduire le nombre de voitures sera une des conséquences de l'acceptation d'EcoPop.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 12 août 2014

Répondre à ce commentaire

Les opposants à l'initiative UDC sont les mêmes qui s'opposait à la votation sur l'immigration massive du 9 Février 2014 ?
Une des conséquences de la libre circulation et l'augmentation de la population en Suisse est justement l'augmentation du nombre des voitures.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 12 août 2014

Répondre à ce commentaire

Les Verts, opposés par principe au MCG, vont-ils aborder pour une fois dans leur sens et approuver leur combat contre les frontaliers, utilisateurs uniques de leur véhicules ?

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 12 août 2014

Répondre à ce commentaire

Construire un pont ou bien un tunnel, ne serait-ce pas une occasion pour créer des emplois, alors même que Genève est le canton qui compte le plus de chômeurs ?

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 12 août 2014

Répondre à ce commentaire

@Philippe Calame: Rendez donc à César ce qui lui appartient.

Le TCS ne prétend pas qu'il ne peut pas y avoir plus de trafic d'une rive à l'autre grâce à la construction de ce nouveau tunnel; il a simplement relevé que le rapport officiel de 2004, sur lequel est basée l'IN152, ne le prévoyait pas. Le fait est que ce tunnel permettra à environ 30'000 véhicules de traverser chaque jour: heureusement ! Et pour les autres passages urbains(Mont-Blanc, Coulouvrenière, Sous-Terre, Butin), le Canton aura enfin le choix de ses aménagements, de sa mobilité, avec une flexibilité qui aujourd'hui n'existe malheureusement plus du tout. Et c'est bien là tout le problème: à force de s'écharper pour au final ne rien décider, on en est arrivés au blocage actuel.

Le 28 septembre, l'occasion est belle de dire enfin. OUI !

Écrit par : Henri-Pierre Galletti | 12 août 2014

Répondre à ce commentaire

Je discutais ce matin avec un ami pro-tunnel, qui terminait son plaidoyer par: les anti-tunnel devraient s'éclairer à la bougie et reprendre un cheval! Devant la pauvreté de cet argumentation, je me dois de réagir sur ce blog. En admettant que le tunnel fluidifierait le trafic (ce qui n'est pas démontré), tous ceux qui renoncent à la voiture pour cause de circulation impossible seraient tentés de la reprendre, ce qui à court/moyen terme créerait les mêmes embouteillages. On fera quoi là? Peut-être reprendre le projet délirant de voies express le long du Rhône et du lac? (cf TDG Highway sur Jet d'eau du 07.07.2014) Je pense que si M. Jenni avait pu le faire à l'époque, il aurait sans doute voté pour ce projet, avec les conséquences que l'on peut imaginer aujourd'hui. Mais surtout, le coût pharaonique du tunnel (sans compter l'éventuel prolongement au-delà de Malagnou), alors que Genève est le canton le plus endetté de Suisse et ne parvient même pas à financer la maintenance de ses écoles et la rénovation de ses bâtiments pour les mettre aux normes écologiques. Non, non et non à ce projet rétrograde!

Écrit par : Jean-Pascal Moret | 12 août 2014

Répondre à ce commentaire

Monsieur Nicolet, comme l'indique le titre de son blog est favorable à la décroissance. C'est un sujet que je traite sur mon site.
www.pierrejenni.ch/page/19-croissance-decroissance-croissance-zero
www.pierrejenni.ch/page/58-chomage-et-solidarite

Si les images de la bougie et du cheval sont un peu caricaturales, elles indiquent une direction, un choix de vie, que je ne conteste pas forcément mais dont il faudrait assumer toutes les composantes.

C'est marrant mais j'observe souvent que les promoteurs de la décroissance sont aussi parmi les plus fervent "geeks", consommateurs effrénés des dernières technologies.
Je reste étonné qu'ils ne soient pas capables d'imaginer la voiture de demain qui existe déjà et qui relèguera nos véhicules actuels aux antiquités du siècle dernier.

L'automobile n'a pas 150 ans d'histoire. Son avènement provoqua un immense attrait qui n'a cessé de croître et qui continue aujourd'hui pour le sentiment de liberté et d'indépendance qu'elle offre.

Ce n'est donc pas elle qu'il faut accabler de tous les maux, mais son usage à certains moments et à certains endroits.
Le bon sens suggère donc d'y renoncer dans les centres urbains. Mais pour que ce soit possible il s'agit d'offrir des alternatives crédibles, compétitives et enthousiasmantes.

Le tunnel est justement là pour ça. Il permettra de fluidifier le trafic des transports publics en leur dédiant plus largement les ponts du centre et il rendra le noyau urbain beaucoup plus convivial et engageant pour ceux qui privilégient la mobilité douce.

Écrit par : Pierre Jenni | 14 août 2014

La mauvaise foi consiste surtout à faire voter un chèque en blanc de plus d'1 milliard aux genevois pour un projet inutile et qui plombera les finances du Canton durablement. Fini la rénovation des écoles, le développement des transports publics, les investissements dans la santé et l'éducation durant de longues années, mais ca vous vous gardez bien de le dire aux électeurs!

Mauvaise foi quand tu nous tiens....

Écrit par : David Rochat | 12 août 2014

Répondre à ce commentaire

@H-P Galleti,

le TCS dans sa brochure sur la traversée écrit en 1ère phrase en gras et gros caractère sur son étude du trafic : "La traversée de la rade que propose l'initiative IN 152 ne va pas augmenter le trafic entre les deux rives." (source : http://www.tcs.ch/fr/le-club/pres-de-chez-moi/geneve/1media/cahier-special-etude-rade-oui.pdf en page 5)

Donc le TCS est-il de mauvaise foi ? Il semblerait puisque tout le monde ici dit le contraire !

Écrit par : Philippe Calame | 12 août 2014

Répondre à ce commentaire

Monsieur Moret Jean-Pascal,

Je me permet de réagir justement parce que je suis dans la situation que vous évoquez.
D'emblée, je signale que j'ai encore mon permis de conduire et qu'il est valide.

Depuis plus d'un an, je n'ai plus de voiture, après en avoir eu une pendant 20 ans.
Ce n'est pas parce que soudain, il y a un pont ou un tunnel, que je vais décider de m'en acheter une à nouveau.

Ayant pris la destination de la Roumanie à plusieurs reprises, j'ai constaté le vide au centre de Budapest, Hongrie, laissé grâce justement à la réalisation d'une autoroute de contournement.

Avant cette possibilité, le centre ville de Budapest, Hongrie, était parsemé d'embouteillages.

De plus, le visiteur étranger, était totalement perdu à cause du système peu compréhensible de la signalétique hongroise, indiquant une autoroute par des numéros.

Ce n'est pas parce que votre ami est un imbécile heureux que vous devez vous interdire de voter oui au projet de tunnel, même s'il est proposé par ce parti, l'UDC, le mal absolu.
(je n'insulte pas votre ami, je constate, tout comme vous).

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 13 août 2014

Répondre à ce commentaire

Cher Monsieur,
Je ne pensais pas à une personne dans votre cas, sans voiture, mais à quelqu'un qui en a une, qui hésite de la prendre pour aller en ville et qui renonce à cause des embouteillages.
Quant aux exemples que vous donnez, Budapest, vous mentionnez une autoroute de contournement, ce qui ne sera pas le cas du tunnel sous la rade qui ne sera pas relié aux autoroutes mais sera en pleine ville. J'ajoute que je ne serais pas contre une grande traversée qui elle, serait connectée au réseau autoroutier. Je termine en vous assurant que ce ni à cause de mon ami, ni à cause de la provenance de l'initiative que je suis contre ce projet. C'est simplement une question de bon sens
Bien à vous

Écrit par : Jean-Pascal Moret | 13 août 2014

La mauvaise foi c'est de passer son temps à dire partout que Genève vit au-dessus de ses moyens, que avec la dette il faut arrêter de dépenser et proposer un ouvrage, dont l'utilité n'est pas démontrée, à 600 millions, sans avoir indiqué la provenance du premier franc, bon prenons ça d'ou ça vient. C'est de la démagogie électorale comme le projet PLR d'ailleurs.

Écrit par : Gilliéron | 13 août 2014

Répondre à ce commentaire

Il est bien intéressant de tous vous lire,

Je remarque que passablement d'arguments, parfois pourtant contraires, tiennent bien la route, pour ainsi dire...
Ce qui me frappe est un phénomène que je qualifierais de "courte vue". Qu'est-ce 20 ans, 30 ou 50 si ceux qui suivent doivent payer à nouveau (voir encore) pour ce qui a été "pensé court" (voir le passé Genevois des 50 dernières années)?
Au lieu de me lancer dans les critiques ou l'analyse des mécanismes qui ont rendu notre ville immobile, je préfère plutôt proposer quelque chose (ceci sachant bien que les chances sont quasi nuls, ne serait-ce que de trouver un interlocuteur intéressé et intéressant afin d'en débattre): une étude urbanistique (et existentielle) portée sur les 1000 prochaines années s'étendant de Lausanne à Annecy avec Genève au milieu.
Faute de pouvoir éduquer une majorité qui n'a d'autres préoccupations que son "pouvoir d'achat", afin de poursuivre dans un système basé sur une mobilité qui ne cesse de s'accroître, il faudra bien faire quelque chose si nous voulons continuer dans la voie de la croissance éternelle (hic). Pont ou tunnel, par les eaux ou les airs, une traversée s'impose, c'est un fait.
Mais pour pouvoir réfléchir correctement, il serait éventuellement nécessaire d'avoir un peu de coeur (ou la volonté de vouloir donner quelque chose à la postérité), d'aimer sa ville avec ses habitants avec une capacité visionnaire qui dépasse celle qui ne serait, finalement, utile qu'à une tranche très réduite de la population
Personnellement, ne croyant pas aux miracles, si l'on arrivait déjà à éviter de confier notre "mobilité" à ceux qui s'en sont occupé jusqu'à présent, l'on ferait déjà une grande traversée... Mais pour cela, le vote n'existe pas!

Écrit par : Schnegg Edgar | 13 août 2014

Répondre à ce commentaire

Le CEVA a été devisé, nous avons voté en connaissance de cause, pour une infrastructure concernant un projet de transport public en commun soutenu par la Confédération, ce qui n’est pas le cas du tout pour le projet UDC, ces seuls arguments suffisent à mettre un point final à votre question, et au passage à ma réponse.

Écrit par : Gilliéron | 14 août 2014

@Rochat/Gilliéron : C'est du CEVA que vous parlez ? :o)

Écrit par : hahaha | 13 août 2014

Répondre à ce commentaire

Mea culpa, monsieur Moret, vous avez raison.
C'était le matin de bonheur que je vous ai lu.

"J'ajoute que je ne serais pas contre une grande traversée qui elle, serait connectée au réseau autoroutier."

Nous sommes deux, c'est déjà pas si mal.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 13 août 2014

Répondre à ce commentaire

Victor et Jean-Pascal,
Je vous renvoie au premier commentaire de Jaw. Un tiens vaut mieux que deux tu l'auras.

Evidemment, la grande ceinture autoroutière est importante. Seulement voilà, elle coûte 4 fois plus cher, ne peut être financée par des privés, n'est pas inscrite au programme de la Confédération de 2030 et concerne principalement le trafic de transit.

Il est aussi faux de prétendre que la traversée de la Rade n'est pas reliée au réseau autoroutier. Comme à Marseille, en plein centre ville, le tunnel permet de rejoindre les autoroutes Blanche et A1 très directement. Soit par la rue de Lausanne ou bientôt la route des Nations qui rejoindra l'échangeur du Grand-Saconnex, soit par la route de Malagnou.

C'est la raison pour laquelle j'ai suggéré que cet ouvrage serait plus sollicité que nécessaire dans un premier temps puisqu'il permettra d'assurer cette liaison provisoire en attendant l'élargissement de l'autoroute de contournement programmée et la traversée du Lac qui viendra bien un jour.

Mais la mission du tunnel sous la rade n'est pas la gestion du transit international. C'est juste la petite bouffée d'air qui permettra enfin de rétablir de la fluidité, et donc diminuer les nuisances générées par les véhicules immobilisés (bruit et pollution), et dédier l'hypercentre à la mobilité douce.

Je sais, je me répète. Mais apparemment il y en a qui ne veulent pas entendre ou bien qui ne lisent pas attentivement.

Écrit par : Pierre Jenni | 13 août 2014

Répondre à ce commentaire

Mais pourquoi Pierre, pensez vous que la confédération paierai alors que nos conseillers aux états, font tout ce qu'ils peuvent pour tout bloquer au sujet du canton qui les a envoyé à Berne ?

Cramer et Maury-Pasquier ne sont pas à Berne pour les électeurs genevois.

Archives : "En 1996, le parlementaire Robert Cramer s’était opposé avec véhémence à tout projet de traversée de la rade, que ce soit par un tunnel ou par un pont. "

Source : http://www.litra.ch/fr/News/Les-News--les-communiqus-de-presse/Newsmeldung?newsid=5005

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 13 août 2014

Répondre à ce commentaire

Victor, je vous encourage à approfondir votre recherche notamment en prenant connaissance du rapport final 2004 du groupe de travail présidé par M. Cramer sur le contournement de Genève.
Comme vous le relevez sur le blog de John, M. Cramer s'est engagé à suivre les conclusions de ce rapport qui sont sans appel : C'est oui à la traversée de la rade en tunnel !
ge.ch/mobilite/media/mobilite/files/fichiers/documents/publications/Contournement_Est_de_Gen%E8ve_-_rapport_final_du_groupe_de_travail.pdf

Lorsque nous parlons de financement, il faut bien comprendre que les autoroutes sont du ressort exclusif de la Confédération et celle-ci n'a encore jamais validé de partenariat avec le privé. Récemment encore une telle proposition a été rejetée pour le Gothard.

Il est vrai que nos conseillers aux Etats n'ont pas fait preuve d'un grand engagement pour défendre les besoins de Genève. On pourrait penser que M. Cramer marche à reculons et fait le contraire de ce qu'il prétend. Il est certainement en bonne partie responsable du rejet de l'inscription de la traversée du lac au programme 2030.

Mais le Conseil d'Etat porte aussi une grande responsabilité. Mme Künzler n'a jamais tenu compte des remaques de l'OFROU sur l'absence de projet de développement du quartier de la Pallanterie qui devait proposer un échangeur.

Mais la question qui se pose ici ne concerne pas (encore) cette traversée du Lac, mais bien celle de la Rade dont nous avons un urgent besoin. Ne serait-ce que pour pallier au mieux à l'incurie de nos élus.

Écrit par : Pierre Jenni | 13 août 2014

Répondre à ce commentaire

Merci Pierre de confirmer mes craintes.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 13 août 2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire