08 avril 2016

Salut, ça va ? Ouais, bien, et toi ?...

-1.jpgSujet hautement émotionnel, cette poignée de main, qui fait pâlir les révélations de Panama. Si nous n'avions que ce genre de problème en Suisse, nous pourrions nous considérer comme les plus heureux du monde.

Je me suis fendu d'un commentaire sur le blog de Marie-France de Meuron que je tiens à développer un peu ici.

Je partage l'avis de notre ministre de l'instruction publique qui prône une grande fermeté dans cette affaire. Non pas pour les raisons souvent invoquées de respect de notre culture, mais simplement pour éviter cette politique des petits pas qui permet de grignoter petit à petit le gâteau. N'ouvrons pas la porte car nombreux sont ceux qui vont s'y engouffrer.

Mais personne ne devrait obliger qui que ce soit à donner la main qui est un geste hautement symbolique et qui doit justement exprimer beaucoup plus que le simple formalisme qu'il est devenu au fil du temps. Genre, "Salut, ça va ? Ouais, bien, et toi ?..."

Retrouvons le sens profond qui se cache dans ces petits gestes, ils nous aident à vivre l'instant avec intensité.

C'est ainsi que je ne fais dorénavant plus la bise systématiquement pour dire bonjour au sexe opposé. Je tends la main ou je prends dans mes bras avec éventuellement une seule bise. C'est devenu aussi compliqué que formel. En France c'est deux bises, chez nous trois. Au japon on incline légèrement le buste. En Inde on joint ses deux mains devant la poitrine. L'occidental qui se prête à ce rituel passe pour un allumé qui tente de s'intégrer. Son geste est tellement maladroit et factuel, sans la culture qui l'imprègne, qu' il devient vide de sens.

Alors, pour résumer, l'école devrait supprimer à tous cette obligation de donner la main à la prof, mais surtout ne pas accepter une exception pour qui que ce soit.

Commentaires

T'as rien compris. Donner la main en regardant la personne est un geste loyal à l'inverse éviter le regard ou la poignée de main sont des actes de défiance et un manque de respect envers l'autre. Notre culture est basée sur cette loyauté en nous privant de ce geste nous favorisons une attitude fourbe propre à dissimuler les intentions de celui qui l'adopte. A force de changer pour ne déranger personne on ne dérange que soi-même au point de ne plus exister.

Écrit par : norbert maendly | 08 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Les protocoles occidentaux interdisent simplement la discrimination envers, que ce soit le sexe, l'origine, la religion ou la couleur !

Si un élève refuse de serrez la main de son prof parce qu'il est noir, il est punissable, point-barre !

Pierre, essaye dans ses visées vers les rangs de l'UDC après avoir été lâché par le bac à sable des partis traditionnels, et comme tous le savent, l'UDC sera le premier parti suisse à faire alliance avec les islamistes, donc, ne voyez rien de très significatif dans les allégations de Pierre ou de 2 neurones, ce ne sont que des tentatives de passer outre les conventions admises par la communauté occidentale.

Écrit par : Corto | 08 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Allez, juste pour le fun, j'en rajoute une petite couche non exhaustive.
Chez les Inuits, pour se dire bonjour on se frotte les nez.
Aux States, c'est le "hug" qui n'a rien à voir avec le "ugh" des indiens et qui se traduit par une posture très particulière qui consiste à se serrer très fort dans les bras l'un de l'autre en se tapant le dos de manière aussi virile que gênée, mais sans qu'une seule partie du bas des corps ne se touche. Une véritable gymnastique puritaine.

Écrit par : Pierre Jenni | 08 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Je ne suis pas du tout d’accord avec toi.
D’abord donner la main n’est pas le même geste que faire la bise. Le fait de faire la bise à toutes les personnes qu’on rencontre, tel que cela se fait à Genève, est une pratique et habitude très discutables.
En donnant la main à l’autre tu lui montres un certain respect, de la considération. Ce sont quelques secondes pendant lesquelles l’un se consacre entièrement à l’autre et réciproquement avec le geste, le regard et la parole. Eliminer de nos mœurs ce petit geste si important lors du début et de la fin d’un contact serait une énorme dérive dans nos traditions et notre quotidien. Et personne ne voudrait probablement y renoncer.
Ces deux élèves doivent, en venant ici, observer certaines règles même si cela va à l’encontre de leur religion. Quelle que soit la religion. Accepter qu’ils ne serrent pas la main à la prof c’est aller beaucoup trop loin dans l’intégration des personnes étrangères et je suis sûre, qu’au bout du compte ce n’est pas leur rendre service.

Écrit par : Adelaïde | 08 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Adelaïde, Corto et Norbert, oserais-je vous encourager à relire ma contribution ?
Il me semble que mon message vous échappe.

Écrit par : Pierre Jenni | 08 avril 2016

Ben, il doit m'échapper aussi, Pierre !

"Retrouvons le sens profond qui se cache dans ces petits gestes, ils nous aident à vivre l'instant avec intensité."

Parce qu'il me parait précisément que la poignée de main appartient à cette intensité du moment présent.
Initialement la poignée de main ( me semble-t-il) est un geste d'apaisement relationnel ritualisé.
Je n'ai pas d'armes dans les mains.
Deuxièmement, le contact est une manière d'aller à la rencontre de l'autre. Mais de manière balisée, puisque c'est un rituel social.
Et dans cette poignée de main, il s'en passe des choses. C'est un instant de vérité justement.
La plupart du temps c'est inconscient, pourtant on y exprime de manière pacifiée, sa posture ;
franchise , intensité, défiance, mollesse, chaleur ou froideur.
Pour en revenir aux enfants face à leur prof, c'est un instant où l'enfant est considéré comme un individu à part entière, regardé dans les yeux, dans un contact exclusif pendant une durée ( selon le concept de Bergson) et cela représente un apprentissage pour passer du cocon familial vers le monde social en tant qu'individu à part entière.

Écrit par : aoki | 08 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Faudra-t-il que je consulte ?
Est-ce que je parle chinois ?
Au secours !

Écrit par : Pierre Jenni | 08 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Allons allons ! Faut réexpliciter :-)

Écrit par : aoki | 08 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Une ville catalane, je m'y balade le soir avec un couple d'amis qui y habitent. On croise une jeune femme, amie du couple et avocate de son état. On se salue. Elle continue de regarder et discuter avec la femme du couple en me serrant la main. Tout le monde n'a pas la même conception de ce geste...
Ce devait être il y a plus de vingt ans, cela me met encore en rogne...
Burkina-Faso, implantation de forage dans des bleds de brousse. Et alors là, il faut serrer la pogne de tous les hommes présents. Ils ne se sont vraisemblablement jamais lavé les mains de leur vie. Là aussi, j'en garde un souvenir très vif.
Alors serrer la main de tous les élèves, je ne suis pas sûr que je trouve cela très plaisant. En tous cas, les enseignants tombent plus souvent malades que les autres et ce n'est probablement pas par hasard...

Écrit par : Géo | 08 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Non mais Géo, franchement, je n'y crois pas !
Il me faut les détails de cette rencontre.
Parce qu'avec les maigres éléments que vous nous donnez, je ne vois qu'une invitation de cette femme qui ne voulait pas vous lâcher la main.

Écrit par : Pierre Jenni | 08 avril 2016

Répondre à ce commentaire



dans cette histoire, l'intention des gamins est claire
- leur motif est religieux, et leur discrimination, sexuelle

rien n'y est caché, tout au contraire est revendiqué
dans le geste des 2 dont l'un est fils d'imam

les 2 étant nés en Suisse - la question de leurs problèmes d'intégration ne se pose pas
celle des amendes dont ils peuvent écoper pour pour discrimination et prosélytisme, pour trouble à l'ordre public volontaire et prémédité, pour insulte et tord moral à enseignantes etc, le devrait.




or
- la ministre de l'instruction publique n'a ni d'avis perso à avoir,
ni rien à prôner: elle n'est en mesure que de respecter les lois constitutionnelles, dont fédérale

c'est son job.

Quant aux modes de salutations civilisés - bien sûr hors contextes religieux, pour ma part - mes vies hors UE m'y ont conduit, je préfère le salut sans contact (pas rien qu'anglo-saxon d'Australie etc, mais d'Asie)

par contre le truc qui m'horripile est cette habitude de faux-culs des plus hypocrites qu'ont les français en groupe de systématiquement se faire la bise même au nouveau-venu

comme s'il fallait adhérer à l'affichage public de ce consensus qu'on s'aime tous
sous peine d'être passible d'on ne sait quel crime de lèse-majesté


Parce que beurk ces contacts avec joues mal rasées, aux relents de transpiration rancie, ces transports d'odeurs de peaux non lavées de plusieurs sommeil

Écrit par : divergente | 08 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Divergente, je tente de vous traduire.
Selon vous, si j'ai bien compris, il faudrait juste rappeler à ces deux lascars leur devoir de respecter nos règles, sous peine d'amende. Et l'avis de notre conseillère d'Etat, Mme Torracinta, ne répond qu'à son devoir d'appliquer la loi fédérale.

C'est déjà mieux que les commentaires précédents, mais je ne vous suis pas.

Si on amende pour de tels comportements, on fait de la pub. C'est le but recherché par les minorités extrémistes qui ont besoin de visibilité.

Merci aussi de nous rappeler le contexte législatif dans lequel opère notre ministre de l'instruction publique.

Pour le reste, nous semblons d'accord. Il n'est pas question d'OBLIGER, qui que ce soit à des contacts corporels de proximité.

Écrit par : Pierre Jenni | 08 avril 2016

Répondre à ce commentaire

le truc à comprendre se trouve au niveau des fondements qui règlent notre société, nos constitutions, annoncé dans la Constit Fédérale le prévoit en préambule, encadré par les titres sur les droits fondamentaux & articles sur la liberté (dont religieuse) sur l'Egalité (dont sexuelle), etc (pas difficile de trouver le texte)

auxquels sont soumis tous textes d'applications des constitutions cantonales

c'est déplorable, une telle incompréhension de l'esprit de nos lois, des cadres fondamentaux!
Si les politiques comme Mme la responsable de l'enseignement, tiennent de tels discours, il s'agit plus d'un exercice de communication, un choix de mots stratégiquement sélectionnés, afin de "ne pas heurter les sensibilités de diversités"

ET le danger est dans cette stratégie-là!
quand les politiques plient leur message devant les-dites-sensibilités et tordent un discours qui devrait être clair

cela ne fait en retour que nourrit ces "sensibilités" (je garde le même gant),
qui s'obstinent à imposer leurs "spécificités" et se voient en droit de vouloir ne rien comprendre du cadre de vie du pays qui les hoste


"Selon vous, si j'ai bien compris..."
me suis fait avoir, tss

Écrit par : divergente | 08 avril 2016

Répondre à ce commentaire

On se salue. Elle continue de regarder la femme du couple et discuter avec elle tout en me serrant la main. Je m'étais expliqué un peu maladroitement, d'accord.
Le mépris total pour la personne à laquelle on serre la main...

Écrit par : Géo | 08 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Ok. J'y ai pensé aussi. C'est un geste qui m'est inconcevable. Je ne puis toucher quelqu'un sans lui accorder toute mon attention.
Je ne pense pas que ce soit du mépris. Plutôt une incapacité à gérer deux situations simultanées.
Mais sur le fond, on est d'accord. La poignée de main n'est jamais anodine même si elle est devenue conventionnelle.

Écrit par : Pierre Jenni | 08 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Là où vous n'y êtes pas du tout concernant cet élève, c'est que le serrage de main, nous vient justement de la culture arabe !

L'accolade également !


Nous ne parlons pas de serrer ou pas la main d'un tiers, mais d'interdire ou de refuser de serrer la main d'un tiers par rapport à une distinction discriminatoire, du genre, je ne serre pas la main d'un ou d'une tel(le), parce que la personne tierces est ....... ou ........

Dans ce sens, il y a ségrégation envers un citoyen en raison de sa race, de sa religion, de son sexe ou de sa couleur !

Écrit par : Corto | 08 avril 2016

Répondre à ce commentaire

aux zappeurs des détails de ce dont y causent:

< Fin 2015, deux écoliers de 14 et 15 ans ont refusé ce salut traditionnel à leur enseignante. Motif: leur religion musulmane interdirait aux garçons de «toucher la main d’une femme» >

extrait du billet de JN Cuenod sur son blog
http://jncuenod.blog.tdg.ch/archive/2016/04/07/une-ecole-baloise-baisse-les-bras-devant-l-integrisme-musulm-275301.html

Écrit par : divergente | 08 avril 2016

Répondre à ce commentaire

La religion en pratique dans tous les pays d'Europe, c'est la charte des droits de l'HOMME, alors pourquoi serrer la main d'une femme ?

Écrit par : Corto | 09 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Etonnant ces barbus, ils ne serrent pas la main des femmes, ce qui n'empêche pas les centaines de viols commis au quotidien eu Eruabia par des musulmans plutôt pratiquants !

Écrit par : Corto | 09 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Onze jeunes condamnés pour un viol collectif !

Ils avaient «piégé» leur victime. Onze jeunes hommes, tous musulmans et âgés de 19 à 22 ans, ont été lourdement condamnés pour le viol collectif d'une jeune fille âgée de 16 ans au moment des faits.

Un quatorzième jeune, jugé à leurs côtés pour avoir menacé la jeune fille sur Twitter de lui «crever les yeux» si elle ne retirait pas sa plainte, a été condamné à trois mois de prison avec sursis. Dans la même affaire, deux autres jeunes, âgés de moins de 16 ans au moment des faits, avaient été condamnés à six ans de prison (dont deux et quatre ans de sursis) en juillet par le tribunal pour enfants de Bobigny.

Le gars tweet des menaces de crever les yeux de la fille et se prend une peine avec sursis !!!

Écrit par : Corto | 09 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Tu veux pas être obligé de serrer la main de ton prof ? Facile ! Il suffit de te mettre un peu de Cenovis dans la paume de la main droite avant de la lui serrer.

Tu verras que très très vite, ton prof te fera passer devant lui en disant "Salut, tu peux y aller"...

Écrit par : Cedric Schbin | 09 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Excellent Cédric !
Ce soir sur Forum, enfin des propos sensés. Jean Batou nous explique paisiblement la différence entre les valeurs et les conventions.
Avec le super journaliste Mehmet Gultas.
http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/forum/7617818-jusqu-ou-peut-on-accepter-des-compromis-au-nom-du-vivre-ensemble-09-04-2016.html?f=player/popup

Écrit par : Pierre Jenni | 09 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Géo, avez-vous écouté le lien ?
Après on cause, d'acc ?

Écrit par : Pierre Jenni | 09 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Si je ne craignais pas tant les innombrables réactions lorsqu'on touche au sujet, je me fendrais d'un billet sur la formation des immams qui est reconduite en Allemagne. Le moyen le plus efficace, le plus sensé et le moins coûteux pour limiter les dégâts.
Ce que semblent n'avoir toujours pas compris les angoissés et les réfractaires à l'islam, c'est qu'en étant intransigeants, ils font le jeu de ceux qu'ils dénoncent.
Il s'agit d'être un peu plus malin en engageant le débat et en incluant les responsables.
Et si, par malheur, ces efforts de bonne volonté ne devaient pas suffire, alors ils sera toujours temps de dire stop.

Écrit par : Pierre Jenni | 09 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Dès lors que nous avons à faire à des personnes qui obéissent à un code qui permet d'interdire de serrer une main et également de violer une même femme ou autre pour x raison, à quoi sert-il de palabrer ???

Écrit par : Corto | 09 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Vous pouvez mettre en gros plan n'importe quel imam à la con et qu'est-ce qu'il peut bien y changer, déclarer que ce n'est pas ça l'islam ?

C'est ce je j'appel et nous ne sommes pas nombreux : le double discours !

Ou, une main devant et une main derrière !

Quiconque adhère à cette idéologie, n'a absolument rien à redire vis-à-vis de ce constat !!

Rien !!!!

Écrit par : Corto | 09 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Pourquoi pensez-vous que le régime saoudien décapite, quand bon lui semble et, le plus drôle, à titre préventif, 50 tronches d'un seul coup de sabre ?

Tant que l'Europe n'adoptera pas les mêmes mesures envers les mêmes tarés, ces derniers choisiront l'Europe pour semer leur pagaille sanglante !

Qui a à redire ?????

Écrit par : Corto | 09 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Peut-être Corto, mais pourquoi les Allemands reconduiraient la programme ?
Ne penses-tu pas qu'une belle proportion de musulmans ne rêvent que d'apaisement et de pouvoir vivre leur foi tranquillement ?
Je reconnais qu'on ne les entend pas assez. Mais est-une raison pour renoncer à discuter ?
Au final, si nous cédons à la violence contre la violence selon l'adage "oeil pour oeil, dent pour dent" qui, sauf erreur vient justement de cette culture, nous perdons. Et perdrons tout.
Et si nous saisissons la moindre des provocations comme celle de cette poignée de main, nous ne faisons qu'exacerber les fronts.

Écrit par : Pierre Jenni | 09 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Pierre, t'as pas encore compris que l'Europe est morte ?

Si ceux que tu qualifies de "cool" se sont laissé entuber pendant des siècles sans broncher et en écartant les guibolles, que penses-tu qu'ils vont faire lorsqu'ils verront que chaque jour les européens s'agenouillent pareillement face à ces fils de putes ?

Ils savent (ceux qui disent rien) se mettre du bon coté, sois-en convaincu !

C'est justement ça le danger, et si tu y ajoutes les udc, fn et autres saloperies race blanche qui ne vont pas hésiter de courir sous leurs jupons, tu vas voir à quelle vitesse la mayonnaise prend !

Écrit par : Corto | 09 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Non, je n'ai pas ouvert le lien parce que j'ai entendu Patou directement dans Forum. Et cela fait beaucoup d'années que je suis dégoûté par l'attitude des communistes - ou fascistes rouges, c'est une formulation plus honnête...- envers les fascistes musulmans. Comme des centaines de personnes vous l'ont expliqué, il n'est pas là question de poignée de mains, il est question de symboles. Les socialos-communistes tiennent leur attitude envers l'islam du temps de la guerre d'Algérie. Eux voyaient une guerre de libération et n'ont pas vu sa composante islamique, impérialiste et conquérante par nature. Vous êtes en train de virer "idiot utile".

Écrit par : Géo | 10 avril 2016

Répondre à ce commentaire

En ce moment-même, Marianne Huguenin cause dans le poste. Plus rouge qu'elle, tu meurs. Elle dit exactement le contraire de Patou...

Écrit par : Géo | 10 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Mais non, Géo, y a pas que des cons à Genève, y a aussi des mal-comprenant !

Écrit par : Corto | 10 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Y a t-il un pilote (à grosses bottes) dans ce sous-marin qu'est devenue l'Europe ?

Parce que c'est comme si chacun des castrés de service cherchait en plus d'ne tirer des profits personnels !!!

Écrit par : Corto | 10 avril 2016

Répondre à ce commentaire

A bon entendeur, le terme "musulman" vient à 100% du terme "islam" !

Ces 2 termes signifient respectivement, "celui qui se soumet" et "soumission".

En fait le mot "musulman" est une adaptation d'origine irano-chiite du terme "islam" !

Et l’étymologie du terme "christianisme" vient du terme grec "krystos" qui lui signifie "inversion" !

Écrit par : Corto | 10 avril 2016

Répondre à ce commentaire

christos, avec chi et non kappa. Et i et non u. Cela veut dire "oint". Il n'y a pas que des mal-entendants, il y a aussi des ignares...

Écrit par : Géo | 10 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Non. Géo, Kristos, "Χρίστος" en grec !

En fait, c'est "Khristós" !!

Écrit par : Corto | 10 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Ignare, autant que les conneries publiées sur wiki ou autre connerie !

Écrit par : Corto | 10 avril 2016

Répondre à ce commentaire

J'ai écouté Mme Huguenin. Je ne trouve pas qu'elle dit le contraire de Jean Patou. Et elle dit ce que je dis ici.
Ce qui me scie, c'est que j'ai l'impression de parler le chinois.
Alors j'ai appelé mon guru à l'aide et il m'a recommandé de lire Shopenhauer sur l'art d'avoir toujours raison.
Seulement voilà, je me fous d'avoir raison. Ce qui m'importe c'est d'être compris. Après, tout reste ouvert.

Écrit par : Pierre Jenni | 10 avril 2016

Répondre à ce commentaire

"En fait, c'est "Khristós" !!" C'est bien ce que j'ai écrit. Chi et non kappa.

"Ce qui m'importe c'est d'être compris" C'est de votre seule responsabilité. J'ai le même problème. En général, c'est parce qu'on veut faire court...

Écrit par : Géo | 10 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Vous seriez étonné par cette info d'aujourd'hui sur le teletext.ch de la RTS, et cela s'est passé à Genève fin 2015:

- Pas de contact avec la prof de gym

Un adolescent converti à l’Islam a refusé d’être touché par sa professeure d’éducation physique dans une école de Genève, selon une information de la RTS. Il a invoqué des motifs religieux.

L’incident a eu lieu au début de l’année 2015, lors d’un cours d’éducation physique durant lequel les élèves effectuaient des exercices abdominaux.

La directrice de l'établissement a convoqué l’élève et pris contact avec les parents. L'écolier a finalement pu poursuivre les cours de sport sans entrer en contact physique avec son enseignante ou des élèves féminines. "En l’occurrence, les disciplines pratiquées par la suite ne l’exigeaient plus", indique la directrice.

""En l’occurrence, les disciplines pratiquées par la suite ne l’exigeaient plus", indique la directrice."

Cette directrice nous prend pour des bleus.....

Écrit par : Patoucha | 10 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Et cette "générosité" sur le dos des autres. Or comme dit le proverbe "Charité bien ordonnée commence par soi-même":

"... pour permettre à des familles suisses d’héberger des réfugiés."


D'après Tony Burgener, directeur de la Chaîne du Bonheur, la Suisse a les moyens d’accueillir 50'000 réfugiés comme le demande une pétition lancée récemment. Mais cet accueil devrait se faire en coordination avec l’Union européenne, a-t-il indiqué dimanche sur les ondes de la RTS.

Selon lui, la Suisse doit faire preuve de davantage de souplesse dans sa manière d’accueillir les étrangers. "Arrêtons de vouloir toujours être parfaits, soyons un peu plus flexibles".

Tony Burgener critique notamment l’Organisation suisse d’aide aux réfugiés, qui, selon lui, fixe des critères trop stricts pour permettre à des familles suisses d’héberger des réfugiés.

Écrit par : Patoucha | 10 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Vous ne croyez pas si bien dire Patoucha. J'ai personnellement contacté l'OSAR pour me renseigner sur l'accueil d'un réfugié. Mon expérience fut pour le moins troublante puisqu'un responsable est venu à la maison pour constater que tout était parfait. Puis, plus rien.
J'ai bien tenté de demander des explications, mais je n'ai reçu que des excuses. Au final, j'ai compris qu'il y a des impératifs politiques et juridiques derrière qui empêchent tout simplement ce programme d'accueil à domicile.
Je pense que l'Etat ne peut pas se décharger de sa responsabilité et que la logistique avec les particuliers est beaucoup trop complexe. Pas simplement dans le logement mais surtout pour le suivi de ces personnes qui ont besoin d'activités, de cours de langue et de suivi général. Ce qui n'est évidemment pas dans les cordes de tout un chacun.
J'aurais apprécié plus de franchise de l'OSAR. Et je passe sur l'inefficacité de l'Hospice Général qui devait prendre le relai au niveau cantonal.

Nous pouvons mesurer ici les dérives d'un Etat fat qui se mêle de tout et qui n'a pas les moyens de ses ambitions. Le décalage entre notre pays et ceux qui doivent accueillir dans l'urgence des millions de réfugiés est criant. Au Liban et en Turquie, près de la moitié des gens sont accueillis dans des familles et je doute que ce processus ait été mis en place par les autorités.

Écrit par : Pierre Jenni | 11 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Pierre, encore une fois, tu passes à coté de la réalité !

Comment la police pourrait contrôler cette immigration massive si les migrants s'intègrent dans des familles et cela sans organe de contrôle ?

Expliques-moi, n'oublies pas que des terroristes déterminés se cachent parmi les migrants et que pratiquement, au stade où nous en sommes, seuls d'autres migrants sont aptes (éventuellement) à détecter la présence de ces terroristes, si toi tu en accueilles dans ta sphère privée, comment pourras-tu savoir que tu n'es pas en train d'accueillir le membre d'une cellule et comment les polices pourraient contrôler des terroristes éparpillés au sein de structures distinctes et pas forcément recensées par les services de surveillances.

Lorsqu'un étranger va dans un hôtel, chaque jour, cet hôtel transmet copie du passeport du client, cela permet à la police de garder un oeil sur les étrangers résidents momentanément sur le territoire, dans le cas où la population accueille des étrangers, et que cela devienne une pratique courante, comment veux-tu que les polices puissent suivre le parcours de ces étrangers et de les contrôler ?

Le danger le plus important dans ce genre de scénario est que les terroristes se cachent au sein de la population !!

Écrit par : Corto | 11 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Oui, Corto, c'est bien ce que je dis. On n'a pas les moyens de nos ambitions.
Mais t'avouera que le monde est devenu d'une complexité telle que nos appréciations apparaissent comme autant de délires d'allumés en besoin de reconnaissance, mais n'ont pas grand chose à voir avec la réalité et n'apportent que plus de confusion au débat.
Perso, je réagis à chaud, je donne une impression, mais loin de moi l'idée de proposer des solutions.
Une fois de plus, j'ai dû faire preuve de naïveté en proposant d'accueillir un réfugié. J'ai analysé mes motivations. Je pensais bien faire...

Écrit par : Pierre Jenni | 11 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Des migrants qui n'hésitent pas de mettre leurs enfants en première ligne pour confronter la police macédonienne !!

Perso, je ne voudrais pas accueillir de pareils monstres !!

Écrit par : Corto | 11 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Tu préfères les monstres bien de chez nous, genre Me Bonnant qui, sans se démonter, assène que l'impôt c'est du vol. Et donc que frauder le fisc est une activité d'utilité publique, voire de santé morale ?

Écrit par : Pierre Jenni | 11 avril 2016

Répondre à ce commentaire

LOL La comparaison?!!!!!

Une femme a accueilli un migrant chez elle. Elle a été volée et tabassée!

Écrit par : Patoucha | 11 avril 2016

Pierre. si le monde a hérité d'un el assad, c'est bien parce qu'il y a certaines banques pas très protestantes ??

Écrit par : Cyrano | 11 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Info - rts.ch - Radio Télévision Suisse
www.rts.ch/info/depeches/
.... L'Autriche a annoncé samedi qu'elle avait l'intention de saisir la maison .... de la Chaîne du Bonheur, la Suisse a les moyens d'accueillir 50'000 réfugiés.

Ben non, pas la maison de la Chaîne du bonheur mais d'Hitler! MDR MDR Même plus fichue de copier les infos!

AU SECOURS!

Écrit par : Patoucha | 11 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Ben disons que tony burgener n'a toujours pas expliqué où se trouve les dizaines de millions volés dans "l'opération" Haïti, fric disparu comme par miracle !

Haïti qui a attendu 15 jours avant que 3 médecins suisses ne débarquent, la honte pour le pays de la croix-rouge et des milliards des ong pourries !

En revanche :

Wikipedia :

Israël a envoyé sur place un millier de militaires avec du matériel médical, sous le commandement du général Amos Radian. Ils ont installé le premier105 hôpital de secours perfectionné sur place. Pendant les cinq premiers jours, cet hôpital était le meilleur, selon le commandant. Des émissions de télévision israéliennes ont effectué des collectes de dons auprès des concitoyens. Au bout de deux semaines, les troupes israéliennes se sont retirées en laissant derrière elle une partie du matériel.


Israël, une nation de 7,5 millions d'habitants, a envoyé une équipe de personnes comprenant des équipes de recherche et de sauvetage arrivée sur place, du personnel médical, et a mis en place le premier et le plus grand hôpital de campagne en Haïti, capable de soigner jusqu'à 5000 personnes par jour. À Haïti, 1 sauveteur sur 8 est israélien. Comme lors des catastrophes sismiques antérieures, à Gujarat en Inde en 2001, en Turquie, pour les attentats au Kenya etc., Israël a été l'un des fournisseurs les plus généreux d'aide et d'assistance.

Écrit par : Corto | 11 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Calais, le rêve des corrompus de la politique suisse appellent à ça :

Les Calaisiens ont vécu une des pires nuit de terreur, du samedi 9 au dimanche 10 avril 2016, et les médias français ont trouvé la solution parfaite pour défendre la beauté de l’immigration : faire le black-out total comme si rien ne s’était passé.

https://www.facebook.com/emeline.vetu/posts/10209300590210741

Écrit par : Corto | 12 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Pierre, ton article traite des USA, rien à voir !!

Écrit par : Corto | 12 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Oui, comme l'armée de Napoléon qui embauchait des mercenaires suisses pour occuper la Suisse !!

Écrit par : Corto | 12 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Ah bon, rien à voir ?
Faudra m'expliquer. Le monde est devenu village. Et l'humain reste l'humain.

Écrit par : Pierre Jenni | 12 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Faites qu'ils pensent comme vous....!

Écrit par : Patoucha | 17 avril 2016

L'Europe est principalement en danger à cause de la corruption systémique à grande échelle, principalement organisée au sein des administration de l'UE, elle prête sans broncher des milliers de milliards aux banques et surtout aux banques les plus douteuses, ne le voyons avec la Société Générale (et pas seulement) dans l'affaire de Panama Papers.

Alors comment ces salopards opèrent face à ces vagues de scandales ?

Eh bien, c'est pas compliqué et c'est à quoi nous nous confrontons avec des histoires à dormir debout, notamment quand des salam abdelslam (et ses copains fichés "S") passe plusieurs fois au travers de contrôles policiers quelques heures après avoir commit les attentats du 13 novembre !

Ou comme lorsque 300 policiers entourent la maison où se cachent des terroristes et qu'ils s'enfuient avec armes et bagages, ou comme ils sortent cachés dans des meubles alors qu'une autre de leur cache est prise d'assault, il y a des centaines d'affaires du genre et ne me dites pas que les flics sont cons à ce point.

Encore, lorsque l'assaut était fait avec plus de 400 policiers spécialisés autour de la planque de mohamed merah à Toulouse et qu'il sort pendant 2 heures et revient, ni vu ni connu pour téléphoner depuis une cabine, car son téléphone était écouté ??

Des centaines de cas prouvant que les terroristes ont tissés des liens avec les polices ou ceux qui dirigent les polices démontrent que la sécurité n'est pas garanties par les mêmes qui octroient des milliers de milliards aux banques lorsque ces dernières distribuent des sommes colossales à des politiques.

Comme la mère de l'ex-président socialiste (G. Papamdreou) grec qui possède un compte à Genève avec 550 millions d'euros et que ce compte n'est pas saisi par la justice et dont personne ne pipe mot, ou comme la déclaré la chef du FMI comme quoi 200 milliards sur les 300 milliards attribués à la Grèce sont repartis sur des comptes à numéros ou sur des comptes offshores !!!

Alors évidemment que dans ce contexte, quelques attentats détournent les caméras et micros de cette presse tout aussi corrompue que ceux qu'elle protège !

On se croirait en Algérie en 1995 ou en Syrie et leurs milliers de milliards planqués ailleurs alors que leurs peuples mangent des pelures et que leurs femmes vont chercher leur eau à pied à des kilomètres !!!

Écrit par : Corto | 12 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Beaucoup de silence de la part de la presse ennemie qui se tait étrangement honteusement suite au meurtre d'une jeune femme aux abords de l'hôpital cantonal genevois !

Tuée à coups de barre de fer et dépouillée, pas un mot dans les postes de la RTS chapeautée par une bande d'islamistes, en plus incapable de lâcher une phrase sans faute de diction !

Écrit par : Cyrano | 14 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Juste pour dévoiler un peu les zigotos qui animent des blogs comme l'autre hystérique pro-hamas, une petite vidéo pour montrer un peu ce qu'il se passe avec les enfants dans les écoles de Gaza, écoles financées par les contribuables suisses !

بكاء وتوبة في أحد مدارس غزة

Écrit par : Cyrano | 15 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Ils sont habités par le diable ces cinglés! Et les commentaires arabes s'en rapprochent!

Y a d'la joie! LOL

Écrit par : Patoucha | 17 avril 2016

Selon un rapport, une délégation conduite par le ministre des Affaires étrangères, Pierre Graber a rencontré de hauts responsables de l’OLP à Genève pour négocier un pacte offrant un soutien diplomatique à la cause Palestinienne en échange de quoi l’OLP renoncerait à mener des attaques terroristes contre la Suisse.

Le terrorisme palestinien en Suisse a frappé pour la première fois en Février 1969, quand une escouade de l’OLP a attaqué un avion d’El Al à Zurich tuant l’un des membres de l’équipage. Trois terroristes ont été arrêtés et condamnés à la prison à vie.

Un an plus tard, en Février 1970, George Habash du Front Populaire pour la Libération de la Palestine (FPLP) a fait exploser un avion Swissair en plein vol, tuant 47 passagers et membres d’équipage, dont 15 Israéliens.

L’avion s’était écrasé à seulement 800 mètres d’un réacteur nucléaire d’une centrale suisse.

Et le 6 Septembre 1970, un avion de Swissair en route pour les États-Unis a été détourné. Trois autres avions ont été détournés dans le même temps, y compris un vol d’El Al, le seule où les pirates de l’air ont été neutralisés.
La Suisse était donc particulièrement motivée pour tenter d’être épargnée par de nouvelles attaques.

Les premiers contacts entre le ministre suisse et les Palestiniens, selon la NZZ, ont été initiés par Jean Ziegler, professeur de sociologie à l’Université de Genève et à la Sorbonne, à Paris, un membre de gauche très controversé du Parlement suisse de l’époque et qui de nos jours siège comme membre du Comité consultatif du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies.

Les pourparlers devaient rester clandestins, afin de ne pas créer une crise diplomatique avec les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Allemagne et Israël, selon le rapport de journal.

Et tous les détails de l’accord sont encore sous scellés, en vertu d’une loi ordonnant une prescription de 50 ans. Mais NZZ affirme qu’il y a bien eut un accord absolument honteux. Ziegler s’est mis en contact avec l’OLP par l’entremise de Graber, qui était membre du même parti, et ils ont obtenu quatre garanties:
Le suisse devait libérer les terroristes qui à peine seulement un an plus tôt avaient été condamnés à la prison à vie.

Suisse s’engageait à soutenir les intérêts de l’OLP dans les cercles diplomatiques internationaux.

Le Suisse a obtenu le statut d’observateur à l’OLP au sein des agences des Nations Unies de Genève.

Et, plus important, les Suisses sont devenus les otages permanents de l’OLP puisque à tout moment le président Arafat pouvait révéler leur lâcheté au monde.
Au fil des ans l’OLP a profité pleinement de cet accord, sous la double menace de révéler l’affaire et le reprendre les attaques terroristes. A ce jour, l’étendue de l’allégeance suisse due à sa capitulation devant l’OLP n’est pas encore entièrement connue.

Farouk Kaddoumi, secrétaire général du comité central du Fatah, a aussi profité de l’accord puisque que l’enquête accusait ses membres d’avoir fait sauter l’avion de Suisse en Février 1970 causant la mort des 47 passagers. Mais soudain les accusations ont été retirées comme par enchantement.

Le Centre de Documentation Diplomatiques Suisses (DDS), un centre de recherche qui édite des documents importants concernant les relations extérieures de la Suisse dans l’histoire contemporaine, ont voulu minorer mercredi l’importance de ces contacts entre la Suisse et des fonctionnaires de l’OLP révélés par la presse.
« Les pourparlers Graber à Genève en Septembre années 1970 n’étaient pas été connu avant, mais ils sont peu susceptibles d’avoir eu un impact décisif sur les évolutions ultérieures des relations entre la Suisse et l’OLP, » ont ils dit dans un communiqué, insistant sur le fait qu’ils n’ont trouvé aucune trace de la réunion de Genève dans les documents officiels.

De plus, ils disent douter que des liens plus étroits entre des personnalités officielles suisses avec des représentants de l’OLP dans les années 1970, n’aient été directement liés à l’entente secrète présumée. Mais ils ont avoué avoir trouvé des documents officiels attestant que le gouvernement suisse avait très à cœur de laisser l’OLP prendre ses quartiers dans un bureau à Genève afin de « réduire le risque d’attaques terroristes en Suisse. »

L’article du NZZ est paru en amont du lancement d’un nouveau livre écrit par l’un de ses journalistes, Marcel Gyr, qui a interviewé les anciens responsables palestiniens et suisses ainsi que Ziegler lui-même.

A ce jour, les dirigeants arabes de Cisjordanie et de Gaza possèdent plus de 300 milliards de dollars sur des comptes en Suisse, ceci explique cela.

Écrit par : Corto | 19 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Quelle silence dans ce pays ou les questions empoisonnent l'air !

Que ce passe t-il lorsque les questions provoquent autant d'indifférence et ne soulève plus le moindre débat ?

C'est un peu, voir de plus en plus ressemblant à ce qu'il se passait en Syrie juste avant le printemps libérateur !

Écrit par : Corto | 19 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Tu parles des révélations de Panama ? Alors c'est sur ce billet qu'il faut intervenir : http://posttenebraslux.blog.tdg.ch/archive/2016/04/04/panama-ben-voyons-275233.html
Je pense qu'il y a tant de gens concernés par ces montages financiers que personne n'ose s'y attaquer.
J'ai réagit à chaud en m'interrogeant sur les raisons pour lesquelles les Américains ne figurent pas dans ces documents. On a un début de réponse ici :

http://tinyurl.com/h7qan28

Écrit par : Pierre Jenni | 19 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Disons que de plus en plus de traces entre les états occidentaux et les chefs terroristes montent à la surface et que comme la Suisse, nous assistons à des remontées de plats indigestes dans l’œsophage bancaire helvétique, ne pas oublier que 90% des transferts dans l'affaire panaméenne sont fait en partenariat avec des banques suisses !!

Écrit par : Corto | 19 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire