06 avril 2016

Démantèlement des centrales nucléaires, la dure réalité des chiffres.

148761-7829eab0d50b895f7c880f57e35ed8e6.jpgC'est une véritable cacophonie. Dans le désordre, on entend tout et son contraire.

Ainsi, selon la directrice des Forces motrices bernoises (BKW), Mme Thomas, tout est sous contrôle. Et même si le rendement actuel ne permettra pas de couvrir les coûts du démantèlement de la plus vieille centrale de Suisse, sa société provisionne depuis plus de 40 ans.

Son contradicteur à Forum hier, Florian Kasser de Greenpeace suggère au contraire un malaise puisque BKW vient de décider d'allouer 15% de son budget à la progression de ces coûts.

Les parlementaires, qui portent une lourde responsabilité dans les choix de ces dix dernières années puisque les sociétés actives dans l'énergie sont essentiellement en mains publiques, s'écharpent et invoquent nombre d'excuses pour éviter leur remise en question. Ils prient pour une hausse des prix du courant qui viendrait encore plomber la reprise économique.

En décembre 2008, dans l'euphorie de la création d'Alpiq, détenue majoritairement par les services publics romands, EOS Holding distribuait gracieusement de substantiels dividendes à ses actionnaires.

En mai 2011, le Conseil fédéral a décidé d'engager le pays sur la voie de la sortie du nucléaire, à l'échéance de 2034. C'est donc sans surprise que l'Office fédéral de l'énergie annonçait fin 2012 l'explosion des frais liés au démantèlement.

Le 5 septembre 2013, le député Pierre Amstutz déposait une interpellation urgente au Conseil exécutif du canton de Berne pour s'assurer que les fonds étaient disponibles.

La suite, il ne faut pas être grand devin pour la projeter. La responsabilité solidaire des gérants de nos quatre centrales nucléaires de Mühleberg, Beznau, Gösgen et Leibstadt est une foutaise puisque ces sociétés sont proches de la faillite. C'est donc bien la Confédération, et donc chaque citoyen de ce pays, qui devra passer à la caisse.

Et dire qu'on entend encore des députés défendre la production d'électricité par le nucléaire. Et que penser de la mise en vente de ce joyau durable qu'est la Grande-Dixence ? Y a-t-il un capitaine sur le navire ?

Commentaires

Merci pour ce billet Monsieur Jenni...le pire étant de ne rien dire :-)

Écrit par : absolom | 06 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Oui absolom, le silence est souvent complice.
Mais il semble que le sujet ne passionne pas les foules...
Aujourd'hui, pour capter l'attention, il faut mentionner l'islam ou la pédophilie.

Écrit par : Pierre Jenni | 06 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Vous avez eu les couilles d'écrire cet article, et ça c'est cool :-)

Ma compagne me dit parfois que chaque noeud arrive à son peigne...ce n'est qu'une question de temps...

Écrit par : absolom | 06 avril 2016

Répondre à ce commentaire

J'aime ce que dit votre compagne.

Écrit par : Pierre Jenni | 06 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Attention transmise, si ça se trouve elle viendra donner son mot...elle en sort souvent des marrantes...:-)

Écrit par : absolom | 06 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Bonjour Monsieur Jenni

C'est un article de la Tdg qui me fait revenir chez vous...


Lien Tdg du jour:
http://www.tdg.ch/monde/europe/tchernobyl-regorge-vie-30-ans/story/20732092

Lien posté par Johann le 26.2.16 sur votre billet "Dégage, pauvre con!"
http://golemfuturo.blogspot.ch/2011/04/les-entubages-darte-faune-flore-de.html

Contribution perso:
http://www.fukushima-blog.com/

Cela permet les comparaisons, toujours intéressantes...

Pour finir, vous parlez de chiffres ci-dessus...mais, aurions-nous les millions (liards), saurions-nous démanteler ? Vraiment ?

Écrit par : absolom | 08 avril 2016

Répondre à ce commentaire

"Hiroshi Nakajima en direct à la Télévision Suisse Italienne, déclare que la non-publication des actes des Conférences Internationales de l’OMS en novembre 1995, est due aux liens juridiques qui lient l’OMS à l’AIEA, Film de Tchertkoff W. & Andreoli E. : Mensonges nucléaires. 2001"

Si les plus hautes instances internationales se comportent de la sorte, nous serons obligés de nous prendre en main individuellement et cesser de déléguer nos pouvoirs à des représentants. La quatrième révolution a ce potentiel, mais pour le moment elle est récupérée par les puissants qui tentent bien de canaliser le flux pour perpétuer un système moribond.

Je ne doute pas que nos scientifiques actifs dans le nucléaire connaissent le protocole pour démanteler les centrales. En revanche, la question des déchets est soigneusement balayée sous le tapis. Et les coûts sont toujours sous-estimés. C'est le cas dans tous les domaines qui impliquent la validation populaire. Les crédits pour la plupart des ouvrages vont régulièrement du simple (proposé au vote du souverain) au double, à la fin de la réalisation.
Nous pouvons donc raisonnablement envisager une facture globale de 3 mrd pour la seule centrale de Mühleberg.

C'est mathématique. Malgré la clause de solidarité qui lie les compagnies d'électricité, elles ne seront jamais capables d'absorber une telle charge.
Nous passerons inévitablement à la caisse.

Écrit par : Pierre Jenni | 08 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Absolom, lorsque j'ai voulu traiter ce sujet, je n'avais que des chiffres.
Ils me faisaient tourner la tête.
Je suis donc assez fier d'avoir pu publier un billet qui ne mentionne aucun chiffre. Ces derniers sont très facile à obtenir pour celui qui veut.
Mais c'est là que le bât blesse. Ce n'est que lorsqu'on est dans la merde qu'on tente d'en sortir. On déteste anticiper. On délègue. Ou on s'assure.

Écrit par : Pierre Jenni | 08 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire