26 septembre 2017

Le mythe helvétique d'un Parlement de milice


Le mythe helvétique d'un parlement de milice a définitivement volé en éclats avec la publication le 23 mai dernier à Berne de l'étude sur les revenus et les charges des parlementaires fédéraux.

Réalisée sur mandat du parlement, cette étude a été codirigée par Pascal Sciarinni professeur au Département de science politique et relations internationales (Faculté des sciences de la société).

Selon les résultats de ce travail, et malgré d'importantes disparités, le salaire horaire médian des élus avant impôts se monte à 79 francs pour un conseiller national et à 76 francs pour un conseiller aux Etats. Et ce, pour un taux d'activité médian respectif de 87 % et de 71 %.

Transposée dans le privé, cette rémunération moyenne est similaire à celle d'un directeur d'une PME informatique.

Les chercheurs ont interrogé les 236 parlementaires fédéraux de la législature 2011-2015. Ils ont été 136 à répondre.

Les élus reçoivent des indemnisations journalières en plus des défraiements pour les dépenses de matériel et de personnel, les nuitées, les déplacements et les repas.

Entre 2011 et 2015, la Confédération a dépensé en moyenne 37,4 millions de francs par année pour indemniser les parlementaires, soit en moyenne 147000 francs par an par conseiller national, et près de 174000 francs par conseiller aux Etats.

11:38 Écrit par Pierre JENNI dans Berne, Parlement, Politique | Lien permanent | Commentaires (34)

Commentaires

A cela s'ajoutent évidemment les rémunérations des divers mandats au sein de plusieurs entités, comme la majorité des députés de la commission de la santé qui siègent dans des conseils d'administration des caisses maladie ou des grands groupes pharma.
Ainsi que les revenus liés à leur activité lucrative de base.
On mesure donc l'écart du niveau de vie de ces humbles représentants du bas peuple.

Écrit par : Pierre Jenni | 26 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Quant à la question du lobbyisme dont traite cet article, si on observe une diminution de la représentation des intérêts privés dans la salle des pas perdus, c'est principalement en raison d'une action beaucoup plus directe en tant qu'élus qui ne se contentent plus de la seule influence en coulisses.

Écrit par : Pierre Jenni | 26 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Trouvez-vous vraiment une rémunération "similaire à celle d'un directeur d'une PME informatique" trop élevée pour un parlementaire fédéral, Pierre? Sachant que le salaire horaire d`un employé de la Migros qui, sans etre "cadre supérieur", a une certaine responsabilité organisationnelle, est d`environ 30 francs; le parlementaire fédéral percevant a peine le double de ce salaire est-il trop payé avec ses responsabilités de niveau national?

Écrit par : J.J. | 26 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Calcul simple :)

147.000 francs -/- 12 = 12.250 par mois par conseiller national

174.000 francs -/- 12 = 14.500 par mois par conseiller aux Etats.

"similaire à celle d'un directeur d'une PME informatique" ......

Où ça? en Hongrie?

Écrit par : Patoucha | 26 septembre 2017

J'aimerais prendre votre commentaire pour de l'humour Jean. Mais vous avez l'air sérieux.

Écrit par : Pierre Jenni | 26 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Y aurait-il qqchose que j`ai mal compris dans votre billet, Pierre? Sinon, 79 francs de salaire horaire ne me semblent vraiment pas beaucoup pour un travail de parlementaire fédéral. On peut dire ce qu`on veut mais la Suisse fonctionne tres bien et c`est aussi grace au travail de ces parlementaires. Désolé de vous contredire mais, si vous pensez que la Suisse ne fonctionne pas bien, faites donc un tour dans n`importe quel pays étranger, meme européen.

Écrit par : JJ | 26 septembre 2017

Nous revoilà avec une commission genre Bergier composée d'ultra-gauchistes qui vient nous dire la vérité sur la Suisse. Merci Pierre Jenni de répercuter ces âneries...

Écrit par : Géo | 26 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Et je n'ose même pas imaginer ce que touchent les 100 parlementaires qui n'ont pas souhaité participer à ce sondage.

Écrit par : Pierre Jenni | 26 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Euh... c'est quoi un ultra-gauchiste chez nous Géo ? Vous auriez un exemple ?

Écrit par : Pierre Jenni | 26 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Dans un précédent billet, j'attirais l'attention sur les limites de la démocratie parlementaire en dénonçant principalement les dysfonctionnements du travail en commissions et la validation presque systématique en plénières.
http://posttenebraslux.blog.tdg.ch/archive/2015/02/04/limites-de-la-democratie-parlementaire-264296.html

Aujourd'hui je deviens plus cynique, moins romantique. Nos élus sont des marionnettes pilotées par les puissances économiques toutes acquises aux thèses mondialistes dans son idéologie pure.

Écrit par : Pierre Jenni | 26 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Je suis aussi très curieux du nombre d'heures effectives ce pourcentage représente. Il me semble que nos parlementaires ne passent pas entre 71 et 87 pourcent de leur temps à siéger.
Quelle est la part de travail en commissions ?
Les travaux à domicile sont ils rémunérés ?

Notre système cumule les défauts d'une part d'une milice qui ne dispose pas des qualités professionnelles pour viser une efficacité minimale et d'autre part d'un statut de professionnel sans compétence particulière mais au service de son véritable employeur inavoué.

Écrit par : Pierre Jenni | 26 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

"Vous auriez un exemple ?" Faites comme moi : arrangez-vous pour être de retour à 11h le dimanche après votre footing et écoutez "les beaux parleurs" en préparant le rôti dominical pendant que madame fume la pipe dans le salon en lisant le journal...
Zendali a le don pour dénicher les pires d'entre eux...

"Notre système cumule les défauts d'une part d'une milice qui ne dispose pas des qualités professionnelles pour viser une efficacité minimale et d'autre part d'un statut de professionnel sans compétence particulière mais au service de son véritable employeur inavoué."
Vous oubliez un léger détail : ces gens sont élus par le peuple. Cela s'appelle un système démocratique. Faites passer votre conception devant le peuple, on en reparlera. La version française du politicien professionnel passé obligatoirement par l'ENA : Non merci. Et d'ailleurs, les Français les ont presque tous jetés récemment...

Écrit par : Géo | 26 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Les beaux parleurs, je ne les louperai sous aucun prétexte. Sauf peut-être la Corinne qui m'exaspère au plus haut point. C'est pas tellement les mots, mais le ton. Je l'écoute pour mieux continuer à la détester. Tout en rêvant de la sauter histoire de lui rappeler deux trois trucs qu'elle semble avoir oublié.
J'ai des fantasmes bon enfant. Genre blouse blanche ou ascenseur. Lizza Mazzone m'inspire aussi ce genre de compassion spontanée.

De là à parler d'ultra-gauchistes...

Oui, le peuple est souverain. Et il est assez sage chez nous. Reconnaissez pourtant que ce qu'on lui propose, tant dans la forme que dans le fond, reste très limité.
Nous répondons par oui ou par non à des sujets complexes qui, comme nous avons pu le remarquer dimanche, font parfois l'objet de paquets tout simplement indigestes.
Ensuite, lorsqu'il s'agit d'élire nos représentants, ne disposant pas des outils qui nous permettraient d'évaluer celui qui correspondrait le mieux à nos sensibilités, nous sommes contraints de voter pour un parti et les stars qu'ils mettent en avant. Un chèque en blanc pour un principe.

Si je suis conscient que notre modèle est moins mauvais que les autres, je pose ma pierre à l'édifice pour participer à son amélioration en dénonçant les faiblesses.

Je reste persuadé que la technologie va nous permettre de faire des bonds et sauter des étapes. J'espère juste que nous serons capables de saisir ces opportunités à temps. Avant que ça pète.

Écrit par : Pierre Jenni | 26 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Je ne discute plus avec quelqu'un qui fantasme sur C. de S. Son père chantait "J'aime la vie, je fais des bébés". Il aurait plutôt du le jeter au Rhône, son bébé...

Il n'y a qu'une solution pour sortir de l'ornière que vous voulez dénoncer : faites vous même de la politique. Vous avez essayé et vous avez renoncé. Alors bon, carpe diem. De toute façon, vous avez passé 60 ans. Il est temps de penser aux choses sérieuses : le farniente.

Écrit par : Géo | 26 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Ce qui parait vous déranger tant, Pierre, c`est que le systeme comporte une part d`injustice au sens que ceux qui forment le dessus du panier politique ne le doivent pas forcément qu`a leur mérites personnels et n`ont pas forcément que les intérets d`autrui a coeur. Il y a surement du vrai la-dedans mais la vie est ainsi faite que chacun -en général- pense d`abord a soi (meme si l`on rechigne a le reconnaitre) et que, par ailleurs, il vaut toujours mieux se trouver au bon moment au bon endroit que l`inverse pour obtenir quoi que ce soit, toutes choses (par exemple le mérite personnel) égales par ailleurs. Faut-il que j`entre dans les détails?

Écrit par : JJ | 26 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Oui Jean j'adorerais des détails.
Ce n'est pas tant l'injustice qui me gêne. La séparation des pouvoirs fonctionne plutôt bien au niveau national. A Genève, par contre...
Je dénonce l'inefficacité du travail parlementaire, les dérives du lobbyisme et in fine, le phagocytage des postes déterminants. Nous pouvons faire beaucoup mieux en donnant directement la parole au peuple grâce aux outils numériques que sont les blockchains, le P2P et les applications décentralisées.
Je développe ces sujets depuis longtemps sur mes blogs et autres commentaires sur les contributions qui s'y rapportent. C'est presque devenu le centre de ma démarche car je crains les lenteurs de l'administration et les réticences de ceux qui sont en place face à la révolution incontournable qui se dessine.

Écrit par : Pierre Jenni | 26 septembre 2017

Quant à l'opportunisme dont devrait faire preuve tout être sensé pour s'occuper de son bien personnel, vous parlez à un convaincu.
Pour la simple et bonne raison que je considère qu'un bon altruiste est un égoïste suprême.
D'abord parce que pour aimer les autres il s'agit déjà d'apprendre à s'aimer soi-même.
Ensuite parce que notre bonheur dépend étroitement du bonheur d'autrui.
Enfin par la découverte que prendre et donner s'équilibrent naturellement. C'est une condition de la vie. Celui qui ne fait que prendre explose et celui qui ne fait que donner se vide. Chaque cellule de notre corps connait cette règle. Seules nos têtes viennent y foutre le souk.

Écrit par : Pierre Jenni | 26 septembre 2017

Géo, je suis bientôt un pro du farniente. J'envisage même de relativiser mes réticences à devenir un guru de la discipline.

Quant à la question de ma candidature au CE, je reconnais volontiers avoir fait preuve d'innocence, pour ne pas dire naïveté, dans cette aventure.
J'ai au moins appris qu'il était parfaitement illusoire d'envisager une alternative au système partisan et à la hiérarchie bien présente même si elle n'est issue d'une formation dédiée comme chez nos voisins.

Reconnaissez-moi au moins un minimum de culot et de dédicace au travers de cette tentative un peu pathétique de se mettre à disposition. Et de grâce Géo, cessez de penser que je souffre d'un travers narcissique, comme cela transpire dans presque chacune de vos interventions. Je ne sais pas même qui je suis et ce que fous là.

Écrit par : Pierre Jenni | 26 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

"Je ne sais pas même qui je suis et ce que fous là." VOUS, écrire cela : C'EST du narcissisme ! Cela dit, je n'y avais pas fait allusion auparavant. Et nous sommes tous un peu narcissiques. Comme vous l'écrivez : "pour aimer les autres il s'agit déjà d'apprendre à s'aimer soi-même."
Il est vrai que ce n'est pas le sens même de narcissisme : être amoureux de soi-même.
Guru du farniente ? Vous avez peu d'avenir dans ce domaine. Les Suisses me paraissent déjà très doués naturellement. A quoi croyez-vous que servent tous ces millions d'étrangers chez nous ? Ce n'est que depuis peu qu'on a accueilli des inutiles par ici...

Écrit par : Géo | 26 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Et moi qui pensais que nous étions les dignes héritiers des travailleurs aux bras noueux...

Écrit par : Pierre Jenni | 26 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Vous avez déjà jeté un coup d'oeil sur les gens qui travaillent sur les chantiers, dans la construction, dans les champs, les vignes, les vergers ? Dans les usines d'horlogerie ou de machines-outil ? Dans les tunnels ? Y a t-il plus que 1% de Suisses ?
Les Suisses bossent dans le tertiaire. Cela paie nettement mieux et ce n'est pas salissant. Ou plutôt, cela n'est salissant que moralement, mais ça, hein...
Ce n'est pas que tout le monde s'en fout, loin de là, cela donne une raison d'exister aux socialos, qui en sont très reconnaissant. Sinon, à quoi serviraient-ils ?
D'ailleurs, lisez le billet de Domaine public sur les dernières du prêt CS au Mozambique. Heureusement pour notre fierté que Crédit suisse n'a de suisse que le nom, mais justement, il faudrait se demander ce que font les responsables du drapeau face à tous ces abus d'emblème. Déjà qu'on a une compagnie aérienne allemande qui a phagocyté le nom de notre pays...

Écrit par : Géo | 27 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

"Y a t-il plus que 1% de Suisses ?" Il y a un pays qui nous ressemble beaucoup sur ce chapitre : le Koweit...
Et il y avait un mélenchon dans un pays voisin qui voulait aussi leur faire leur poche...
Comparaison n'est pas raison, je sais.

Écrit par : Géo | 27 septembre 2017

Répondre à ce commentaire

Comme je sais ce que vous navez fait de 11h jusqu'à maintenant 12h30, passons aux commentaires...
Réflexion faite, on est bien content de l'avoir, Coline de S, comme exemple de tout ce que l'on dénonce depuis si longtemps. Elle nous justifie l'accueil de réfugiés par la colonisation, c'est -à-dire l'invasion par les Européens manu militari de toutes sortes de pays, qui d'une part ont résisté ou cherché à résister, et d'autre part se sont vanté -souvent à tort : Algérie, Angola, Mozambique, etc, etc...- d'avoir gagné leur guerre de libération. De cette manière, elle justifie la résistance contre les invasions barbares sans même s'en rendre compte...
Enfin, elle se plaint qu'on présente son frangin comme le fils de Sarclo et non le frère de Coline : elle a bien raison, il est aussi nul qu'elle et indigne d'être le fils d'un chanteur...

Écrit par : Géo | 01 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Je vais devoir zapper cette émission si cette plaie continue à déverser son ignorance en live. Parler d'Uber comme elle l'a fait, sans la moindre connaissance du sujet, me montre à quel point la RTS est descendue bas et ne mérite plus SA redevance.

Écrit par : Pierre Jenni | 01 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Il manque Zendali. Le vieux maître coq sait concocter la sauce assez subtile qui se lie avec tous ses ingrédients. Quand il y a Suzette Sandoz et Slobodan Despot - votre commentaire sur "Antipresse", c'est carrément la honte...-, tout cela prend mieux. La Coline tient mieux son rôle d'épouvantail gauchiste...

Écrit par : Géo | 01 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Oui, Michel Zendali est vraiment très doué dans ce rôle. J'ai cru comprendre qu'il devait aussi passer sur le billard pour se faire mettre du titane dans le corps, comme vous Géo.
Je reconnais volontiers que mon abandon de la lecture d'Antipresse est plutôt mal justifié, notamment parce que j'apprécie beaucoup les interventions de Slobodan Despot dans les beaux parleurs. Mais nous sommes tellement bombardés d'infos que j'ai décidé de prendre en compte la beauté visuelle de la mise en page qui rend la lecture plus agréable. Sait-on jamais, peut-être envisagera-t-il de soigner sa présentation à l'avenir. Je reviendrai avec plaisir.

Écrit par : Pierre Jenni | 02 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Petite communication entre nous Jenni : cela fait au moins dix commentaires de ma part absolument pas injurieux, parfaitement conformes mais pas à la pensée du possesseur du blog qui ont été censurés. Il est donc impossible de correspondre sur la plateforme TdG. Tout est faux, parce que censuré...

Écrit par : Géo | 04 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Euh... vous parlez de qui Géo ? Je ne censure pour ainsi dire jamais et je déplore que certains trient. Mais c'est aussi très révélateur de leurs limites et de leurs intentions.
J'ai choisi l'ouverture des commentaires sans modération. Vous avez pu constater à quel point c'est devenu un déversoir de frustrations et un refuge pour âmes esseulées. A tel point que j'ai renoncé à répondre et que j'ai réduit sérieusement mes contributions.

Écrit par : Pierre Jenni | 04 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

En son temps j'avais ouvert un troisième blog nommé "Gossips" et qui consistait à dénoncer les censures. Personne ne m'a communiqué des commentaires censurés je l'ai donc fermé. Mais je suggère que vous utilisiez ce blog pour dénoncer ces censures même si votre commentaire n'a aucun rapport avec le sujet du billet. Histoire de permettre au plus grand nombre de mieux comprendre à qui ils ont affaire.

Écrit par : Pierre Jenni | 04 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Le dernier commentaire censuré était sur le blog de la vieille qui cause des tennismen comme Christian Constantin parlerait des beachvolleyeuses...
Votre envie de f...tre les gauchistes que l'on sait et de déprécier Binoche me faisait penser à ce dessin de Cabu qui montrait un légionnaire qui baisait une chèvre en rêvant de Birkin et Gainsbourg en train de baiser Birkin en rêvant d'une chèvre.
Censuré par Mme Edmée Curtat. Cela en dit long sur l'intelligentsia genevoise...

Écrit par : Géo | 04 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Et impossible de répondre à ce commentaire chez Michèle Roulet :
Les commentaires signés Géo ne sont évidemment pas de Géo...
Écrit par : Mon petit doigt m'a dit | 02/10/2017
Ce que je trouve parfaitement odieux. Je ne connais pas cette personne, mais quand on sait qu'elle a des responsabilités dans l'école : pauvres écoliers...

Écrit par : Géo | 04 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

"En son temps j'avais ouvert un troisième blog nommé "Gossips""
Comment le retrouver ?

Écrit par : Géo | 04 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

J'ai viré le blog Gossips et son contenu. Ceux qui pratiquaient le plus la censure étaient des hommes politiques, de droite comme de gauche. Et des journalistes. Décaillet trie beaucoup. Ils est très susceptible lorsqu'on parle de lui. Les pires était Eric Stauffer et Roger Deneys.

J'ai aussi remarqué que parfois ce n'était pas de la censure mais un bug ou un oubli.

Je déplore aussi cette habitude qu'ont les journalistes de se planquer derrière une certaine déontologie pour balancer des bombes et ne pas assumer la discussion par la suite.

La question de l'usurpation d'un pseudo est aussi pénible. Même si on reconnait le ton d'un auteur à force de le pratiquer, je trouve tout à fait détestable et lâche de causer à la place d'un autre.

Pour revenir à Juliette Binoche, je précise que je la trouve très belle et intelligente. C'est juste qu'elle ne m'inspire pas du tout d'envie. Mais j'ai compris qu'on utilisait le terme de sexy pour tout et n'importe quoi.

Écrit par : Pierre Jenni | 04 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

" Mais je suggère que vous utilisiez ce blog pour dénoncer ces censures même si votre commentaire n'a aucun rapport avec le sujet du billet. Histoire de permettre au plus grand nombre de mieux comprendre à qui ils ont affaire."

En voilà une bonne idée:

"Vous êtes maître de votre blog, Antonio. Vous pouvez décider de ne pas publier les commentateurs parasites qui squattent votre blog et salissent la plateforme Tdg en permanence, grâce à votre blog et celui de Pierre Jenni."

Écrit par : Géo | 20/09/2017

Décidément! Une poignée de personnes qui sévissent actuellement sur les blogs ont pris l'habitude de balayer devant la porte des autres avant de s'occuper de la leur. Ils vont même jusqu'à y déposer leur poubelle!

Écrit par : Patoucha | 18 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire