09 juin 2017

La fin du libéralisme

images.duckduckgo.jpgL’idéologie du capitalisme triomphant validé par l’ensemble des nations, ouvertement ou non, repose sur un pré-requis questionnable : L’individu.

Qui suis-je, si ce n’est un ensemble de particules et d’atomes assemblés selon un schéma hasardeux qui mélange un héritage génétique et un acquis culturel ?

La liberté individuelle, si chère aux libéraux et autres libertaires, suggère que l’individu est le mieux placé pour savoir ce qui lui est favorable.

En face, on a la gauche au sens large qui estime que le bien général passe avant celui de la personne et qu’il est donc nécessaire de renforcer l’Etat et les règles qui permettent une distribution équitable des ressources.

A mon avis, les deux tendances sont à côté de la plaque ce qui semble d’ailleurs se confirmer par les récentes sanctions populaires avec l'élection d'un président français, ni de gauche, ni de droite, ou la renaissance des formations dites populistes pour dénoncer l’incurie du système partisan.

Le salut viendra vraisemblablement de la technologie et de la science qui ont d’ores et déjà tué Dieu et qui permettent de comprendre les raisons de nos limitations.

Dans son dernier ouvrage, « La révolution transhumaniste », Luc Ferry fait la moitié du chemin en espérant sauver ce qui peut l’être, notamment en tentant de ridiculiser Jeremy Rifkin qui annonçait déjà la fin du travail il y a vingt ans.

Mais d’autres, un peu plus pointus et actuels comme Yuval Noah Harari avec son « Homo Deus » nous offrent une analyse non complaisante qui déconstruit tout le mythe libéral et sa main invisible si chère aux tenants de la doctrine.

La question du libre arbitre est plus que jamais ravivée à l’aube de l’intelligence artificielle qui promet de surpasser à relativement court terme la suprématie de l’homo sapiens et fait écho aux premiers doutes relevés par Benjamin Libet dans les années 80 lorsqu’il a pu mesurer la latence entre une décision et la validation par le cerveau.

Qu’on le veuille ou non, l’avenir proche confirmera la supercherie du soi et toutes ces écoles qui fleurissent pour favoriser le développement personnel, ou tous ces psys qui prétendent, ou tentent désespérément, de nous guérir de maux que nous nous sommes construits, en suivant des modes ou des courants de pensée obsolètes.

Reste juste à espérer que la gauche ne récupérera pas ces révélations pour venir nous infliger son idéologie de répartition équitable, aussi insupportable que celle de l’inégalité inéluctable.

 

PS. Luc Ferry donne une conférence à Hermance samedi prochain à la Fondation Brocher.

 

Commentaires

Science sans conscience n'est que ruine de l'âme. Rabelais

Écrit par : Jean-Pascal Moret | 09 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Encore faudrait-il pouvoir définir la conscience...

Écrit par : Pierre Jenni | 09 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Et l'âme...

Écrit par : Pierre Jenni | 11 juin 2017

Science sans conscience c'est sans éthique

De plus en plus de malheureux pour le plus grand amusement ou l'indifférence de quelques-uns

La conscience fait intrusion dans nos vies
Un jour ou l'autre

bien souvent dans l'enfance.

Le problème c'est les grandes personnes... plus attentives au temporel qu'au spirituel: les deux temporel et spirituel étant appelés à être partenaires.
Dans les évangiles ou par eux le temporel est un homme qui marche mais qui ne voit pas.
Le spirituel un homme qui voit mais ne marche pas.
On saisit qu'il faut qu'ils se réunissent pour être "au complet"!

ou "plus rien qu'attentives"... au matériel


Les MIBs hommes aux costumes noirs, qui seraient rattachés au phénomène OVNI, au regard vide comme halluciné un peu comme s'ils étaient des robots semant effroi sur leur passage technique parlant sont "excellence*!

Écrit par : MB | 09 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Moi je dis qu'on est pas rendu :-))

Écrit par : absolom | 09 juin 2017

Répondre à ce commentaire

OVNIs agents du changement est un tout grand livre écrit par un psychologue qui après quinze années d'études des traditions, entre autres, celtiques, états modifiés de conscience ainsi que la présentation des plus récentes découvertes scientifiques, non sans avoir étudié à fond les composantes symboliques psychologiques et symboliques des apparitions écrit avec grand savoir, non fantaisie, inventions ou variations des effets de ces manifestations OVNIs sur le psychisme et la conscience humaine.
Auteur Fabrice Bomvin licencié en psychologie

Après 71 pages premières du livre déjà 77 notes.

A propos de Dieu bienheureusement tué par la science selon Pierre Jenni il nous vient en visite un homme d'un certain âge connu petit enfant. Aujourd'hui il parle de "musique"... tout petit de "toumtoum"!
Mentait-il lorsqu'il parlait de toumtoum?

De même nos lointains ancêtres furent animistes puis inventèrent, selon expériences et ressentis, dieux, déesses.
Economisèrent, sans doute: Dieu.

Un musulman appelle son Dieu Père des miséricordes ce qui peut être moins compatible avec les horreurs des terroristes qu'un Allah "grand"!¨

Pour nous un dieu de terreur le devint d'amour

bienheureusement exécuté par les scientifiques!?

Écrit par : MB | 10 juin 2017

Répondre à ce commentaire

On n'est pas sortis de l'auberge!

Écrit par : Patoucha | 10 juin 2017

Répondre à ce commentaire

A propos de l'usage de la référence à Gödel par les non mathématiciens, lire "Qu'appellent-ils penser" de Jacques Bouveresse.
Cela concerne aussi d'autres expressions à la mode, comme la théorie des catastrophes et l'application des principes de la mécanique quantique au monde macroscopique.

Écrit par : Mère-Grand | 10 juin 2017

Répondre à ce commentaire

@Mère-Grand

"J'espère que vous aurez compris que ma remarque ne concernait pas les physiciens."

Gislebert, un puits de connaissances, a répondu aux deux points de votre commentaire :)

Et moi, me suis confondue en excuses sur le précédent billet: Extrait:

"Désolée de vous avoir chagriné avec mon intervention. Je répondais à cette phrase de Pierre Jenni: "Et si, au final, mon blog "coule" comme le suggère Mère-Grand, et bien soit !" Je me rends compte que mon commentaire peut prêter à confusion. Aussi, Mère-Grand, je vous prie d'accepter mes excuses."

Écrit par : Patoucha | 07 juin 2017

Bien à vous

Écrit par : Patoucha | 10 juin 2017

Pour ceux que ma dernière référence a pu intéresser, je me permets d'ajouter, du même auteur "Prodiges et vertiges de l'analogie", paru en 1999.

Écrit par : Mère-Grand | 10 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Oui Bouveresse, grand philosophe, épistémologiste, à contre courant de la pensée ambiante. Il a toujours dénoncé avec raison l'abus qu'ont fait les sociologues du théorème de Gödel, puisque ce théorème s'applique à un cadre mathématique formel, pas piqué des vers d'ailleurs, ce qui n'est pas la sociologie.

Concernant la mécanique quantique, je ne connais aucun physicien qui extrapole l'indéterminisme du monde des particules (modèles mathématiques) au monde réel dont nous sommes des "objets"macroscopiques.

Bouveresse, c'est une bonne référence.

Écrit par : Gislebert | 10 juin 2017

PS A propos de "piqué des vers", une petite pour le week-end :

A l'enterrement d'un chansonnier ami connu pour sa désinvolture à piquer les idées des autres, René Dorin déclara aux fossoyeurs : " Ne le mettez pas trop près du voisin, il va lui chiper ses vers."

Écrit par : Gislebert | 10 juin 2017

Répondre à ce commentaire

:)))))))))))))

Écrit par : Patoucha | 11 juin 2017

Très bientôt nous n'aurons plus de caries, en attendant brossons nous les dents

Écrit par : com | 10 juin 2017

Répondre à ce commentaire

"Très bientôt... en attendant brossons nous les dents"

Avec du sucre? :-) LOL

Écrit par : Patoucha | 10 juin 2017

@ Jenny. "sa main invisible"
Tout ce qui est invisible est dévoilé ici:
http://childabuserecovery.com/european-royals-killing-naked-children-for-fun-at-human-hunting-parties/
Pour faire plaisir à Cotorpédo. Qui va pouvoir nous dire si c'est info ou intox.

Écrit par : Vipère au point | 10 juin 2017

Répondre à ce commentaire

@Patoucha. "On n'est pas sortis de l'auberge!"
Bien dit!

Écrit par : Vipère au point | 10 juin 2017

Répondre à ce commentaire

@Vipère au point/ à point... :)

Hervé Bazin va se retourner dans sa tombe...si vous lui ôter le "point G"... LOL

Écrit par : Patoucha | 10 juin 2017

@ Gislebert
"je ne connais aucun physicien"
J'espère que vous aurez compris que ma remarque ne concernait pas les physiciens.

Écrit par : Mère-Grand | 10 juin 2017

Répondre à ce commentaire

@Pierre Jenni

"Capitalisme, Libéralisme : quelles différences entre ces deux notions ?"

Avec Jean-Marie Harribey, Professeur d’économie à l’université de Bordeaux

Pascale Fourier : Quelle est la différence entre libéralisme et capitalisme ?

Jean-Marie Harribey : Ces deux termes au cours des dernières années ont souvent été pris l’un pour l’autre et cette assimilation, pour ne pas dire cette confusion, est le fait à la fois des tenants du système comme de ses adversaires, ce qui rend cette confusion d’autant plus surprenante. Pour le dire simplement, capitalisme et libéralisme ont quelque chose à voir mais cependant renvoient à des niveaux différents :

http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article2282

Le libéralisme est une doctrine de philosophie politique qui affirme la liberté comme principe politique suprême ainsi que son corollaire de responsabilité individuelle, et revendique la limitation du pouvoir du souverain. Le mot libéralisme fait son apparition au début du XIX e siècle.
Nous dit Wikipédia!

Vous pouvez dire ADIEU au libéralisme avec le roitelet Macron et son gouvernement d'incultes!

"Reste juste à espérer que la gauche ...."

Ils suivront.... - et pas que la gauche - à retardement comme toujours!

Écrit par : Patoucha | 10 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Patoucha, vous avez raison de relever les différences souvent gommées, comme ici, entre le capitalisme et le libéralisme. Un billet de blog ne suffirait pas à en faire le tour.
Pour moi l'un découle de l'autre, ils se nourrissent mutuellement, ils sont presque une condition pour que l'autre existe.
Mon propos ne vise pas directement un système politique ou un idéologie, mais plutôt les aspects sous-jacents. Ici ce qui m'intéresse c'est surtout la perception que nous avons de nos individualités qui nous sont si chères et que nous défendons de manière atavique et génétiquement programmée pour notre survie et plus.
Bien que présenté de manière un peu naïve ou enfantine, j'ai beaucoup aimé le film "Avatar" qui suggère le lien cosmique entre tout ce qui vit. J'ai l'impression que nous commençons à comprendre que nous sommes à la fois beaucoup plus que nos personnalités ou personnages multiples que nous jouons et beaucoup moins dans l'importance que nous nous donnons.
Je reviendrai plus en profondeur sur les propositions de Peter Joseph lorsque son dernier ouvrage, "The new human rights movement" sera disponible en Français. Pour moi, il dénonce admirablement la supercherie actuelle mais surtout il envisage la suite d'une manière tout à fait réjouissante qui m'enthousiasme.
D'autres avant lui, comme Jeremy Rifkin qui annonçait il y a 20 ans déjà, la fin du travail, proposent la venue des "commons", une véritable économie de partage qui n'a évidemment rien à voir avec l'hyper-capitalisme, cette fuite en avant incarnée par des sociétés comme Uber qui donne abusivement son nom au changement de paradigme que nous vivons.

Écrit par : Pierre Jenni | 11 juin 2017

Je vais lire Bouveresse. Je suis parfaitement conscient des limites de l'intrication quantique qui s'applique au niveau des particules et des ondes, soit au microcosme, et de la spéculation dont je fais preuve en suggérant une analogie dans nos vies macroscopiques. Je regrette pourtant que la plupart des physiciens rejettent sans autre forme de procès un principe simple : Pour étudier valablement un sujet il faudrait pouvoir s'en extraire, le regarder de l'extérieur, et si possible avec autre chose que des yeux et une pensée. Le simple fait d'observer un phénomène le corrompt.
Et puis le doute devrait être une vertu cardinale des chercheurs qui font souvent preuve d'intégrisme tant ils ont passé de temps à travailler sur la base d'un axiome considéré comme un acquis.
J'ai eu du plaisir à entendre Alain Aspect à Uni Dufour relativiser l'opposition systématique de ses autres collègues invités sur la théorie des cordes et des univers parallèles. Il faut être courageux dans ce milieux pour défendre les postures marginales qui font rire sous cape la communauté.
Rien n'est jamais acquis, la science devrait appliquer à elle-même sa rigueur pour ne pas oublier que c'est un "work in progress" permanent et que les axiomes sont provisoires.
L'idée de brique unique si chère à mon père résonne en moi. Elle implique que l'immensément grand et l'infiniment petit sont régis par des règles identiques et transposables à l'infini dans de multiples combinaisons qui permettent la diversité à un point tel qu'il semble n'y avoir que des exceptions.

Écrit par : Pierre Jenni | 10 juin 2017

Répondre à ce commentaire

"On peut remarquer, du reste, qu'autant l'indécidabilité dont il est question chez Gödel est arrivée comme une surprise pour les spécialistes, autant l'indécidabilité qui peut exister en matière de signification est une chose banale et attendue, que personne n'a jamais proposé sérieusement d'essayer de surmonter par la construction d'un système ou d'un calcul approprié."

Extrait de Jacques Bouveresse dans "Qu'appellent-ils penser?"

Écrit par : Pierre Jenni | 10 juin 2017

Répondre à ce commentaire

@Patoucha. Hervé Bazin va se retourner dans sa tombe...si vous lui ôter le "point G"... LOL
Hervé serait-elle Hervée?
Au seccours, il y a un touriste-pas-si-simple qui a la haine des animaux. Animaux = écolos = nazis. Au secours!
http://stephanemontabert.blog.24heures.ch/archive/2017/06/02/desaccords-de-paris.html?c

Écrit par : Vipère au point | 11 juin 2017

Répondre à ce commentaire

@Vipère au point

"Hervé serait-elle Hervée"

Ah! Je vais procéder en trois étapes :)

1/ Hervé yerait-il ... passé mieux que serait-elle..... :) Mais je comprends que vous ayez cru faire la liaison...

2/ Esprit coquin....... Mais.... sachez que "lui" AUSSI a un point G. "Elle" n'en a pas le monopole!

3/ Que c'était une tournure qui tombait à point... pour la petite confusion phonétique.... :-P

Écrit par : Patoucha | 11 juin 2017

Voir aussi "Ce dont on ne peut pas parler, il faut le taire", notamment sous "defitexte.over-blog.fr" et pour faire le lien avec un sujet précédent du blog, la religion, Entretiens avec Jacques Bouveresse sous "theoremes.revues.org"

Écrit par : Mère-Grand | 11 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Pour montre le lien entre les sujets traités dans ces textes voici un extrait:
"En dehors des mathématiques, dont le cas est un peu à part, la science est obligée, dit-on, de se contenter de vérités simplement probables et elle doit accepter également dans de nombreux cas de ne pas savoir et de ne pas savoir non plus si elle pourra ou non un jour savoir. Pourrait-on dire exactement la même chose de la religion ?"

Écrit par : Mère-Grand | 11 juin 2017

Répondre à ce commentaire

@Mère Grand

".... de ne pas savoir et de ne pas savoir non plus si elle pourra ou non un jour savoir."

C'est très clair là..... ?! :)

Écrit par : Patoucha | 11 juin 2017

Et le Fascisme Libérale, ça existe aussi!

"La fin du Libéralisme", oui mais en continuité c est sa substitution par le Fascisme Libérale. Il n yaka voir Trump. Il n yaka voir ce que la France avait fait et continue à ce jour à le faire au nom du Realpolitik et au nom de ses Intérêts commerciaux. Quitte à utiliser tout moyen amoral et assassin autant en Afrique (La FranceAfrique ou plutôt le Fric de l Afrique pour la France)et au Proche Orient (se faire payer grassement par le Qatar-Saoudie ce que nous avons su qu Al Nosra/=Al Qayda fait du bon boulot en Syrie selon l "Evangile" du Saint Fabius...)

Écrit par : Charles 05 | 11 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Encore une avec laquelle nous ne sommes pas sortis de l'auberge! LOLLLL

Écrit par : Patoucha | 11 juin 2017

@ Patoucha
"C'est très clair là..... ?! :)"
Pour moi, oui.

Écrit par : Mère-Grand | 11 juin 2017

Répondre à ce commentaire

P.S.
Voir le scepticisme en philosophie occidentale et le madhjamika dans le bouddhisme.

Écrit par : Mère-Grand | 11 juin 2017

Répondre à ce commentaire

@ Mère-Grand

En me plongeant dans le madhyamika dans le bouddhisme, et cette explication résume parfaitement cette logique de réfutation appelée: négation non-implicative, d’une autre affirmation. C'est bien ce que j'ai compris et ce qui m'a paru saugrenu:

"ne pas savoir et de ne pas savoir non plus si elle pourra ou non un jour savoir."

Quel est le rapport avec le scepticisme en philosophie occidentale? Deux cultures totalement opposées? L'humilité pour l'un, la domination pour l'autre?

Je sais... je simplifie :)

Bonne fin de soirée

Écrit par : Patoucha | 11 juin 2017

Finalement, après m'être coltiné sa charge contre Sokal et Bricmont dans l'extrait que nous a proposé Mère-Grand, je vais zapper Bouveresse.
Non pas pour la pertinence de son propos, mais plutôt en raison de cette vague impression qu'il s'écoute causer et s'étale pour régler des comptes. Son discours m'apparait clair, mais je termine avec la sensation qu'il n'a pas dit grand-chose si ce n'est que les intellectuels manquent de rigueur lorsqu'ils utilisent des démonstrations scientifiques, ou mathématiques dans le cas de Gödel, pour valider leurs extrapolations philosophiques.
Je trouve au contraire que l'exercice est très sain. Ne serait-ce que par le feu nourrit qu'il provoque tant au sein de la communauté scientifique qu'auprès des philosophes qui semblent se livrer à une guerre d'egos en mal de reconnaissance. Mais aussi surtout parce que les maths passent au dessus de la tête du plus grand nombre et que la vulgarisation fantaisiste permet la créativité, cette qualité si unique au genre humain que les machines mettront du temps à maîtriser.
Je persisterai donc à penser que les implications des découvertes de la physique quantique qui ne s'appliquent apparemment qu'au monde microcosmique, n'ont pas fini de bouleverser nos façons d'expliquer nos réalités quotidiennes. Et, en attendant d'atteindre un niveau de connaissance suffisant pour valider certaines croyances et les transformer en tant de nouveaux axiomes, je continuerai à faire confiance à l'instinct qui me suggère très sérieusement que l'individu n'a pas véritablement d'existence propre.
Sans pour autant embrasser les courants et écoles comme les différents bouddhismes qui proposent des pratiques astreignantes et routinières pour se débarrasser de son ego et passer à côté de sa vie incarnée dans l'espoir de sortir du cercle infernal des incarnations et son lot de souffrances inévitables.
Et encore moins avec le vain espoir de rejoindre un jour un paradis mérité.

Écrit par : Pierre Jenni | 11 juin 2017

Répondre à ce commentaire

"sa charge contre Sokal et Bricmont"
C'est une charge contre les détracteurs de Sokal et Bricmont.

Écrit par : Mère-Grand | 11 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Oui pardon Mère-Grand, j'ai été un peu vite en besogne...

Écrit par : Pierre Jenni | 11 juin 2017

Répondre à ce commentaire

@ Pierre Jenni
Cela m'arrive assez souvent, même parfois sur des sujets importants.
Quant votre décision de "zapper Bouveresse", je la comprends parfaitement et j'en ai moi-même zappé une grande partie.
Il importe, me semble-t-il, de ne pas oublier qu'il s'agit d'un historien des sciences professionnel, qui en est donc venu, pour toutes sortes de raisons, à consacrer une grande partie de sa vie à l'étude de sujets extrêmes difficiles d'approche, à les enseigner et à mettre par écrit certains résultats de ses recherches et cogitations.
Les personnes dont il critique la pensée dans les écrits que j'ai mentionnés sont également des professionnels de leur branche du savoir, comme le sont d'ailleurs les scientifiques auxquels vous et d'autres intervenants dans votre blog ont fait référence.
A moins d'être victimes d'un ego totalement surdimensionnés (ou, ce qui est encore plus rare, de capacités intellectuelles hors norme et d'un temps presque illimité), nous n'avons pas à faire preuve d'une modestie particulière pour reconnaître que l'effort et le temps nécessaires pour comprendre leurs écrits (pour moi-même j'ajoute l'intelligence, parfois du moins) n'en vaut pas "la chandelle". Surtout si le plaisir n'est pas suffisant pour justifier cet effort.
Vous utilisez l'expression de "vulgarisation fantaisiste permet la créativité" comme, si je vous ai bien compris, une manière acceptable, utile et honnête de s'inspirer du savoir de ces professionnels. Je en crois pas que c'est à cela que s'en prend Bouveresse.
Il critique l'usage fait par d'autres professionnels de la pensée, notamment ceux des sciences humaines et de la littérature, qui font plus que s'inspirer de concepts hors de leur champ et de leurs compétences, mais en trahissent le se sens, le font sans respecter du tout les spécificités des champs de la recherche et en tirent des conséquences sans aucun rapport avec les théories originales, et cela avant tout pour faire valoir leurs propres idées en les situant ainsi dans l'air du temps.
C'est l'équivalent du "Traduttore, traditore" dans le domaine linguistique, sauf que cette expression se réfère à l'inéluctable perte ou modification du sens que la traduction d'une langue à l'autre entraîne. Inéluctable et donc pas condamnable.

Écrit par : Mère-Grand | 11 juin 2017

Répondre à ce commentaire

En complément de mon texte sur le Néo Fascisme Libérale et le pillage de l Afrique par la France (Le France Afrique ce n est rein que le fric de l Afrique pour la France)...

Françafrique : 440 milliards d’euros pillés par la France aux Africains

https://lesbrindherbes.org/2016/11/08/francafrique-440-milliard-deuros-pilles-france-aux-africains/

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 11 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Et c'est reparti comme en 14! LOL

Écrit par : Patoucha | 12 juin 2017

Et c'est reparti comme en 14! LOL

Écrit par : Patoucha | 12 juin 2017

Et voila le fascisme libérale de la France de Hollande et de Fabius.
"Al Nosra donc Al qayda fait du bon boulot en Syrie" dixit Lolo Fabius qui s en est mis plein les poches, à Marakech en septembre 2103 lors de la 4ème réunion des Amis ( c a d les pires Ennemis) de la Syrie!.

https://www.youtube.com/watch?v=3gTkfD5JblM

Écrit par : Charles 05 | 12 juin 2017

Mais c est quoi ces écrits à l autre, Patoucha, qui ressemblent à un pot de chambre qui se prennent pour une maison...Et je ne suis pas le seul à le constater avec ses débilités de Lol et MDR, digne d un déficient jouant au néo-nazi...

Sans autre.

Écrit par : Charles 05 | 14 juin 2017

Je suis d'accord Mère-Grand et je suis persuadé que la remise des pendules à l'heure par Jacques Bouveresse est importante, ne serait-ce que par respect pour ces grandes pointures dont on dénature les travaux par des conclusions oiseuses.
Pourtant, c'est justement ce qui m'apparait intéressant et créatif. C'est grâce à ces fauteurs de troubles que la discussion a lieu et qu'elle permet une forme de "brainstorming" qui peut parfois déboucher sur des trouvailles.
J'ai de la peine avec un ton trop décisif, une condamnation sans porte de sortie, une forme d'arrogance qui suggère qu'il y a les bons et les autres.
Je relève aussi dans le premier extrait que Bouveresse ne conteste pas la grande liberté d'appréciation dans le monde littéraire. Il se contente de fustiger la récupération de démonstrations mathématiques à des fins discutables. Et moi, c'est ça que j'aime. Ce grand écart qui suggère que nous pourrions être surpris et que l'infiniment petit qui s'exprime au niveau atomique de nos molécules pourrait bien avoir une influence déterminante sur les macro-structures que sont nos corps.
Je n'ai aucune compétence qui me permettrait de défendre une telle théorie, mais ce genre d'idée m'incite à rester ouvert à l'inconnu et je me plais à imaginer un mental des cellules qui ferait la nique au cerveau tyran en trouvant un moyen de contourner la centralisation. Et je transpose ce phénomène à nos sociétés qui pourraient bien, grâce à la technologie, redistribuer le pouvoir horizontalement entre tous ses membres, ce que semble suggérer le P2P et la Blockchain.
J'espère pouvoir prochainement relater une expérience que je suis de près à ce sujet, lorsque le projet sera plus avancé : SwarmCity, issu du "hardforking" avec la première tentative par ArcadeCity qui s'intitulait la "Uberkiller app".

Écrit par : Pierre Jenni | 11 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Vous ne vous vous trompez pas de blog Gislebert! Nous sommes bien chez Pierre Jenni! Celle qui me suit comme mon ombre, pour nous servir sa mayonnaise tournée est bien là! LOL

Écrit par : Patoucha | 13 juin 2017

@ Patoucha (11 juin)
"Quel est le rapport avec le scepticisme en philosophie occidentale? Deux cultures totalement opposées?"
Il me semble que les deux démarches se posent la question du savoir, de ses limites et, en plus, du rapport entre le savoir et ce que nous appelons couramment le "bonheur". Cela ressort très clairement du début de l'article sur le scepticisme dans Wikipédia.
Les deux dépassent le stérile affrontement entre la prétention du "je sais" et la désolation du "je ne sais pas" pris dans un sens absolu.
Pour le scepticisme ce dépassement se fait par une démarche résumée par Bouveresse dans l'affirmation que vous citez, à quoi il faut évidemment ajouter que le "ne pas savoir" n'est pas celui de l'ignorance, mais au contraire le résultat d'une démarche qui cherche à savoir au moyen d'un grand savoir et reconnaît finalement ses limites.
Pour le Madhjamika, qui est en cela d'un relativisme absolu, comme d'autres courants du bouddhisme, c'est l'opposition même entre la plupart des termes qui prétendent traduire la réalité qui doit être dépassée. Ce dépassement seul peut par la suite et par des pratiques mentales (sous-tendues par des pratiques corporelles) permettre une forme de libération de l'esprit de questions et de concepts qui enchaînent et engendrent la souffrance.
"L'humilité pour l'un, la domination pour l'autre?"
Je ne crois pas que cette définition s'applique aux philosophies et aux pratiques dont nous parlons ici, qui cherchaient plutôt dépasser les pièges qu'elles recèlent. Je ne crois pas que le scepticisme illustre la nature guerrière ou dominatrice de l'Occident.
Quant à l'Orient, un certain romantisme nous en a légué une vision quelque peut idéalisée. Pour ne prendre qu'un exemple, Gandhi lui-même n'a pas considéré son attitude de non violence comme une recherche de paix à n'importe quel prix, mais comme une forme de lutte adaptée aux circonstances.

Écrit par : Mère-Grand | 12 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Mere-Grand, il faut avoir de l'intérêt - et surtout le.temps - pour ce questionnement philosophique. Ce n'est pas mon cas. Je n'ai pas l'esprit tortueux. Je prends la vie comme elle vient. Cela n'empêche de faire un bilan pour peser le pour et le contre et repartir sous de meilleures bases. La vie, avec tous ses aléas, n'´en est que plus heureuse à vivre. Les personnes qui me côtoient me demandent souvent - à ma grande surprise - mon avis....... :)

Bien à vous, je quitte!

Écrit par : Patoucha | 12 juin 2017

@ Pierre Jenni
"Je n'ai aucune compétence qui me permettrait de défendre une telle théorie"
Vous soulevez là un problème très important, tout en restant, heureusement d'une humilité qui vous évite les dérives de ceux qui arguent pratiquement de leur ignorance (par rapport aux savants du "système", cela s'entend) pour berner des gens, généralement perdus ou en souffrance, encore plus ignorants qu'eux.
Le monde abonde an charlatans qui se posent en victimes d'un savoir (et donc d'un pouvoir) officiel en partie imaginaire pour abuser de la confiance de gens dans la détresse. Ceux-là s'appuient presque toujours sur un "autre" savoir, le leur propre, qui répond à leurs propres critères de pertinence. Ce sont souvent des savoir qui ont pour eux leur ancienneté ou leur étrangeté et se soustraient à un examen rigoureux par toute sortes de procédés, dont en particulier l'incapacité de la science actuelle de rendre compte des phénomènes qui la dépassent. Cela va de l'astrologie à la magie, en passant par toutes sortes de pratiques plus ou moins à la mode, ou plutôt adapté à notre mode.
Cette dernière remarque touche, par exemple, au chamanisme, qui a passé, pas sans dommage, de la toundra ou des steppes d'Asie du Nord-Est (pour prendre cette tradition) aux salons des des gens huppés de nos sociétés occidentales. Cette remarque n'a rien d'insultant pour le chamanisme lui-même, qui a, comme nombre d'autres pratiques non scientifiques ou pré-scientifiques, une valeur sociale et une utilité thérapeutique (liée elle-même a sa valeur sociale) indiscutable. Je ne m'étends pas sur le sujet de cette validité elle-même, ni sur la manière dont elle a été mise en cause et défendue au cours du temps.
Je remarque cependant que l'utilité du chamanisme, comme celle d'autres pratiques, insérées dans leur époque et leur aire géographique n'ont guère pu amener à des graves exploitations de l'ignorance d'autrui et de leurs souffrances au profit d'individus ou de castes dominantes. C'est autant dans leur qualité de non-nuisance à autrui que dans leur utilité que nous devons les juger.
P.S. Je ne touche pas à la question de la définition du savoir ou des savoirs, qui mériterait quelques volumes supplémentaires, déjà écrits et disponibles dans les bibliothèques et, sur nos blogs quelques paragraphes illustrant, comme d'habitude, autant nos ignorances que nos modestes bribes de savoir.

Écrit par : Mère-Grand | 12 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Je n'ai rien contre le liberalisme de base, celui que l'on cite. Par contre le libéralisme tel qu'il apparait n'a rien à voir aujourd'hui. Nous sommes dans l'ultra liberalisme.
On ne prend plus de risque. Les riches n'ont plus la culture du mécenat.
La capitalisme je n'ai rien contr eà la base non plus. Je suis plutot d'accord que chacun devrait avoir son propre hébergement. Alors oui c'est une forme de capitalisme. Oui une maison est une richesse ; mais seulement parce que l'on la lui a donnée. Dans l'absolu, un toit, selon les principes de bases économiques et marketing, c'est un besoin primaire, comme manger.

La différence entre une famille cherchant à acheter une maison pour arrêter de perdre de l'argent dans des loyers exorbitants, je dirai meme que c'est du vol et une personne cherchant à achter une xième risence secondaire, fait au final plus de mal pour la région. Malheureusement, l'avénement de gens riches (on dit que c'est bien pour les impôts) fragilise la vraie économie locale en augmentant le cout immobilier pour une présence de 6 mois par an...cet ultra libéralisme, qui consiste a essayer d'avoir encore plus (alors que l'on a assez) au lieu de donner des coups de pouces concrets sur la région. Les forfaits fiscaux n'apportent malhereusement pas autant qu'on le voudrait pour la culture!
Les libéraux crachent sur la culture (celle qui coute 250 millions en budget) mais oublie que la culture c'est une plus value de 4,6 milliard, soit plus que l'horlogerie!
Les sociétés civiles prendront le relais petit à petit (pas les sociétés civiles de Macron qu'on veut nous faire croire comme civiles). Ces dernières, plus proche de l'anarchie (définition absence hierarchie et pas chaos, à ne pas confondre avec anomie) est une doctrine qui fonctionne depuis la nuit des temps et qui ne s'arrêtera jamais. Pour exemple, lorsque vous décidez d'organiser une randonnée entre amis, le simple fait de l'organiser entre vous, sans demander de compte à l'Etat ou un tiers, est une organisation anarchique tout simplement.

Écrit par : plumenoire | 12 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Vous devriez plutôt vous en prendre aux Régies qui se sucrent plus que les propriétaires!

Incroyable de prendre toujours le problème à l'envers!

Écrit par : Patoucha | 12 juin 2017

@ Patoucha
"Mere-Grand, il faut avoir de l'intérêt - et surtout le.temps - pour ce questionnement philosophique. Ce n'est pas mon cas."
Vous avez parfaitement raison et il va de soi, pour moi du moins, que cet intérêt ne garantit en aucun cas le bonheur.
Mais il se trouve simplement que de tous temps certains se sont passionnés pour la spéculation intellectuelle, comme d'autres l'ont fait pour d'autres activités qui ont suscité leur passion.
Le grand Dumézil, qui maîtrisait plus de 30 langues pour ses recherches sur les systèmes sociaux et les mythologies, disait dans un interview qu'il avait toujours envié ceux qui pouvaient pratiquer la danse et les sports, choses qui étaient plus difficile à l'époque de sa jeunesse et que le destin lui avait refusé.

Écrit par : Mère-Grand | 12 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Les intellos n'ont pas l'esprit sportif et pour cause Mere-Grand! :)

Écrit par : Patoucha | 13 juin 2017

HS

Savez-vous pourquoi La programmation de Wonder Woman de Patty Jenkins, qui caracole au box-office américain est interdite!?

Après l'interdiction au Liban de la diffusion le 1er juin de Wonder Woman et la déprogrammation du film, dimanche, d'un festival à Alger, la diffusion de Wonder Woman… est suspendue aussi en Tunisie? Ce dernier pays ayant la côte en Suisse.....

Écrit par : Patoucha | 12 juin 2017

Répondre à ce commentaire

En complément cet article:

"Sommaruga rencontre deux Nobels de la paix
Suisse - TunisieLa conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a assuré à Abdessattar ben Moussa et Fadhel Mahfoudh que la Suisse poursuivrait son engagement en Tunisie.

Simonetta Sommaruga a rencontré vendredi à Berne deux membres du Quartette tunisien du dialogue national, structure qui a reçu l'an dernier le prix Nobel de la paix. La conseillère fédérale a rappelé l'importance de la société civile pour la démocratie."

Suite: http://www.tdg.ch/suisse/sommaruga-rencontre-deux-nobels-paix/story/19755507
Mais où est passé le trésor de BEN ALI?

Tunisie : le trésor caché des Ben Ali mis au jour

Par Jim Jarrassé Mis à jour le 21/02/2011 à 17:02 Publié le 21/02/2011 à 17:01

Des liasses d'euros ont été retrouvées.

Estimée à 175 millions d'euros, une partie de la fortune du clan Ben Ali a été découverte dans un palais de l'ancien président tunisien.

Des centaines de liasses de billets cachées derrière une fausse bibliothèque. C'est l'incroyable image qu'ont découvert samedi soir les Tunisiens au 20 heures de la télévision nationale. D'une valeur de 175 millions d'euros, selon une première estimation, le «trésor» a été retrouvé dans l'un des palais du président tunisien déchu Zine El Abidine Ben Ali et de son épouse Leïla Trabelsi sur la colline de Sidi Bousaïd, une banlieue huppée à environ 15km au nord de Tunis.

Des rangées entières de billets de banques - des dinars tunisiens mais aussi et surtout des coupures de 500 euros et des dollars - avaient été placées dans de grands coffres-forts dissimulés derrière une bibliothèque aux portes coulissantes. Les liasses montrées par la télévision étaient encore cachetées, portant le sceau de la Banque centrale de Tunisie (BCT). Les coffres contenaient également des parures serties de diamants, d'émeraudes et d'autres pierres précieuses, des colliers, des ceintures en or massif ainsi que des bouteilles de vin millésimées.

Les images de cette impressionnante «caverne d'Ali Baba» tournent en boucle sur la télévision nationale tunisienne, qui attribue cette découverte à la commission nationale d'investigation sur la corruption et les abus de l'ancien régime. Le président de cette commission, le juriste Abdelfattah Amor, était présent sur les lieux lors de la découverte. Il a assuré que cette «fortune» serait évaluée en présence des membres de la commission et de huissiers. «Elle sera déposée dans les coffres de la Banque centrale tunisienne et, après les procédures légales, elle devra retourner au peuple tunisien», a-t-il ajouté. Selon Euronews, les sommes devraient servir au financement de projets dans les régions défavorisées de la Tunisie intérieure. En fin de reportage, la télévision a montré un fourgon fortement escorté sortir du palais de Sidi Bousaïd pour se diriger vers le siège de la Banque centrale à Tunis.
Une fortune colossale

La fortune des Ben Ali est estimée à 5 milliards d'euros par le magazine américain Forbes. Elle se serait constituée via des montages financiers et des arnaques immobilières, comme le décrivent dans le détail les journalistes Nicolas Beau et Catherine Graciet dans leur livre La Régente de Carthage. Les privatisations des années 1990 et 2000, notamment, ont été l'occasion pour eux de mettre la main sur des pans entiers de l'économie tunisienne. Selon les autorités financières tunisiennes, le clan Ben Ali possédait 90 entreprises et avait des participations dans 123 autres.

La traque des richesses des Ben Ali a été lancée au lendemain de la chute du régime. L'Union européenne a décidé fin janvier le gel des avoirs du couple. Les noms de dizaines de membres du clan pourraient être ajoutés à la liste. Peu après la fuite du président tunisien, la France a demandé à Tracfin, la cellule antiblanchiment du ministère de l'Economie, de traquer les actifs du clan. Une enquête préliminaire a été ouverte et une trentaine de biens, immobiliers ou non, ont été identifiés en France comme susceptibles d'appartenir aux Ben Ali. A l'instar d'un grand appartement à quelques encablures de l'avenue Montaigne à Paris. Dans le garage se trouvent une Bentley, deux Mercedes et une Porsche…

Figaro.fr

Le Projet en Bref : http://www.ctrs.ch/

> Financé par : Direction du développement et de la coopération (DDC) / Division Programme global Migration et Développement (GPMD)

> Thème : Migration et Développement

> Pays/Région : Suisse – Tunisie

> Partenaires institutionnels : Divers ministères, autorités au niveau local, associations, structures du secteur privé

> Budget : 3’500’000 CHF

> Durée : 2014 – 2018

http://www.businessnews.com.tn/la-suisse-remet-a-la-tunisie-38-millions-de-francs-des-avoirs-bloques-du-clan-ben-ali,520,72557,3

"La Banque tunisienne de solidarité (BTS) soutient ces initiatives avec des microcrédits allant de 8000 à 25'000 francs. Sur place, les projets sont supervisés par un coordinateur."

"Le pilote, qui a duré de juillet 2013 à la fin 2014, a été mis sur pied par la fondation suisse du service social international (SSI). Le budget pour cette phase est de 486'000 francs. La Confédération y participe à hauteur de 370'000 francs, le reste provenant d'organismes privés, ainsi que de la ville et du canton de Genève."

http://www.tdg.ch/suisse/programme-suisse-aide-retour-migrants-tunisiens/story/23650986

Je répète Pourquoi cet oubli de la Suisse du trésor de Ben Ali?

Écrit par : Patoucha | 12 juin 2017

Olé,la Suisse, charité bien ordonnée commence par soi-même! Est-ce normal de voir nos dirigeants se faire rouler dans la farine par des profiteurs? L'AVS a réduit des aides alors que des retraités vivent avec moins de 2000 fr! Et personne n'a/ne bouge? Faudrait peut-être demander à l'AVIVO de se réveiller! Son inertie profite aux décisions de coupes des prestations de l'AVS!

C'est mon coup de gueule d'aujourd'hui!

Écrit par : Patoucha | 13 juin 2017

Répondre à ce commentaire

@ Patoucha
"Les intellos n'ont pas l'esprit sportif et pour cause Mere-Grand! :)"
Alors, soit je ne suis pas un intello, soit je suis une exception ;-) Je ne vais cependant pas publier ma biographie sur ce blog.
Je n'ose pas dire qu'il faudrait s'entendre sur ce qu'est "l'esprit sportif", de peur d'être traité d'intello :-)

Écrit par : Mère-Grand | 13 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Bonjour Mère-Grand

LOL Vous voyez BHL faire ne serait-ce que du vélo oú du body building ?Je m'entends quand je fais allusion à l'esprit sportif des intellos :) Mère-Grand.....

Écrit par : Patoucha | 13 juin 2017

@Patoucha

je crois que vous n'avez pas compris la réflexion. Je ne prends pas le problème à l'envers. Je cite UN problème. Si les choses vont mal c'est grace aussi à une complicité. S'en prendre aux régies à quoi cela va servir ? Vous voyez le problème de manière financière alors que je parle de moralité économique.
Dans tous les cas, faite preuve de sagesse et ne vous intéressez pas à mes propos. Vous allez perdre du temps et vous n'allez pas les comprendre.

Écrit par : plumenoire | 13 juin 2017

Répondre à ce commentaire

@plumenoire

Parce que l'un ne va pas sans l'autre?

Mais oui! Oú avais-je la tête? Je suis trop bête pour comprendre "l'intelligence"et la "subtilité" de vos propos....... Désolée..... on ne m'y reprendra plus..... LOL Personne ne comprendra que vous vous en prenez aux gens qui se sont garantis d'un surplus de biens - au demeurant taxés - pour prévoir, en cas d'un revers de fortune dont personne n'est à l'abri, leur avenir et celui de leurs enfants!?

Écrit par : Patoucha | 13 juin 2017

Hors sujet:
Puisqu'il a été très récemment assez longuement question de dieu dans ce blog, je me permets de signaler, à ceux qui ont du temps de libre et le goût de l'étrangeté, la conférence qui aura lieu demain soir mercredi à Uni Mail salle MS160 à 18h 30.
Dans le cadre des activités de la Société genevoise d'histoire des religions Vincent Goossaert fera une conférence intitulée "Devenir un dieu en Chine".
Etonnement et sourires garantis.

Écrit par : Mère-Grand | 13 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Ah ben ça alors Mère-Grand, comment diable est-ce possible. Je me rends au même endroit pour un tout autre sujet...
http://swissaid-fr.cmail19.com/t/ViewEmail/r/E67354D68EB3912D2540EF23F30FEDED/7BD130176BA7B7A60CC2E775D3CF5869

Écrit par : Pierre Jenni | 13 juin 2017

Répondre à ce commentaire

@ Pierre Jenni
Merci de cette information, qui me permet de corriger mon avis:
La conférence en question aura lieu JEUDI 15 JUIN, à la même heure et au même lieu.

Écrit par : Mère-Grand | 14 juin 2017

Répondre à ce commentaire

@patoucha

"Mais oui! Oú avais-je la tête? Je suis trop bête pour comprendre "l'intelligence"et la "subtilité" de vos propos....... Désolée..... on ne m'y reprendra plus..... LOL Personne ne comprendra que vous vous en prenez aux gens qui se sont garantis d'un surplus de biens - au demeurant taxés - pour prévoir, en cas d'un revers de fortune dont personne n'est à l'abri, leur avenir et celui de leurs enfants!?"

A la vue de votre commentaire, je rajouterai CQFD.
Je ne comprends pas votre argumentationt ; de plus les fausses intentions que vous me prêtez arrivent comme un cheveu sur la soupe... (est-ce dû à un problème de lecture ou de compréhension, je ne sais pas). Lorque l'on argumente, il est de bon ton de donner un exemple. Cet exemple sert à illustrer son argument en montrant une des conséquences d'un système. Si vous dites que je m'en prends aux riches, je reprends vos propos "Vous devriez plutôt vous en prendre aux Régies qui se sucrent plus que les propriétaires". Que se soit le propriétaire ou la régie, l'envie du toujours plus est présent. La différence entre vous et mois et que je ne désigne pas UN coupable car il n'existe pas, contrairement à vous. Il y a DES coupables, car pour qu'un système exploite les gens ils faut plein de collaborant à cela et peu importe leur provenance : c'est un fait

Pour avoir été assez longtmeps clerc de notaire avec entre autre spécialité immobilier, ainsi que courtier pour entreprise à gérer des LPP garantient par des immeubles et dont les loyers d' appartements, génèrent des intérêts, je peux en tant qu'ex professionnel, affirmer à juste titre qu'il vous manque beaucoup de données et par conséquent vous résumez cela de la meme manière que le ferait un nouvel apprenti de la branche.

Sur ce je vous laisse à vos hors sujets, où je trouve que vous excellez! Petite chose, il faut éviter à tout prix dans un texte argumentatif, le hors sujet !

Écrit par : plumenoireq | 14 juin 2017

Répondre à ce commentaire

@patoucha

"Mais oui! Oú avais-je la tête? Je suis trop bête pour comprendre "l'intelligence"et la "subtilité" de vos propos....... Désolée..... on ne m'y reprendra plus..... LOL Personne ne comprendra que vous vous en prenez aux gens qui se sont garantis d'un surplus de biens - au demeurant taxés - pour prévoir, en cas d'un revers de fortune dont personne n'est à l'abri, leur avenir et celui de leurs enfants!?"

A la vue de votre commentaire, je rajouterai CQFD.
Je ne comprends pas votre argumentationt ; de plus les fausses intentions que vous me prêtez arrivent comme un cheveu sur la soupe... (est-ce dû à un problème de lecture ou de compréhension, je ne sais pas). Lorque l'on argumente, il est de bon ton de donner un exemple. Cet exemple sert à illustrer son argument en montrant une des conséquences d'un système. Si vous dites que je m'en prends aux riches, je reprends vos propos "Vous devriez plutôt vous en prendre aux Régies qui se sucrent plus que les propriétaires". Que se soit le propriétaire ou la régie, l'envie du toujours plus est présent. La différence entre vous et mois et que je ne désigne pas UN coupable car il n'existe pas, contrairement à vous. Il y a DES coupables, car pour qu'un système exploite les gens ils faut plein de collaborant à cela et peu importe leur provenance : c'est un fait

Pour avoir été assez longtmeps clerc de notaire avec entre autre spécialité immobilier, ainsi que courtier pour entreprise à gérer des LPP garantient par des immeubles et dont les loyers d' appartements, génèrent des intérêts, je peux en tant qu'ex professionnel, affirmer à juste titre qu'il vous manque beaucoup de données et par conséquent vous résumez cela de la meme manière que le ferait un nouvel apprenti de la branche.

Sur ce je vous laisse à vos hors sujets, où je trouve que vous excellez! Petite chose, il faut éviter à tout prix dans un texte argumentatif, le hors sujet !

Écrit par : plumenoireq | 15 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Je laisse la terminaison "CQFD " pour les analphabètes qui veulent "briller" sur les blogs....
"Il faut éviter à tout prix......."

Et vous de faire montre d'une mauvaise foi aussi évidente, ainsi que prendre les gens pour des imbéciles! Je me suis concentrée sur votre état d'esprit. Relisez-vous!

Vous vous en prenez au système suisse grâce auquel les gens gagnent mieux leur vie qu'ailleurs?! Vous traitez les Suisses qui ont une résidence secondaire de voleurs, les forfaits fiscaux octroyés aux milliardaires vous dérangent.... Bref, ceux qui ont fait La Suisse - que le monde envie- sont de parfaits idiots!?

".... un ex professionnel de la branche......"

Qui n'est même pas arrivé à se faire "une place au soleil" qu'il envie à ceux qui ont réussi dans la vie! Que tout ce petit monde, y compris les milliardaires, fragilise l'économie..... Nous sommes en plein "ultra libéralisme"! Mais quel donneur de leçons!

Vous êtes en Suisse, dont le système à fait ses preuves, et non dans une dictature!

"Sur ce.........."

Merci de ne pas y revenir, et vous suggère, avant de tremper votre "plumenoire", de réviser l'orthographe...... dont on ne peut dire que vous y excellez....

ABE

Écrit par : Patoucha | 15 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire