12 septembre 2014

La route des Nations

3415-NAT-DRA-030-_96H_Photo-800.jpgEtonnamment personne n’en parle dans le débat sur la traversée de la rade. A part Monsieur Zaugg, opposant qui ne semble pas réaliser à quel point il est contradictoire.

Et pourtant cet ouvrage majeur a reçu l’aval du Conseil d’Etat en 2005 et suit les prescription de l’OFROU qui est responsable de la gestion autoroutière et donc de la jonction entre la route des Nations et le tunnel de Ferney par l’échangeur du Grand-Saconnex.


Cette énorme pénétrante de 2 x 2 voies arrivera jusqu’à l’ONU par l’avenue Appia. Faut-il vous faire un dessin pour comprendre que le prolongement sur le tunnel de l’avenue de France s’impose.

L’idéal serait de modifier sensiblement le projet d’accès en déplaçant la trémie nord sur le haut de l’avenue de France évitant du même coup le carrefour de la rue de Lausanne et permettant la liaison directe avec le haut de l’avenue de la Paix, l’avenue Appia et la route des Nations ainsi que l’axe tangentiel de l’avenue Giuseppe Motta. Alors disposerons-nous enfin d’une véritable ceinture urbaine et de plusieurs liaisons autoroutières.


Pour vous faire une meilleure idée, visitez : ge.ch/mobilite/politique-de-la-mobilite/les-grandsprojets/
les-grandes-infrastructures-routieres/route-des-nations-e...
2

17:50 Écrit par Pierre JENNI dans Genève, Mobilité, Politique, rade, votations | Lien permanent | Commentaires (7)

Commentaires

Merci pour ce complément d'info. Quand on y met de l'imagination et de la volonté politique beaucoup de choses sont possibles.

Écrit par : hommelibre | 12 septembre 2014

Répondre à ce commentaire

Cher Monsieur Jenni,

Vous le savez sans doute trop bien ... une initiative constitutionnelle ne peut être modifiée, si ce n'est par le peuple, même pour l'améliorer ... dans le cas de l'initiative formulée (ce qui a toute son importance) sur la traversée de la rade, le projet est clairement définit ... il n'est pas possible de prétendre faire différemment, ceci étant pour garantir la juste expression de l'expression des droits politiques ... difficile en effet d'imaginer qu'un Parlement (encore moins une administration) puisse interpréter l'intention du vote du peuple ... à tous les coups ce serait une histoire à finir devant les tribunaux avec une certitude que d'être débouté ...

La bonne fois oblige à dire que le projet sera comme il est proposé ou pas du tout ... le problème majeur me semble être encore la lisibilité du projet pour le peuple ... la brochure ne contenant en effet pas de tracé ou de détail précis du projet du groupe de travail (...). Ceci étant lié au fait qu'il n'y a pas eu de vrai étude de faisabilité y relatif, car il s'agissait d'un scénario et rien de plus ...

Pour ce qui en est de la connexion avec la route des Nations .... il n'y a pas de raison de raccorder celle-ci à un ouvrage de traverses lacustre du moment où sa raison est d'être une pénétrante en provenance du périphérique (autoroute de contournement) et non une voie de transit supplémentaire au cœur de Genève. Pour mémoire, la route des Nations à pour vocation de libérer la route du Grand-Saconex afin d'y construire le tram Nations - Grand-Saconnex - Aéroport/Ferney en site propre ...

Bien à vous

Boris Calame
Député au Grand Conseil de la République et canton de Genève

Écrit par : Boris Calame | 13 septembre 2014

Répondre à ce commentaire

@Boris Calame: Cher Monsieur, il est nécessaire de corriger vos affirmations "juridiques" erronées, qui de toute évidence visent à démontrer le caractère immuable du texte de l'initiative pour la traversée de la Rade.

Il faut d’emblée rappeler que l’initiative 152 soumise au vote le 28 septembre prochain, n’est que partiellement formulée, comme l’a souligné le Conseil d’Etat dans son rapport sur la recevabilité. Elle doit donc être considérée dans son ensemble comme non formulée au sens du droit constitutionnel genevois.

Il s’ensuit que le Grand Conseil sera chargé de la préciser et que toutes les améliorations sont possibles. C’est dans sens que le TCS a travaillé, afin de faire de la traversée de la Rade une infrastructure optimale pour Genève.

Ces questions juridiques étant rétablies, permettez un commentaire un peu plus direct sur votre approche:

Qui veut faire quelque chose trouve un moyen ; qui ne veut rien faire trouve une excuse.

Écrit par : Henri-Pierre Galletti | 15 septembre 2014

Répondre à ce commentaire

Monsieur Calame,

Essayé pas pu ? Avant même que Monsieur Galletti ne vous remette en place, pouvait-on lire votre contradiction entre une initiative formulée et définitve et un projet ne contenant pas de tracé ou de détail précis.

J'adorerais comprendre votre motivation cachée derrière des arguments pour le moins discutables qui ne font que valoriser indirectement la position des promoteurs de la traversée.

Vous parlez de pénétrante pour la route des Nations. Comme ça doit vous faire mal d'imaginer une telle artère de la taille d'une autoroute qui perce dans le coeur de la cité. Et oui, vous parlez bien du coeur avec le tunnel.

Oui, cet axe majeur devrait permettre de soulager la route de Ferney, qui est actuellement LA route de transit, et la dédier à la mobilité douce. Libérant du même coup le centre du Grand-Saconnex. Voilà le miracle des projets bien ficelés qui offrent des alternatives crédibles aux transports individuels motorisés.

Evidemment que cet axe devra impérativement être relié au tunnel, finalisant ainsi le périférique urbain qui permettra enfin la logique de Mobilité 2030, soit le transfert modal, la circulation par les tangentes et la suppression du U lacustre.
Ainsi que la création de nombre de zones piétonnes, tout particulièrement dans les quartiers des Eaux-Vives et des Pâquis qui deviendront de véritables paradis urbains.

Écrit par : Pierre Jenni | 15 septembre 2014

Répondre à ce commentaire

"Qui veut faire quelque chose trouve un moyen ; qui ne veut rien faire trouve une excuse."

Yes.

Quelle énergie déploient les opposants pour dire simplement qu'ils ne veulent rien faire.

Écrit par : hommelibre | 15 septembre 2014

Répondre à ce commentaire

Ben voilà, le chantier est lancé. Pas un seul élu pour relever l'aberration d'un tel axe en cul de sac.
Ceux qui se sont opposés à la traversée de la rade proposée par l'UDC et qui s'opposent maintenant au projet pharaonique hors de la portée de nos bourses de la traversée autoroutière du lac devraient se pencher sur les projets Weibel qui leur permettraient de réaliser leurs désirs les plus fous.
Mais l'idéal à mon avis serait de reprendre le projet de l'UDC et de faire aboutir le tunnel à la place des Nations pour une liaison directe avec l'autoroute via la route des Nations.
Je rêve de voir les milieux anti-bagnole revenir à la raison et reconnaitre que cette route des Nations sans le bouclement du périphérique est un non sens.

Écrit par : Pierre Jenni | 03 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Pour tous ceux qui y croient encore, quelles que soient leurs sensibilités, je vous encourage à visiter le dossier très complet de Rodolphe Weibel.
www.gerer.ch

Écrit par : Pierre Jenni | 03 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire