14 août 2014

Tunnel de la Rade, analyse politique sommaire

Plage Cramer.jpgEn observant les différents camps en présence, je me suis interrogé sur l'absence des milieux économiques dans le débat. Et pourtant la mobilité est un des éléments centraux de l'économie.

Il ne faudra pas chercher trop loin. Nous assistons à la déliquescence du politique qui perd de plus en plus de crédibilité auprès de son électorat.

Le PLR en est ici un des exemples les plus frappants. On le sent nerveux, à s'agiter dans tous les sens pour tenter de retenir les dissidents tels que M. Barth, exécutif de Veyrier, fidèle aux principes de son groupe qui n'hésite pas à afficher son soutien au tunnel en rejoignant le comité du TCS ou M. Jeannerat, directeur de la CCIG qui s'exprimait dans Le Temps du 11 septembre 2013.

www.letemps.ch/Page/Uuid/80ab89a8-1aed-11e3-bf1a-fc6369dd209c/Les_milieux_économiques_plaident_pour_une_traversée_de_la_rade

et sur son blog : blog.ccig.ch/la-ccig-soutient-linitiative-pour-une-traversee-de-la-rade/

Les projets d'élargissement du pont du Mont-Blanc, ou plus récemment de la relance de la traversée du Lac, témoignent de cet égarement du PLR.

La droite se trouve coincée entre son besoin de réduire la dette et continuer à investir dans les infrastructures indispensables au bon développement économique de notre région. C'est ainsi que, disciplinés, en rangs serrés derrière les mots d'ordre du parti, les milieux économiques se taisent. Ils n'osent plus trop parler du Grand Genève, fond de commerce du MCG qui les déborde par la droite.

Et pourtant, le problème financier n'en est pas un. Monsieur Barthassat m'avouait l'autre jour que des investisseurs Quataris le suppliaient de pouvoir financer un ouvrage pour traverser le lac. Ils savent bien que le rendement serait assuré par un péage automatique au moyen de caméras et leur mise de fonds garantie par l'Etat.

Les arguments des opposants qui actionnent la fibre sociale des Genevois en prévoyant la réduction drastique des investissements pour la santé, l'éducation et les transports publics sont donc parfaitement infondés.

La gauche ne fait pas mieux. Fidèle à son crédo égalitaire elle prône le nivellement par le bas en entassant tout le monde dans des bétaillères odorantes et inconfortables en niant l'impossibilité matérielle pour de nombreux citoyens d'utiliser les transports publics. Notamment les personnes à mobilité réduite qu'en d'autres circonstances elle utilise comme fond de commerce.

Les Verts ne demandent pas moins que l'éradication de la voiture. Allez, tout le monde sur des vélos ! Ou à pied, ça vous fera les mollets. En parfaite incohérence, ils s'empêchent de voir leur rêve se réaliser puisque le tunnel est le seul moyen de vider le centre des véhicules motorisés parasitaires.

Bref, il ne faudra pas s'étonner que les vieilles recettes des partis ne fonctionnent plus. L'électorat ne s'y retrouve plus. Droite, gauche, ça ne veut plus rien dire. Et le MCG en profite largement en se profilant comme ni de droite, ni de gauche.

12:48 Écrit par Pierre JENNI dans Genève, Humeur, Mobilité, Politique, rade, votations | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

mais oui un tunnel, un gd pont style St Francisco, un pont du mont blanc avec huit pistes (voitures, vélos,scooters,piétons.

Mais vite une solutions pour tous...

Cela me fait penser que les politiques cantonaux et ceux du village de Saxon en Valais ont mis 70 ans pour une route de déviation pour éviter le vieux village très étroit (largeur d' une voiture sur 200m). Une route qui monte à Sapinhaut appartenant un grand bout au canton et un petit bout au village, mais la totalité aux riverains mis en danger tout ce temps là.

Voilà une Genève qui se déchire les projets de moins de voitures, plus de voitures.

C'est moi qui aura l'étude du projet...Tais toi c'est pas machin mais c'est truc.

Finalement RIEN puisque tous se voient le génie des eaux l'aimant bleu. Debleu! Bissig M. PH

Écrit par : philemon | 15 août 2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire