04 avril 2016

Panama, ben voyons ! Un os à ronger.

20130915-Towerbank-Panama.jpgA chaud, et sans rien comprendre à la finance, je réagis.

La presse va presser le citron jusqu'à la peau avec pulpe et pépins. Le public mouille. On a du lourd, ça va saigner.

Sauf que... qui en doutait ? Franchement...

Et puis c'est bizarre, mais d'après les premiers noms diffusés, il semblerait que ces pratiques ne concernent qu'une partie du globe...

De qui se moque-t-on ? Qui peut croire un seul instant que le recours aux montages financiers n'est pas généralisé et encouragé par le champion toutes catégories, le goliath qui a terrassé la Suisse au travers de procédures largement médiatisées  qui ont détourné l'attention pour un temps sur le nain qui fait peur.

Et ce silence politique assourdissant. Ils ont l'air malins nos décideurs et autres parlementaires qui défendent la place économique et l'intégrité de nos institutions. Ils vont venir avec quelles excuses lorsqu'ils oseront causer ?

Oui, c'est moche, mais c'est la règle et elle est validée par tous, de gauche à droite, de l'est à l'ouest et du nord au sud.

Entre lanceurs d'alertes et délateurs il y a un monde. Mais au delà des principes moraux, il y a des faits que nous pouvons tous apprécier à leur juste valeur. Et surtout il y a une forme de transparence délicieuse, permise par la technologie, qui fermera momentanément le caquet de ceux qui donnent des leçons pour détourner l'attention.

Nous vivons vraiment une époque formidable !

 

Commentaires

Et oui, vous auriez même pu titrer "Un os à ronger ..."

Avec du pain et des jeux en alternance.

On vit une époque formidable en effet !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 04 avril 2016

Excellent Jean. Dont acte.

Écrit par : Pierre Jenni | 04 avril 2016

Disons que d'ici à ce que la libanisation de la Suisse se dessine au travers d'événements tels que ceux ayant été financés par certaines banques helvétiques dans les quartiers Est de Beyrouth, il n'y a qu'un pas !

Écrit par : Corto | 04 avril 2016

Il faut également savoir et je l'avais déjà dit après l'étalage parcimonieux des mignardises de Snowden, ce à quoi nous assistons à nouveau avec cette amuse-gueule panaméen ne sont que les prémisses d'un monopoly à l'envers, bien moins saignant que ce à quoi nous allons tous goûter d'ici le début de l'été.

J'avais dans un commentaire prédit une nouvelle hémorragie binaire, je m'étais trompé de 2 mois, je commençais presque à m'inquiéter !!

Maintenant que les rédactions font leur grande lessive envers leurs maîtres de cérémonie, d'autres fuites liées à cette mise en bouche vont faire monter la mousse, règlement entre poissons plus gras et plus vaseux !!!

Ce n'est plus comme en 29 où les cartes étaient soigneusement comptabilisées, depuis les voyous n'ont rien appris et ils ne savent même lire ni écrire.

Nous verrons comment la presse va tenter de trucker les jeux, mais ça va transpirer !

Écrit par : Corto | 04 avril 2016

A l'époque, celui qui ouvrait un compte dans une banque suisse était inscrit dans un livre de compte en papier savamment relié et par un citoyen à qui on aurait donné de quoi aller boire un café.

Pas des branleurs ramassés à l'arrache des quartiers au rabais de la classe moyenne française et jonglant sur des fichiers informatiques stockés sur des serveurs "sécurisés" par des firewall tricotés par des technos des Balkans !

Si vous y ajoutez la concurrence zurichoise, ne vous attendez pas à autre chose que des cadeaux armés et des ambulances 4x4 !!

Écrit par : Corto | 04 avril 2016

Ségolène Royale et bingo !

Écrit par : Cyrano | 05 avril 2016

Même des citoyens suisses participent à la fête, mais silence, secret bancaire oblige ! ah ah ah ah

Panama n'est qu'un écran 3D, les banques sont suisses et chinoises, pas de miracle !

Les journalistes sont des ânes, posséder un "compte" à Panama sert avant tout à des transactions commerciales, si x achète un produit dans un pays tiers et qu'il souhaite planquer une partie de la marge bénéficiaire, il ouvre un société au Panama ou ailleurs et se concocte des factures sur mesure, selon le droit suisse, il n'est pas interdit de payer des factures panaméennes que je sache, comme ça n'est interdit nul-part, il suffit de rester discret dans le cas où un inspecteur du fisc vous questionne, ensuite, le reste se passe dans des banques, elles se contentent bien souvent de fermer les yeux, si il s'agit des marges soustraites au fisc, rien de vraiment criminel, voir d'illégal, mais lorsque les banques ouvre des comptes à des politiques ou des criminels notoires (souvent les mêmes), là, les banques ne font pas leur boulot !

Ne pas confondre dans ce dossier, évasion fiscale et blanchiment d'argent des organisations criminelles, et là, la Suisse continue d'abriter les pires monstres, si possible non européens et non américains, c'est à dire les pires !

Écrit par : Corto | 05 avril 2016

D'ailleurs, ne nous trompons pas, les blogueurs genevois restent bien silencieux sur ce sujet qui les frappe en plein dans le beignet, c'est fou comme la population craint le dieu "argent sale" et misère organisée de la planète !

Les documents de l'affaire Panama rassemblent 30'000 milliards de dollars, la Suisse abrite dans ses comptes sous-terrains 4 à 5 fois plus !!!

Écrit par : Corto | 05 avril 2016

De Panama Papers à PANAMA "PAMPERS".....

Panama Papers : la Société générale a créé 979 sociétés offshore
05 Avril 2016, 11h50 | MAJ : 05 Avril 2016, 13h59
réagir
29
Le siège de la Société générale à La Défense, dans les Hauts-de-Seine, le 19 mai 2015.
Le siège de la Société générale à La Défense, dans les Hauts-de-Seine, le 19 mai 2015. (AFP/THOMAS SAMSON)
La banque française Société générale est «dans le top 5» des banques ayant créé le plus grand nombre de sociétés offshore par l'intermédiaire du cabinet d'avocats panaméen Mossack Fonseca, avec 979 créations dont les deux-tiers via sa filiale SG Bank and Trust Luxembourg, révèle Le Monde ce mardi.

Elle n'est devancée que par la britannique HSBC (2300 sociétés), les suisses UBS (1100 sociétés) et Crédit Suisse (1105 sociétés). Les autres filiales de la banque française concernées sont basées en Suisse et aux Bahamas.

Les révélations tirées des quelque 11,5 millions de fichiers issus du cabinet Mossack Fonseca ont dévoilé un vaste scandale d'évasion fiscale touchant notamment hauts responsables politiques, sportifs ou encore milliardaires.

Les créations ont ralenti depuis 2012

Le quotidien souligne que, si la création de sociétés offshore a nettement ralenti depuis 2012 et des structures ont été fermées, «une centaine des entités ouvertes par la Société Générale chez Mossack restent actives». D'autres ont en outre été cédées à d'autres gestionnaires et continuent leurs activités.

Avant ces révélations, Société Générale avait pris les devants lundi en affirmant dans un communiqué ne plus détenir depuis 2012, directement ou indirectement, aucune implantation en activité dans les Etats et territoires non-coopératifs. «Les structures auxquelles il est fait référence dans les médias ne sont pas détenues par Société Générale mais par des clients. Si la loi française ne prévoit aucune restriction concernant les relations avec des clients établis dans ces juridictions, Société Générale est particulièrement vigilante et mène depuis plusieurs années une politique proactive afin de s'assurer que nos activités respectent les standards les plus élevés en matière de lutte contre la fraude et l'évasion fiscales», avait informé le groupe bancaire.

À lire: De Poutine à Platini, ces puissants cités dans l'affaire «Panama Papers»
Le Parisien.fr

Écrit par : Patoucha | 05 avril 2016

J'ouvre à l'instant le flash info du Parisien.fr et Oh surprise! J-M Lepen a eu le même jeu de mot...

"« Je ne suis pas du tout dans l'affaire des Panama Machin ! » Interrogé par notre journal, Jean-Marie Le Pen affiche sa sérénité après les révélations du quotidien "Le Monde" dans ce qu'il appelle ironiquement l'affaire « Panama Pampers »."

VIDEOS. Affaire Panama Papers : Jean-Marie Le Pen nie en bloc et menace
Valérie Hacot | 05 Avril 2016, 16h03 | MAJ : 05 Avril 2016, 18h31

http://www.leparisien.fr/politique/affaire-panama-papers-jean-marie-le-pen-nie-en-bloc-et-menace-05-04-2016-5688881.php

http://www.leparisien.fr/economie/en-images-panama-papers-les-personnalites-mises-en-cause-05-04-2016-5688667.php

Écrit par : Patoucha | 06 avril 2016

Disons qu'avant 2012, les banques suisse conseillaient vivement leur clientèle de faire appel à des offshores et pas seulement à Panama, en fait Panama est loin derrière Caiman, et d'autres, en 2010, Forbes classait dans l'ordre les 10 principales destinations pour les placement via des comptes offshores :

1. U.S.A (Delaware),
2. Luxembourg,
3. Suisse,
4. Îles Caïman,
5. Royaume-Uni (City of London),
6. Irlande,
7. Bermudes,
8. Singapour,
9. Belgique,
10. Hong Kong.

Panama n'y figure même pas !

Écrit par : Cyrano | 05 avril 2016

Ensuite, pour les paradis fiscaux, voici la liste des 30 principaux lieux de stockage de font sales :

Andorre,
Anguille,
Antigua and Barbuda,
Bahamas,
Barbade,
Belize,
Bermudes,
British Virgin Islands (Iles Vierges Britanniques),
Brunei,
Iles Cayman,
Iles Cook,
Grenade,
Guernsey,
Hong Kong,
Liberia,
Liechtenstein,
Maldives,
Iles Marshall,
Ile Maurice,
Monaco,
Montserrat,
Nauru,
Niue,
Panama,
Saint Kitts et Nevis,
Saint Vincent et les Grenadines,
Seychelles,
Suisse,
Turks et Caicos,
US Virgin Islands.

Bravo les mecs !

Écrit par : Cyrano | 05 avril 2016

"fonds", pardon !!

Écrit par : Cyrano | 05 avril 2016

C'est une pure opération de propagande américaine. Avec un os à ronger pour les sous-fifres français. Ce sera crédible quand les Américains nous parleront de ce qui se passe au Delaware, Dakota, Wyoming et les Français d'Andorre et de Monaco.
Et Patoucha, si elle aime la propreté financière, ferait mieux d'aller étudier les cuisines israéliennes. On a comme l'impression que ce doit être assez intéressant...En tout cas, il serait temps qu'on nous prouve que tout est blanc comme neige par là-bas, avec tous ces hommes politiques en prison pour fraude, au lieu de nous répéter incessamment que les cuisines helvétiques sont sales...

Écrit par : Géo | 05 avril 2016

Géo fait comme l'ont fait beaucoup de suisses qui blanchissent le fric de la mort comme des pourboires passés à gauche, il ignore encore ou ne veut pas admettre que absolument toutes les transactions bancaires sont traçables informatiquement, en fait pas un centime n'échappe aux traceurs branchés en live sur les canaux de flux de données, pas un maudit centime et cela depuis que les ordinateurs sont connectés sur les outils de communication, type liaisons satellites, liaisons filaires, fibres optiques et bien sûr, les chemins utilisant la toile.

Géo, sachez que chaque fois que vous tirez un billet de Chf. 100.-- auprès d'un distributeur ou au guichet de votre banque, cette transaction est piratée et surveillée, parfois les traceurs obtiennent les informations avant même que votre banques n'enregistre votre transaction !

Un article de la TdG d'il y a environ 8 ans avait déjà signalé que toutes les transactions effectuées en Suisse était surveillée de très près depuis des sites de captages de données, il s'agissait de transactions circulant par les réseaux téléphoniques suisse et cela depuis les années 90.

Depuis cette date, proche de l'article TdG, (petit article immédiatement oublié sur ordre des fédéraux), une équipe d'ingénieurs de l'EPFZ essaye de démonter la méthode utilisée par les capteurs, cela doit faire presque 10 ans que ces ingénieurs tentent de trouver le début du fil de la pelote, ils en sont toujours au point mort, sans le moindre indice de fonctionnement de ce système implémenté dans le switching des systèmes de communications Swisscom !

Écrit par : Corto | 05 avril 2016

C'est toujours un peu comme ça, une fois les délais juridiques devenus caduques, on entendra encore et toujours ce :

"on ne savait pas" ou "c'était mon prédécesseur", celui qui a reçu un parachute doré pour qu'il la ferme !

Écrit par : Corto | 06 avril 2016

Os "made in USA" lâché par John Doe

à écouter & lire sur
http://panamapapers.sueddeutsche.de/articles/56ff9a28a1bb8d3c3495ae13/


Production: “International Consortium of Investigative Journalists”

funded and organised entirely by the USA’s Center for Public Integrity,
dont sont membres:

Ford Foundation
Carnegie Endowment
Rockefeller Family Fund
W K Kellogg Foundation
Open Society Foundation (Soros)


http://www.veteranstoday.com/2016/04/04/the-very-nasty-truth-about-the-panama-papers/

Écrit par : divergente | 07 avril 2016

Oui divergente, c'est tellement énorme que personne ne semble réaliser.
Mais comme je le relève dans mon billet, il est difficile de comprendre la stratégie qui consiste à faire croire que les américains ne sont pas concernés par les noms qui circulent. Le retour de kick sera brutal.

Écrit par : Pierre Jenni | 07 avril 2016

Pierre, aux USA, comme ailleurs(Russie, France etc.), les gros ne se font jamais avoir dans ce genre de conneries, si l'on regarde de plus près, tant "panama paper" que les autres fuites ou hacking, il n'y a que les petits joueurs qui remontent à la surface, c'est clair que les mastodons font virer leur fric via leurs nombreuses filiales avec le visa de leur gouvernement et ne font pas appel à ces comptes chippos pour petits requins édentés !

Dans l'affaire qui agite la presse française, quelques centaines ou milliers de pigeons vont se faire bouffer par le fisc et la SG se prendra une amende de quelques millions max et son CEO ne va pas tarder à faire une déclaration le sourire en prime, excusera les indélicatesses et dira qu'il n'est pas informé, ça en devient lassant !

Écrit par : Corto | 08 avril 2016

Oui, ça devient lassant. Mais franchement Corto, comment imaginer un instant que les gros poissons ne se fassent pas attraper dans la foulée.
Je comprends ton cynisme, mais si tu as raison, cela signifie que tous nos système sont complètement corrompus. Les quelques phrases de Jornot ne seraient que du vent ou encore une manière d'attaquer quelques petits pour cacher les gros ?
Quel homme politique sincère pourrait aujourd'hui se laisser avoir avec cet écran de fumée si des péquins comme toi et moi nous flairons l'arnaque.
Mais peut-être qu'ils ont tous des bas de laine non déclarés quelque part. Tout le monde se tient par la barbichette.
Au final, ça va tourner en révolte.

Écrit par : Pierre Jenni | 08 avril 2016

Tu parles de Jornot, mais revenons à l'époque de B.Berthossa, je me rappel comment fonctionnait son filet à "gros poissons" !

Un filet métaphysique qui laissait passer les gros et retenait les petits, il avait voulu faire la une en arrêtant un petit minable qui blanchissait de misérables millions pour le compte de tous petits poissons (vobla) séchés et que le département de justice avait dû indemniser à hauteur de plusieurs millions !

La seule affaire qui avait porté ce procureur à son poste après de magnifiques promesses, pendant son mandat, Genève n'a jamais autant blanchi de fric très sale !

Pour rappel : http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/sursis-chauffard-russe-bellevue/story/14571971

Et l'on voit la TdG mentir en alléguant que les 3 fils d'oligarques roulaient à 150 kmh alors que c'était à 300 km et que retraité allemand percuté par ces 3 trois salopards roulaient sous emprises de drogues et d'alcool, cette nuit là, le proc, réveillé pour la bonne cause ordonne à 4 heures de matin de relâcher immédiatement et ordonne à la presse de parler de blessé et non de mort en ce qui concernait la victime !

Écrit par : Corto | 09 avril 2016

que l'on ne parle pas de justice ou de procureur à Genève, c'est le théâtre guignol la drôlerie en moins !

Il suffit que directeur d'une grande banque des lieux téléphone à n'importe quelle heure et les personnes sont libérées, comment voulez-vous dés-lors parler de "justice" ?

Écrit par : Corto | 09 avril 2016

http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/jeune-chauffard-russe-indemnise-victime/story/20999402

La TdG ment à nouveau, la victime est décédée 1 heure après la collision, ce sont ses héritiers qui représentaient la partie civile dans cette affaire jugée à huis-clos !

Écrit par : Corto | 09 avril 2016

Donc, ne tires pas trop sur l'actuel proc, avec lui, les choses ne se seraient sans doute pas passées pareillement, ne pas oublier que les 3 assassins ont été relâchés moins d'une heure après avoir été arrêtés et qu'ils ont pris le jet privé pour Monaco quelques heures plus tard !

Pas de rapport de prise de sang, pas d'empruntes digitale, rien !

Écrit par : Corto | 09 avril 2016

Mais là, nous parlons de milliers de milliards sur des comptes non-panaméens !

La Russie ne fait pas partie du concorda en matière de "compliance" bancaires !

Écrit par : Corto | 09 avril 2016

Corto,

Monsieur le Socialiste genevois est un raciste, xénophobe et partisan.

Rien à voir avec un Libéral, devenu PLR, de la taille et de la classe d'un Olivier Jornot.

Ma situation actuelle me permet de le clamer et d'assumer mes propos avec des documents tout à fait officiels.

Bernard Bertossa, né le 12 septembre 1942 à Genève, est un magistrat suisse.
Après ses études de droit à l'Université de Genève où il obtient une licence en 1965, il travaille dans une étude d'avocats et passe son brevet en 1967, puis il est élu au Tribunal genevois de première instance en 1972.
Il préside le Tribunal de police et de la Chambre des baux et loyers de 1972 à 1973 puis, de 1981 à 1987, la Chambre d'accusation.
Il est également juge civil au Tribunal de première instance de 1973 à 1990.

En 1990, il est élu procureur général de Genève, puis réélu en 1996 pour un deuxième mandat jusqu'en 2002.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_Bertossa

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu © | 09 avril 2016

http://www.icij.org

Écrit par : Pierre Jenni | 09 avril 2016

Victor, bien que le proc général Jornot soit, comme vous le dites, très respectable, d'ailleurs c'est la raison pour laquelle quelques putasses se sont jetée sur lui lors d'une soirée un peu trop arrosée ghb compris ou autres désinhibants) pour faire le buzz, le Parquet genevois est devenu une sorte de zoo où l'on y croise toutes sortes de bestioles peu-fréquentables !

Nous les voyons à l'action après avoir fait la place à Genève de brochettes de crapules à ne pas piquer des mouches, ceux-ci, viennent de pays encore moins fréquentables dans lesquels socialisme et islamisme font très bon ménage !

Genève est malheureusement de moins en moins fréquentable et n'a plus grand chose à envier à Molenbeek ou autres banlieues voisines, tel est la volonté des élus de gauche et nous ne pouvons que les félicités pour cette victoire de la décadence sur les civilités !

Oui, l'islamo-socialisme détruit nos sociétés et l'on peut même affirmer que le travail touche à sa fin !

Écrit par : Corto | 10 avril 2016

Le voile se lève gentiment sur ces fuites. On découvre l'obsolescence des systèmes de protection informatique de la firme Mossack/Fonseca.
Et on comprend mieux pourquoi peu d'Américains figurent dans ces fichiers.
Mais qu'on ne s'y trompe pas, d'autres fuites viendront. Elles n'épargneront personne. Nous allons vivre la transparence malgré nous, grâce à la technologie.
http://www.contrepoints.org/2016/04/13/247019-pas-de-complot-derriere-les-panama-papers-mais?utm_source=Newsletter+Contrepoints&utm_campaign=35f78fd49a-Newsletter_auto_Mailchimp&utm_medium=email&utm_term=0_865f2d37b0-35f78fd49a-113931989&mc_cid=35f78fd49a&mc_eid=8e94abc528

Mais nous allons aussi tous avoir un flic derrière notre ordinateur.
Je vous encourage donc à signer le référendum contre la loi fédérale du 18 mars 2016 sur la surveillance de la correspondance par poste et télécommunication (LSCTP) dont l'intitulé est une fois de plus trompeur puisque nos autorités disposent déjà de tous les outils nécessaires à ces contrôles.
https://www.buepf.ch/wp-content/uploads/LSCPT-3.pdf

Écrit par : Pierre Jenni | 13 avril 2016

Pierre, il y a déjà 10 flics derrière chaque ordinateur, mais ce sont des loques, il surveillent des "Corto" et autres fouteurs de petch, ils sont largués dès qu'il y a le moindre firewall !

Ils (les flics) ne savent même pas qui détient les fichiers, mais ils peuvent faire confiance à leurs auxiliaires "journalistes" pour faire le tri, de toute manière, jamais un "journaliste" ne s'en prendra à des gros poissons, ils connaissent le mode d'emploi, cette affaire ne fait que démontré la position des "journalistes", nous en avons eu un exemple avec France2 et les laquais sont eux, en premier surveillés par les flics, en fait le flics, incapables de de maîtriser les technologies, se contentent de surveiller les laquais "journalistes" !

Plus simple et plus efficace, goebels l'avait d'ailleurs bien expliqué !

Écrit par : Corto | 13 avril 2016

C'est certainement très vrai Corto, comme bien des choses que tu dis, à ta façon.
Mais ce n'est pas une raison pour se laisser entuber plus et payer des incompétents pour venir fouiller dans nos vies sans le moindre espoir de prévenir un délit.

Écrit par : Pierre Jenni | 13 avril 2016

Il est vrai que pas mal de mes compatriotes ont appris à s'agenouiller face aux pires ordures et en leur disant, son excellence, mais il n'y a qu'une façon d'appeler une ordure, une ordure !

Encore tu ne comprends rien, nous avons vu le gérant américain courir en Israël pour obtenir le contenu d'un ridicule Iphone, produit fabriqué en Chine sous licence américaine, on ne rêve pas !

Je ne pense pas que les affaires de culs d'un tel ou d'une telle intéresse ceux qui surveillent la toile, par contre de grosses saloperies ont peut être du souci à se faire !

Écrit par : Corto | 13 avril 2016

Les commentaires sont fermés.