27 avril 2017

Sempiternam

inmemoria1908linc.jpgComme j'ai un peu dégommé mon vieux sur le billet précédent, je reviens ici, et sur de prochains billets, pour lui rendre hommage en retranscrivant quelques uns de ses textes.


Pour naître, l'Infini est sorti du Néant

Perfection infinie, reflet d'imperfection,

Gémeaux sans qui la Vie ne serait que fiction.

Le Tout est dans l'infime, et l'infime est géant.

 

La Création s'achève et n'est point achevée.

Œuvre de perfection qui jamais ne finit,

L'Imparfait la suscite, au Parfait réuni,

Et lui donne la Vie, marche sans arrivée.

 

Explorant l'Univers en l'infiniment rien,

Compare des photons l'image virtuelle

Au vide sidéral habitant le réel,

Et dis si tu le peux, quel des deux mieux contient !

 

Matière est Energie, Energie est Matière.

Qu'est-ce que l'Energie, sinon la volition

Du Créant au Créé insufflant l'ambition

De créer à son tour ? L Esprit meut la Matière !

 

En mouvante limite, qui n'a point d'existence,

Du Passé, le Présent, sépare le Futur.

Et le Temps qui mesure, des Mondes l'Aventure,

Devant l'Eternité n'a plus de consistance.

 

"Ego" mythe commode, qui pourtant nous limite

Et fait de nous des hommes, où nous étions un-Dieu !

Il faudra bien un jour, en te disant adieu !

Joindre l'Eternité qui déjà nous habite.

 

 

Hermann JENNI

Décembre 1989

12:54 Écrit par Pierre JENNI dans Dieu, Philosophie, Religions, Sciences, Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (10)

Commentaires

Il avait la conscience cosmique, votre pere. Si ca se trouve, aujourd`hui, sous sa nouvelle forme, il est en train de se balader dans l`univers.

Écrit par : jean jarogh | 27 avril 2017

Répondre à ce commentaire

J'espère juste qu'il ne vois pas toutes mes conneries. Il a déjà assez soupiré de son vivant.

Écrit par : Pierre Jenni | 27 avril 2017

Répondre à ce commentaire

Quelles conneries? Il n`y a qu`une chose importante dans la vie: évoluer spirituellement. Les conneries, c`est tout le reste: réussite matérielle, prestige social, pouvoir et autres infantilismes du meme tonneau pour lesquels les imbéciles vendraient pere et mere.

Écrit par : jean jarogh | 27 avril 2017

Répondre à ce commentaire

Je ne savais pas que votre regretté père était poète en plus d'être philosophe.

J'aimais beaucoup être son passager quand je recourais très souvent aux taxis alors que j'avais encore le privilège d'être un travailleur productif.

Sa conversation raffinée me changeait de celle des innombrables "chauffeurs-foot" m'imposant à tue-tête leurs commentaires sur le dernier match du Servette.

Depuis lors, je suis devenu un "citoyen de plaisance" et je prends encore le taxi, la nuit surtout, puisque nos rues sont devenues des coupe-gorge.

Avec une bonne pensée à la mémoire de votre père, prince des taximen de Genève.

Écrit par : Jacques-Andre WIDMER | 27 avril 2017

Répondre à ce commentaire

Je ne savais pas que votre regretté père était poète en plus d'être philosophe.

J'aimais beaucoup être son passager quand je recourais très souvent aux taxis alors que j'avais encore le privilège d'être un travailleur productif.

Sa conversation raffinée me changeait de celle des innombrables "chauffeurs-foot" m'imposant à tue-tête leurs commentaires sur le dernier match du Servette.

Depuis lors, je suis devenu un "citoyen de plaisance" et je prends encore le taxi, la nuit surtout, puisque nos rues sont devenues des coupe-gorge.

Avec une bonne pensée à la mémoire de votre père, prince des taximen de Genève.

Écrit par : Jacques-Andre WIDMER | 27 avril 2017

Répondre à ce commentaire

Merci Jaw, je suis très touché par ce souvenir. Et merci de donner encore une chance aux taxis de vous surprendre.

Écrit par : Pierre Jenni | 27 avril 2017

Répondre à ce commentaire

Bon quand je dis conneries, je m'entends. Mon aventure au CE en était une par exemple.
Mais je n'ai fait de mal à personne. Et puis mon vieux a fait la même, alors...

Écrit par : Pierre Jenni | 27 avril 2017

Répondre à ce commentaire

Votre père, Pierre Jenni, par ce poème, devait être particulièrement profond et pourrait avoir été très concerné par l'hindouisme (L'Esprit meut la matière)

Akasha et Prana

Avec cette question: selon l'hindouisme, Prana vient frapper Akasha qui par le fait matricie un univers nouveau.

Evoque un peu par Prana le père, et Akasha, la mére


Parlons-nous de père et de mère parce qu'il existe Prana et Akaska ou, à partir des parents, en des temps lointains inventa-t-on par "projection"... Prana et Akasha!?

Écrit par : Myriam | 27 avril 2017

Répondre à ce commentaire

Un bon pétard Mr. Jenni, et vous appuyez là-dessus:-)

http://www.absolom.ch/miouse/Wish.wmv

Écrit par : absolom | 27 avril 2017

Répondre à ce commentaire

@ Myriam Le couple Prana-Akasha comme Pere-Mere est une belle interprétation. Selon le point de vue traditionnel, l`akasha est en effet la matrice (mere) de toutes les formes de la matiere tandis que le prana est la force (énergie) contenant en germe toutes les forces (formes d`énergie). La rencontre du prana et de l`akasha libere de la matrice prana les formes de la matiere (fondamentalement cinq, selon l`ayurvéda) au début de chaque cycle de création de l`univers. Dans cette cosmogonie, l`énergie primitive contenant en germe toutes les formes d`énergie est donc représentée par le prana tandis que la matrice contenant en germe toutes les formes de la matiere est représentée par l`akasha. Intéressant détail: dans cette langue mystérieuse qu`est le hongrois (dont le linguiste Noam Chomsky dit un jour qu`elle était la "langue des anges"), "matiere" se dit "anyag" tandis que "mere" se dit "anya"... Par ailleurs, en hongrois le mot "volonté" se dit "akarat", ce qui ressemble assez a "akasha" et le role de l`akasha pourrait aussi-bien etre comparé a celui de la "volonté divine" de la cosmogonie judéo-chrétienne.

Écrit par : jean jarogh | 28 avril 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire