24 octobre 2017

Bodyworlds

-1.jpg- Dis papa, tu m'accompagnerais à l'exposition sur les corps plastifiés ?

- Mouais... pourquoi pas. Je suis curieux.

 


Pas vraiment curieux de ces corps qui me semblent tous plus ou moins identiques, mais curieux de la démarche de l'artiste et de la controverse qu'occasionne son oeuvre.

A la caisse j'apprends qu'il y a environ 300 personnes qui visitent l'expo par jour de semaine et beaucoup plus le WE. Un rapide calcul me donne une approximation sur le chiffre d'affaire d'environ cinq millions de dollars par an depuis plus de 10 ans. Reste à connaitre le coût de production, de logistique et de transport pour se faire une idée du rendement qui doit être substantiel.

Tout est très léché. Les modèles sont mis en valeur sur des fonds noirs dans des postures improbables qui donnent un aspect ludique et spectaculaire. Très vite je renonce aux explications audio ainsi qu'à la plupart des rudiments scientifiques sur l'anatomie, le métabolisme et les diverses fonctions vitales des muscles, squelette et organes. Je ne suis pas venu pour rattraper mon immense ignorance dans ces domaines. Et c'est là que les questions surgirent.

Je m'étais abstenu de tout apriori et j'ai accompagné ma fille l'esprit ouvert et curieux. Pourtant, assez vite, j'ai éprouvé un léger malaise qui s'est installé dans ma gorge. J'avais beau chercher la cause, je ne la trouvais pas. Il n'y avait pas d'odeur particulière, la salle n'était pas bondée et je n'éprouvais aucune gêne particulière à observer ces corps.

Puis je me suis demandé ce que penserait un étudiant en médecine de tout cet emballage scientifique qui déballe des rudiments éducatifs. L'artiste, ou ses producteurs, ont-ils éprouvé le besoin d'adoucir l'impact par cette manoeuvre ?

Et ces maximes d'auteurs, poètes ou autres célébrités en photos grand format qui suggèrent une ode à la vie ? Quel rapport ?

Et ces poses ? Si encore on pouvait observer le mouvement particulier des muscles, comme sur cet homme en grand écart. Mais non, tout n'est que lambeaux assemblés tant bien que mal. Avec les moyens dont nous disposons aujourd'hui, il serait possible de faire la même chose en beaucoup plus réaliste avec des imprimantes 3D et des robots qui traduiraient fidèlement le mouvement des muscles, la circulation du sang et des autres fluides etc.

C'est alors que j'ai remarqué que des gens observaient les autres pour essayer de décoder une réaction. J'ai compris qu'on venait voir ces écorchés non pas pour l'excuse avouée de découvrir un monde que nous ignorons largement, mais pour comprendre la polémique et dire que nous y étions. Ma fille me suggère que personne ne viendrait voir cette exposition si les corps n'étaient pas des vrais.

Les gamins s'ennuyaient ferme. A la fin du parcours, nous découvrons les procédés qui ont permis cet immense travail et on comprend qu'il est évidemment impossible de garder la souplesse des divers éléments qui doivent rapidement être figés.

A la sortie, ma fille m'avoue avoir aussi éprouvé ce noeud dans la gorge. Les réticents qui crient au scandale et à l'exploitation, et qui appellent au boycott, auraient-ils perçu l'arnaque sans même devoir le vérifier ? Ou sont-ils sincèrement choqués par la démarche qui viole les rituels ancestraux et la paix des morts, si consentants furent-ils.

Je n'ai pas trouvé d'explication à ce léger malaise, et ça m'intrigue. Mais j'ai le sentiment que cette exposition est surtout un moyen de se faire un max de fric en touchant un large public pas trop exigeant. Je préfère encore un match de hockey ou de foot avec bière et saucisse.

Commentaires

La fascination inquiétante du morbide chez le male de l`espece humaine, aussi vielle que l`espece elle-meme.

Écrit par : Frank Weinstein | 25 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Peut-être Jean, mais cela n'explique pas ce malaise physique que nous avons éprouvé malgré une prédisposition ouverte.
J'attends impatiemment les explications de Myriam.

Écrit par : Pierre Jenni | 25 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Fascination inquiétante, angoisse fascinée. Demandez-vous plutot d`ou vient cette angoisse, Pierre. La réponse est facile.

Écrit par : Frank Weinstein | 25 octobre 2017

"J'attends impatiemment les explications de Myriam."
Que vous ne comprendrez pas davantage.
Et combien coute l'entrée pour se sentir mal a l`aise?
A moins que ce soit le plaisir de jeter l'argent par la fenetre?

Écrit par : Turlututu chapeau pointu | 25 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

25.- c'est à la fois beaucoup et rien. A titre personnel, le rendement de cette dépense commence seulement à donner ses fruits ici, avec vous et d'autres, pour tenter de comprendre.

Écrit par : Pierre Jenni | 25 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Fascination inquiétante, angoisse fascinée. Demandez-vous plutot d`ou vient cette angoisse, Pierre. La réponse est facile.

Écrit par : Frank Weinstein | 25 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Fascination inquiétante, angoisse fascinée. Demandez-vous plutot d`ou vient cette angoisse, Pierre. La réponse est facile.

Écrit par : Frank Weinstein | 25 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Ce "léger malaise", l`auriez-vous si c`était des corps d`animaux? Peut-etre encore un peu avec des mammiferes mais plus guere avec des poissons n`est-il pas?

Écrit par : Frank Weinstein | 25 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Ce "léger malaise", l`auriez-vous si c`était des corps d`animaux? Peut-etre encore un peu avec des mammiferes mais plus guere avec des poissons n`est-il pas?

Écrit par : Frank Weinstein | 25 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Je n'ai pas éprouvé d'émotion contradictoire entre les écorchés du cheval, du coq ou des humains qui étaient exposés.
Je questionne justement le concept même de l'expo qui suggère une introspection sur le sujet de la mort. De façon très claire et d'entrée de jeu, si je peux dire.

Écrit par : Pierre Jenni | 25 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Projection? Peut-être vous êtes-vous vu à la place des cadavres exposés? Anonymes les cadavres? Gloire posthume? Forme d'immortalité (comme les pyramides)?

Il n'y a pas de plus grande sagesse que celle-ci: "Suis-moi, et laisse les morts ensevelir leurs morts." Mt 8:22.

Écrit par : Bjork | 25 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Pour moi les questions seraient plus basiques et plus prosaïques:
D'où viennent ces corps?
Comment ces artistes les ont ils obtenus?
Les ont-ils obtenus légalement?
S'Ils les ont obtenus légalement, quel pays a déclaré cette légalité?
Cette légalité avait-elle fait l'objet d'un quelconque débat?
Pour le déplacement de ces corps plastinés, d'un pays à un autre, a-t-il été nécessaire d'obtenir une autorisation?
Sur quoi fonder une autorisation?

Et si parmi les visiteurs de l'exposition une personne reconnaissait un des siens ou une ancienne connaissance, quelle serait sa réaction? A qui lui faudrait-il s'adresser pour clarifier cette situation?

La recherche des disparus, dans les disparitions forcées, dans les guerres, dans les naufrages et catastrophes, des prisonniers anonymes morts réclamés ou non réclamés etc. Le CICR devrait avoir un intérêt plus marqué à passer en revue ce genre d'expositions et demander la traçabilité des corps.

A propos des corps. S'ils ont été donnés par les individus eux-même de leur vivant, pourquoi cela n'est-il pas mentionné? Pourquoi n'avoir pas produit son testament holographique, un quelconque acte authentique en accompagnement de leur corps exhibé?

Pourquoi ne demande-t-on pas ce minimum comme cela est le cas pour le bétail de boucherie qui finit dans nos assiettes?
L'humain serait-il une sous-espèce qui ne susciterait chez nous aucun besoin de savoir d'où viennent ces ex-individus, ce qu'ils avaient été et comment ils on fini?
Serions nous devenus une poubelle mentale dans laquelle on peut fourguer n'importe quoi?

Je ne suis pas absolument opposée à ce genre d'exhibitions mais il faudra qu'on m'expose des arguments valables, qu'on me convainque de son utilité prépondérante et qu'on me prouve que cet "art" ne soit pas un consommateur inconsidéré de corps et que ces corps soient recensés par des photos, des signes distinctifs, et comme en médecine légale, qu'ils soient identifiés (pas de remplacement) - exactement comme on le fait pour les collections d'art, de bijoux, d'objets antiques ou d'archéologie.

Ce qui est choquant, ce sont les autorités, les élus et la commission d'éthique eux-même, réputés, ensemble, être nos guides et nos représentants, qui ne nous disent pas quelque chose. Assez étrange qu'ils n'éprouvent aucune curiosité concernant ces êtres figés à disposition desdits artistes.

Artistes! Ça les met vraiment au-dessus de tout? Au dessus de tout questionnement?

Je sais qu'en Allemagne une industrie de plastination (je devrais dire recyclage) de cadavres avait pris son essor dès le début de la deuxième révolution orange en Ukraine. Les auteurs de cette entreprise s'étaient fait remarquer d'abord des les pays nordiques avec des expositions itinérantes notamment à Londres (consécration) ... Comme nul ne semblait avoir été choqué, ils ont pu prospérer. Ils ont su faire admettre la nature de leur activité comme de n'importe quelle entreprise. Et les responsables politiques l'ont admis comme ils admettent n'importe quel art pour ne pas être mis à l'index de l'inculture. Ce qui est certain et très réussi c'est l'art de vous clouer le bec. L'art de vous faire admettre n'importe quel commerce. L'art de vous faire quitter votre corps ici et maintenant, bien longtemps avant d'être mort.

Demain on clouera vif et en public un être humain bien en chair et bien vigoureux, se tordant de douleurs, pour vous fournir encore plus d'émotions: le sang, les cris,les pleurs et les grimaces... J'allais oublier les odeurs..! La mise à mort sous vos yeux.
Commerce oblige! On fermera la place qu'on aura décorée et l'entrée coûtera non pas 50.00 francs mais 5000.00 francs.

Les salles de tortures en pleine activité. Osera-t-on demain recycler chaque séance en spectacle public payant? Du coup, ces salles sortiraient du secret.

Allez! encore un effort! On s'approche du haut moyen-âge où on écartelait et démembrait les gens sur la place publique ou on les clouait au pilori devant les mairies.

Écrit par : Beatrix | 26 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Ne soyez pas si pessimiste, Beatrix. Le fait que cette morbide clownerie n`attire plus vraiment les foules montre que les sensibilités évoluent. Dans le passé, il y avait beaucoup de "montreurs de monstres" (morts ou vivants) ambulants qui vivaient de la fascination des foules pour le morbide ou le difforme, ce montreur-la est probablement le dernier et, quand il sera mort, on pourra le plastiner et le mettre au musée lui-aussi comme le dernier forain de la mort.

Écrit par : Ignaz, le moyne des sables | 26 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Beatrix, l'expo répond à la plupart de vos questions je crois. Je n'ai pas tout regardé en détail mais il me semble qu'il y a des interviews des donateurs. Je comprends vos interrogations mais je n'oserais suggérer un début de réponse tant que je n'aurai pas compris d'où venait notre malaise.

Quant à la fascination du morbide, si ce n'était absolument pas la motivation de ma visite, je suis obligé de reconnaitre que j'avais payé quelques roupies à l'époque pour répondre à l'appel d'un bruit angoissant pour attirer le badaud sur la plage de Madras. Les parents d'une fille adolescente avec deux têtes avaient tendu une corde reliée à un tonneau de métal et ils frottaient cette corde qui résonnait lugubrement loin à la ronde. Je ne savais pas ce que j'allais découvrir sous cette tente mais je dois avouer que je n'ai pu observer cette scène longuement. Et je n'ai jamais cherché réponse aux innombrables questions qui se sont bousculées dans ma tête.

Pour revenir à l'expo, un peu comme les enfants qui s'ennuyaient, je n'avais pas l'impression de voir des corps qui furent vivants. La plastination les a transformés en poupées de plastique mal dégrossies. J'ai un doute sur les véritables intentions de l'artiste car la mise en scène semble l'éluder en l'enrobant dans une sauce indéfinissable qui se veut à la fois scientifique et philosophique et qui prétend permettre de s'interroger sur la mort.

Écrit par : Pierre Jenni | 26 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Dans votre cas, Pierre, le "malaise" que vous évoquez ne vient-il pas de votre allergie a l`autorité et que, plus ou moins consciemment, vous avez ici l`impression que l`on vise a vous imposer des sentiments/états d`ame en vous en mettant plein la vue avec cette mise en scene?

Écrit par : JJ | 26 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

J'en doute Jean. D'une part je ne me suis pas du tout senti imposer quoi que ce soit. Et surtout ma fille a éprouvé le même malaise alors qu'elle n'est pas du tout réticente à l'autorité.

Écrit par : Pierre Jenni | 26 octobre 2017

En lisant votre article, Pierre

Écrit par : Myriam Belakovsky | 26 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Mon commentaire n'a pas passé.

ma foi, tant pis.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 26 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Pierre Jenni,

La Thérapie Primale permet d'avoir recours à la mémoire du corps pour retrouver des expériences d'avant même la naissance avec, pour exemple, un cordon ombilical autour du cou qui peut ensuite, des années et des années plus tard, apporter des malaises du type de celui que vous avez subi sans être en mesure d'en comprendre immédiatement la cause.

Arthur Janov critiquait fort Freud à propos des abréactions qui font appel à la mémoire intellectuelle, qui peut jouer des tours, affirmait-il, sans donner forcément la possibilité de revivre ou de ressentir en soi terreur, dégoût, sentiment d'impuissance, etc.
Ce qui expliquerait la raison pour laquelle après un certain temps des patients qui se croyaient guéris retombent dans un état pire encore que le premier...la névrose, selon Janov, n'étant en aucun cas un simple trouble psychologique mais une maladie.

Mais ce que vous avez regardé, cette exposition, peut vous avoir éprouvés aussi bien votre fille que vous... sans expérience de cordon ombilical autour du cou à la clé.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 26 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

J'ai toujours été intrigué par les médecins légistes et les gynécologues.

Écrit par : badaud | 26 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

@badaud

"Le chirurgien fait tout, mais ne sait rien ;
le médecin sait tout, mais ne fait rien ;
le psychiatre ne sait ni ne fait rien
et le médecin légiste sait tout, mais il est trop tard.”

Un ancien ignorant qui confirme.

Écrit par : Gislebert | 26 octobre 2017

Si votre malaise est du meme ordre que celle de votre fille, pourquoi chercher midi a quatorze heures? Comme déja dit, la fascination du morbide a forcément un coté inquiétant (qui met "mal a l`aise") puisqu`en voyant des morts humains écorchés, écartelés, etc. on met en marche automatiquement un mécanisme d`identification du genre "ca pourrait etre moi". Ce coté inquiétant ne plombe pas l`excitation recherchée quand le quidam moyen paie pour voir ces macchabées puisque sur le plan conscient il se rend compte que "ca n`est pas moi".

Écrit par : JJ | 26 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

De l'Auberge de l'ange gardien, Dominique à l'antenne

Chers auditeurs, de l'Auberge je passe un ou deux jours de vacances après la rencontre avec l'abbé Ficelle... Monsieur Latoque m'annonce la présence du Professeur Werner Strosser-Wernli mondialement connu s'agissant de réincarnation, vies antérieure humaines et animales.

- Professeur, quel privilège pour nous de vous avoir à l'antenne. Vous retrouvez des vies antérieures tant animales qu'humaines?
- Parfaitement.
- Auriez-vous une expérience à nous conter?
- Une patiente se plaignait de suffocation avec des impressions de serrages autour du cou et d'étranglements.
Je l'hypnotisai il en ressortit qu'en une vie antérieure animale elle était un chien qui portait une laisse autour du cou.

Je la pensai guérie mais elle revint encore plus atteinte.
Nouvelles séances d'hypnotisme.

La maîtresse du chien s'était mariée.
Jaloux le chien ne supportait pas que l'époux de sa maîtresse lui passe son collier autour du cou.

A l'écoute du Professeur Werner Strosser-Wernli, le théologien_

- Phénoménal, phénoménal


-

Écrit par : Myriam Belakovsky | 26 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Je reconnais que j'insiste un peu lourdement. Mais c'est pas souvent que j'éprouve une telle incapacité à décoder un sentiment.
C'est comme si mon cerveau n'avait pas accès à certains éléments. Un peu comme lorsque vous sautez la première fois en parachute. Il y a une information que le cerveau est incapable de processer. C'est d'ailleurs une des raison qui font que les premiers sauts se font avec l'ouverture automatique du parachute dès la sortie de l'avion. Pour éviter ce trou noir, cette perte de conscience.
Je n'ai pas du tout l'impression d'avoir été éprouvé par cette exposition. Mais ce sentiment bien localisé dans la gorge, et partagé par au moins deux personnes, doit bien vouloir dire quelque chose, non ?

Écrit par : Pierre Jenni | 26 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Dans la nuit de lundi à mardi, une amie a ressenti - sans raison - le même malaise que vous au point d'être obligée de se rendre aux urgences

Elle a également une fille.
Se prépare à passer son permis voitures taxis UBER

Connaît le yoga Vous, Pierre Jenni, Aurobindo

Le chakra AJNA développe les capacités de prémonition, intuition, télépathie.

Il y a eu un léger séisme du côté de Genève

Grand mécontentement à propos de l'assurance maladie

Sentiment d'insécurité croissant: annonce que dans dix ans les caisses de l'AVS seront vides

Le chakra de la parole: qui dit parole dit aussi engagement responsabilité

Rien à voir avec l'Exposition?

La vie, l'amour, la mort?

Un "principe ordonnateur, une intelligence créatrice qui tient tout ensemble incréé" correspondrait à ce que nous appelions Dieu

le phénomène OVNI "omniprésent" appelle à la préservation de la planète, à l'élargissement des consciences... il y a des "enlèvements" de personnes ainsi contactées appelées à un changement d'être, de penser et d'agir sorte de "chamanisation" de ces personnes qui connaissent toutes, quoi qu'en bonne santé mentale, une sorte de marginalisation parce que travaillée (non tracassée) intérieurement

Choix de vie, priorités

Phénomène OVNI ou non: travailler à notre changement d'être, de penser et d'agir ("Devenir une meilleure personne" dit Matthieu Ricard) est-ce forcément avoir "tout faux"!?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 26 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Uber !!???
Au secours ! vous me cherchez Myriam.
Voici pour la fille de votre amie. Sans grand espoir de limiter les dégâts.
http://heytaxi.blog.tdg.ch/

Écrit par : Pierre Jenni | 26 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

"Phénomène OVNI ou non: travailler à notre changement d'être, de penser et d'agir ("Devenir une meilleure personne" dit Matthieu Ricard) est-ce forcément avoir "tout faux"!?"

La question est de réfléchir en termes binaires. Le monde, les phénomènes, sont multi-teintes et ne sauraient être décodés de manière manichéenne.
Je suis devenu très circonspect avec les adjectifs que j'utilise car ils tentent de mettre l'accent sur un élément pour le valoriser alors que le doute devrait toujours s'imposer. Il implique que nous nous sommes déjà fait notre idée du sujet et que nous sommes partiels. Nous refusons presque inévitablement de consulter des sources qui nous sont apriori de peu de crédibilité et nous tournons en rond dans notre manière très rassurante de fonctionner.

Personne ne peut avoir "tout faux". Ni tout juste d'ailleurs. Je suis d'ailleurs persuadé qu'au-delà de mon incapacité à comprendre la moitié de ce que vous écrivez il se dégage une vérité qui correspond à une expérience de vie à laquelle je n'ai pas accès.

Mais surtout, je n'ai aucun besoin de convaincre quiconque de ce que je pense. En fait, c'est même beaucoup plus simple que ça. Je demande dorénavant, car plus j'avance, moins je sais. Alors je commence à écouter. Et moins parler.
Enfin... J'essaie.

Écrit par : Pierre Jenni | 26 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

@Gislebert,
Merci Doc pour votre trait d'esprit, toujours un plaisir de vous lire.

Écrit par : badaud | 26 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Le phénomène OVNI existe.

Conseiller d'Etat indépendant vous m'expliquerez Pierre Jenni comment vous ne seriez pas concerné par l'état de la planète, ses habitants ainsi que notre sens individuel comme collectif de la responsabilité

Tel est mon chemin.

Les voies d'accès sont infinies, certes, mais le but?

Je dirai: liberté.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 26 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Myriam, je pense commencer à comprendre grosso-modo votre fonctionnement même si je ne n'arrive pas à traduire la plupart de vos interventions.
Mais de grâce, faites preuve d'un minimum de rigueur lorsque vous intervenez et essayez de suivre le fil de la discussion.
Non seulement je n'étais qu'un candidat naïf à une élection impossible, mais surtout ce n'était qu'un coup d'épée dans l'eau d'une tentative maladroite de faire un peu de politique. Je suis un simple chauffeur de taxis qui rêve de faire sa part modestement et qui cherche désespérément le moyen de le faire en fermant sa gueule. Vous ne m'aidez pas.

Écrit par : Pierre Jenni | 26 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

J'ai aussi vu l'exposition en particulier la boîte crânienne d'un chauffeur de taxi genevois. Une vaste cavité avec une caisse enregistreuse au fond ...

Écrit par : Anastase de Saint-Senestre | 27 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Vous avez parfaitement raison Anastase. Un chauffeur de taxi aujourd'hui ne peut tout simplement plus vivre de son activité, notamment grâce à des politicards de votre trempe qui ont ouvert grand la porte aux sociétés numériques qui se foutent comme de l'an quarante des diverses régulations en vigueur dans tous les Etats du monde et parfaitement impunément.
Alors oui, son cerveau s'est transformé en livre de caisse car il ne sait pas comment il va pouvoir nourrir sa famille avant d'aller en tôle pour défaut de paiement.
Et je ne vous parle pas ici de mon cas, qui n'est pas celui que vous avez pu admirer à Bodyworlds puisque je sévis encore un peu ici. Car Monsieur Maudet a réussit à convaincre le parlement de mettre ma société, et toutes celles qui sont actives à Genève dans le domaine, en faillite. Et ce avec le culot d'annoncer dans son exposé des motifs vouloir développer les entreprises de taxi et les synergies dans cette profession.

Écrit par : Pierre Jenni | 27 octobre 2017

Pierre Jenni,

Dès l'école, juste pour le français, j'ai toujours écrit proprement et lisiblement.
Il n'est pas possible de ne pas comprendre ce que je rédige.

Dans ma formation pro la psychopédagogie fut ma force: dix sur dix en tout en moyenne (non l'art, le bricolage, hélas)
On ne peut pas ne pas comprendre ce que j'écris avec une tendance, je l'avoue, à l'envolée, aux associations... parce que j'aime... ainsi

N'étant pas robot pourvue d'intelligence artificielle"!
Ecrivant "bêtement humainement"!
Sans certain jargon universitaire qui inspirerait tant Molière aujourd'hui!

On peut ne pas apprécier.
Mais comprendre le sens de mes commentaires va de soi.
Uber est un phénomène de société.
Il n'y avait aucune allusion vous concernant personnellement.

TDG blogs: si un article suscite en moi un commentaire je l'envoie.
Sinon, non.

Mais, comme vous le savez mieux que personne des vingtaine et des vingtaine de commentaires sans article de vous... non sans attaques les plus bestiales, les plus vulgaires, et de diffamation y compris concernant l'un de mes parents et moi-même sur votre blog
Aucun autre.

Vous cherchez à me blesser et faire descendre dans l'estime de vos lecteurs en écrivant ou vous adressant à moi comme vous le faites... pour une raison que j'ignore mais qui est la même que celle qui vous a fait laisser passer tant les lignes de Corto concernant ce parent et moi... ou de Patoucha ou Mario Jelmini notamment.

Les commentateurs profitant d'une libre expression qui n'est en rien "liberté" mais irrespect (non synonyme de "liberté") selon lesquels écrivent n'importe quoi-
Des commentaires et des commentaires durant.
Sans que vous les remettiez en place (à se demander si vous preniez la peine de lire les commentaires...)!

A défaut de partir d'un commentaire en réponse à des articles de vous inexistants c'est toujours en réponse à un commentaire pas du tout adressé à moi mais "public, sans interdit d'intervention", donc, parfois en donnant le nom du commentateur, parfois, non... "comme font les autres commentateurs", que je suis intervenue.

C'est à pas mal d'entre eux que vous auriez pu envoyer les lignes que vous m'adressez.

En étant exigeant, en invitant vos commentateurs à parler de leurs difficultés, selon la nouvelle vocation par vous annoncée concernant votre blog vous auriez pu mettre au point une sorte de "Courrier du cœur" genre d'ELLE d'autrefois.

Monsieur Jenni, je vous donne mon sentiment.
Vous avez écrit vouer désormais votre blog aux personnes brisées par la vie

(que... au conditionnel... vous pourriez avoir été vous-même - sur un autre blog disant avoir désormais rencontré l'amour)

Tant mieux pour vous-
Bonne route, bon vent, à votre fille.

Lucide, Patoucha devrait retirer sa plainte.
Mario Jelmini admettre avoir non seulement traité Patoucha de parano mais ensuite insistant et signant ses lignes sur la prétendue paranoïa de Patoucha devrait, sans aplatissement mortificateur, lui dire un mot sympa d'excuses.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 27 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Myriam, comment pouvez-vous penser une seule seconde que je cherche à vous blesser ? Je prends sur moi. Je reconnais mon incapacité à comprendre vos messages qui, soit dit en passant, ne sont pas forcément clairs même s'ils sont écrits lisiblement et proprement.
Et je n'ai pas décidé de vouer ce blog aux personnes brisées par la vie. J'observe simplement qu'il est en quelque sorte devenu une auberge qui accueille tout le monde sans apriori.

Écrit par : Pierre Jenni | 27 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Gislebert@ "Le chirurgien fait tout, mais ne sait rien ;" Je reste totalement stupéfait de l'incroyable compétence de celui qui m'a installé une prothèse de hanche. Ce type-là sait beaucoup de choses, sans aucun doute. Idem pour les anesthésistes qui se sont occupé de moi : c'est du domaine du miracle, par rapport à une bouteille de whisky, un bâton dans la bouche et le bruit de la scie qui coupe votre jambe...

Écrit par : Géo | 27 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Bien sûr Géo, c'était une boutade... je sais bien qu'on est les meilleurs (Saint Modeste), mais c'est un dicton un peu vachard encore connu des milieux médicaux qui vient de l'époque où le barbier n'était que l'exécutant du médecin (saignées. clystères, cf Molière, Purgon et les Diafoirus...). Vais pas vous faire un cours d'Histoire de la médecine, mais les choses ont changé avec le traitement de la fistule royale de Louis XIV par C.A. Félix. Une académie royale de chirurgie a vu le jour en 1731 (je ne parle que de la France). Le chirurgien a toutefois continué à être considéré de haut par les médecins qui parlaient mieux grec et latin et adoraient disserter sur les mérites de Celse et Galien. La situation s'est inversée avec les grands maîtres de la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe, Bichat, Laënnec, Corvisart, l'école autrichienne au moment où l'auscultation et la palpation sont devenues le b.a.ba de l'examen du patient. Les chirurgiens ont pris l'avantage, ils avaient le "know how", ils savaient réduire une fracture, amputer, inciser un abcès, poser un drain... et avaient une bien meilleure connaissance de l'anatomo-patho humaine que leurs "chers confrères", les médecins rappelez-vous ne touchaient pas les patients... J'en ai des pages et des pages d'un travail de synthèse, si cela vos intéresse...

Écrit par : Gislebert | 27 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Disons qu'on retombe sur un truc qui n'évolue pas depuis une bonne cinquantaine d'années : le domaine d'excellence de la médecine, c'est la chirurgie. Mais cela fait 50 ans qu'on nous bassine avec les incroyables progrès de la médecine dans sa lutte contre le cancer, mais ceux qui en souffrent continuent d'être soignés par des doses massives de poison qu'on appelle "chimiothérapies" et au bout de quelques mois, ils meurent quand même et personne ne sait s'ils sont morts du traitement ou du cancer... (sauf le médecin, bien sûr, mais comment le croire...).

Écrit par : Géo | 27 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Myriam B. (mouche miel) a écrit:
"Il n'est pas possible de ne pas comprendre ce que je rédige."
Plus loin: "On ne peut pas ne pas comprendre ce que j'écris".
Et encore plus loin: "comprendre le sens de mes commentaires va de soi."
https://www.youtube.com/watch?v=aNUonUzo3Lg

Écrit par : Mario Jelmini | 30 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Myriam B. (mouche à miel) a écrit:
"Mario Jelmini [devrait] admettre avoir non seulement traité Patoucha de parano mais ensuite insistant et signant ses lignes sur la prétendue paranoïa de Patoucha devrait, sans aplatissement mortificateur, lui dire un mot sympa d'excuses."

J'explique ici pour la xième fois (mais Myriam B. est chroniquement incapable d'enregistrer tout ce qui ne correspond pas aux idées préconçues qu'elle a en tête) que je n'ai pas traité Patoucha de parano, j'ai simplement effectué le constat qu'elle était parano (constat que Myriam B. est incapable de faire, étant elle-même parano grave au carré). La paranoïa est une maladie et il se trouve que Patoucha et Myriam en sont atteintes. Dois-je m'excuser chaque fois que je rencontre quelqu'un de malade? Quand le fils de ma voisine a la rougeole, dois-je m'excuser parce qu'il a la rougeole, comme si c'était de ma faute? Tout ce que je peux faire, c'est exprimer ma commisération à Patoucha et à Myriam et cela, je l'ai fait plus d'une fois.

Écrit par : Mario Jelmini | 30 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Myriam B. (mouche à miel) a écrit:
"Dès l'école, juste pour le français, j'ai toujours écrit proprement et lisiblement."

Myriam, peut-on savoir quelle est votre langue maternelle? Vous utilisez fréquemment en français des tournures qui appartiennent manifestement à une autre langue, que je ne parviens pas à identifier. Serait-ce la langue des OVNI ?

Écrit par : Mario Jelmini | 30 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Myriam B. (mouche à miel) a écrit:
"Dès l'école, juste pour le français, j'ai toujours écrit proprement et lisiblement."

Je veux bien croire, chère Myriam, qu'à l'école vous écriviez proprement et lisiblement. Mais c'était avant que n'apparaissent les troubles psychiques qui vous ont assailli par la suite, troubles liés aux événements traumatisants que vous avez subis et qui vous ont fait sombrer dans la paranoïa sans même que vous ne vous en rendiez compte. Cette paranoïa, qui a pris possession de vous, vous empêche de voir les choses telles qu'elle sont, notamment de vous rendre compte que vos propos sont souvent incompréhensibles pour des gens qui, comme Pierre Jenni, sont sains d'esprit.

Écrit par : Mario Jelmini | 30 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Mario Jelmini.

Vous avez écrit: "Si, dans sa plainte, dame Patoucha conteste sa paranoïa, je demande expressément à ce qu'elle soit soumise à une expertise psychiatrique afin que le bien fondé de mes dires soit démontré.": en date du 26 octobre 2017

Mais, en cas de procès, que l'on parle de paranoïaque, paranoïa ou parano, ces trois mots conduisent à la même maladie.

Vous ne cessez, Monsieur, d'accuser les gens et, en cas de doute, ce commentaire ainsi que les suivants, pour ne même pas retourner en arrière, confirmeront.

Écrit par : MB | 30 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

ALERTE
APPEL À LA POPULATION

Le blog de Pierre Jenni est menacé de disparition.
Une pétition intitulée "SAUVONS LE BLOG DE PIERRE JENNI" vient d'être lancée.
Signons-la tous!
Pour en savoir plus et pour signer, c'est ici: http://chn.ge/2ieD5Qv

Écrit par : Mario Jelmini | 30 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Comment comment, on menace de fermer mon asile?! Mais que vont devenir mes pensionnaires, on ne peut tout de meme pas les relacher dans la nature?! Et les canards gonflables de la mare, qui viendra les nourrir chaque jour si mes chers pensionnaires ne sont plus la? Et ou vais-je pouvoir continuer mes expériences secretes de transplantation de cerveaux et de lobotomie? Nooon je ne les laisserai pas faire, je vais m`enchainer au portail avec assez de réserves de bd pornos pour tout un mois!

Écrit par : Dr Zinzin | 30 octobre 2017

ALERTE
APPEL À LA BLOGOSPHÈRE

Le blog de Pierre Jenni est devenu un vrai dépotoir. Au nom de la morale, des bonnes moeurs et de la bien-pensance, il importe d'obtenir sa fermeture immédiate et définitive.
Une pétition intitulée "COULONS LE BLOG DE PIERRE JENNI" vient d'être lancée dans ce sens.
Signons-la tous!
Pour en savoir plus et pour signer, c'est ici: http://chn.ge/2hoPeml

Écrit par : Mario Jelmini | 31 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire