25 septembre 2014

C'est bon d'être mauvais

images.jpgOn ne devrait pas rire du mal d'autrui. Pourtant, lorsque j'ai appris le montant de la caution que doit payer UBS à la France, je n'ai pu m'empêcher d'esquisser un sourire...

1,1 milliard, c'est à peu près le prix estimé par l'Etat pour la réalisation de la traversée de la rade. Et ce n'est qu'une caution ! L'amende qui s'en suivra sera peut-être bien plus salée. Elle fait suite à celle payée aux USA.

Et après ça on nous dira qu'il n'y a pas d'argent chez nous. Qui peut encore le croire ?

Faut-il rappeler que Genève est le numéro 1 mondial de la finance privée et le numéro 3 du négoce des matières premières ?

Faut-il aussi relever les propos de M. Barthassat qui m'assurait le mois dernier que des princes Saoudiens le suppliaient de pouvoir investir dans un ouvrage pour traverser le lac ?

Quel que soit l'investissement, il sera toujours plus rentable que l'argent qui dort à la banque. Et lorsqu'il est garanti par l'Etat, c'est juste du pain béni.

Aujourd'hui, les fortunes du monde entier ne savent plus où placer leur argent. Alors offrons leur gracieusement cette opportunité par le financement de la traversée de la rade qui arrangera tout le monde et ne fera que des heureux.

17:55 Écrit par Pierre JENNI dans Genève, Mobilité, Politique, rade, votations | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

"de pouvoir investir dans un ouvrage pour traverser le lac ?"

Gratis pro deo?

C'est connu, la Suisse est prête à se vendre au plus offrant...

Écrit par : Johannj | 25 septembre 2014

Répondre à ce commentaire

Vous voulez que je vous dise ?
Les genevois, dans pas très longtemps, vont se retrouver avec la petite et la grande traversée de la rade ...
Il faut juste que ce ne soit pas une idée venue de l'UDC.

Vous savez ... le nombril du Monde ... Genève ... elle doit bien péter plus haut que son cul !

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 26 septembre 2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire