29 octobre 2017

Oups !...

images.pngVersion familière du mea culpa selon Wikitionaire

Petite mise au point avant que la rédaction me sanctionne pour mon laxisme sur les blogs.


J'ai ouvert le blog Post Tenebras Lux en 2013 afin d'utiliser les outils disponibles du moment pour me faire connaitre et partager mes visions dans le cadre de l'élection au Conseil d'Etat genevois, notamment un site et une page Facebook que je me suis empressé de fermer sitôt la fin de l'aventure tant j'étais réticent.

Je reconnais volontiers que j'ai pris goût à ces échanges et certains commentateurs m'ont véritablement élevé en attirant mon attention sur des éléments qui m'avaient échappé et surtout sur mon ton, sur la forme plus que sur le fond. Jusqu'au jour où je me suis fendu d'un billet qui contenait le mot "Islam" dans le titre et que la discussion a dégénéré. Pour la première fois j'ai dû intervenir, censurer, et finalement fermer les commentaires.

J'ai aussi participé aux contributions d'autres bloggers qui me censuraient pour un rien, principalement des politiques et des journalistes. J'en veux d'ailleurs à ces derniers de se cacher derrière une pseudo-déontologie professionnelle, qui suggère une objectivité impossible et malhonnête, pour lancer des bombes sans assumer la discussion qui suit. Les politiques, rien de nouveau sous le soleil. Ils sont là pour faire leur promo et ils se sentent obligés de trier au lieu de profiter des échanges pour développer leur message.

J'ai donc décidé de prendre le contre-pied en cessant de modérer le blog. Et c'est là que ça devient intéressant. La fréquentation est presque virale et peut, comme en ce moment, squatter tout l'espace avec ce que plusieurs commentateurs considèrent comme des vomissures, susceptibles de générer des procédures judiciaires en entrainant tous les acteurs dans une spirale qui condamne le blog.

J'ai tenté de redresser la barque, cadrer Corto, le pire de tous, et encouragé à rester dans le sujet du billet. Je réalise à quel point c'était vain. Comme les flots, déchainés, ils débordent.

Vu d'ici, ça ressemble à une cour de récré d'adultes, voire même de retraités pour la plupart, un peu désoeuvrés et solitaires. J'en suis en tous cas. Mais au fond, il se dégage une sincérité touchante par la spontanéité de chacun et son culot de s'exprimer sans retenue. 

Je ne ressens pas de haine de l'autre. Je n'entends que des appels au secours. Le blog s'est mis à vivre une vie autonome qui suggère qu'on peut se soigner sans consulter, juste en communiquant. Sans détours, honnêtement.

En tout cas, moi je me soigne grâce à vous. Ce serait dommage de s'en priver, non ?

19:09 Écrit par Pierre JENNI dans Blogs, Conflits, Feeling, Philosophie | Lien permanent | Commentaires (190)

Commentaires

Effectivement. Longue vie à Post Tenebras Lux !

Écrit par : absolom | 29 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

APPEL Â LA POPULATION

Je viens de rédiger et de signer une pétition intitulée
"SAUVONS LE BLOG DE PIERRE JENNI",
qui est menacé de disparition.
Je trouverais sympa que les usagers de ce blog appuient ma démarche.
L'objectif est d'atteindre 50 signatures.
Pour en savoir plus et pour signer, c'est ici: http://chn.ge/2ieD5Qv

Écrit par : Mario Jelmini | 29 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Sacré super Mario, toujours le mot pour rire !

Écrit par : PIerre Jenni | 29 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Pierre tu parles de "Corto" par
parce qu'il est le seul à répéter sans arrêt que l'avocat jean-pierre garbade a été condamné à une ridicule peine amende avec sursis alors qu'il a violé 3 garçons de 13 à 14 ans et qu'il n'a pas été exclu du barreau genevois ?

C'est d'être le seul à dire et répéter certaines vérités bien couvertes par la "presse" locale, qui me vaut ta vindicte ?

Le jour où ce garbade s'en prendra à tes enfants, peut-être que tu pensera autrement !!

Écrit par : Corto | 30 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Corto, tu sais que je t'apprécie et je n'ai pas du tout peur de le dire haut et fort. Je te considère comme un type intelligent et tu relèves souvent des points sensibles qui méritent discussion.
Je te vois aussi comme un écorché vif qui éprouve presque maladivement le besoin de mordre férocement presque tout le monde. Moi, le premier. Je n'en connais pas les raisons et je ne vais pas me lancer dans un analyse psy. Je laisse ça à Myriam.
Lorsque je dis que tu es le pire, je m'entends. Tu n'y vas pas par quatre chemins et tu tournes en rond avec deux ou trois sujets qui t'obsèdent. La pédophilie, les banques suisses, Israel.
Je ne t'ai pour ainsi dire jamais censuré car j'apprécie ton franc parlé et je pense qu'il y a du vrai dans tes propos. Et pourtant, tu devrais savoir que, à cause de toi principalement, mais aussi d'autres, je risque bien de devoir fermer ce blog. Je te soupçonne même de t'appliquer pour que cela arrive.
Mais je ne t'en veux pas. Même si je déplore tes façons j'estime que tu as le droit de t'exprimer comme tu l'entends et librement.
Pas de vindicte donc, juste un questionnement et une tentative d'expliquer encore à ceux que tu agresses pourquoi je persiste à te laisser distiller ton venin ici.

Écrit par : PIerre Jenni | 30 octobre 2017

Pendant la même période, le parquet zurichois qui avait aussi classé une affaire concernant garbade, a fait arrêter Polanski, alors qu'il n'avait aucun mandat d'entraide international (ils l'ont obtenu 1 mois après et suite à de multiples demandes, jusqu'à ce qu'un juge l'ait signé), Polanski a fait 3 mois de ferme, puis 1 an de garde à vue, pour une affaire vielle de 32 ans, la mère de la mineure qui n'était pas vierge avait poussé sa fille dans les bras de Polanski. Cette devenu femme ne voulait pas du tout que les poursuites contre Polanski soient réactivées. Néanmoins le génie Polanski alors qu'il était invité par le festival de la ville de Zurich a fait 3 mois de prison et 1 an de garde à vue, tout ça pendant q'à Genève, Jean-Pierre Garbade venait de violer 3 garçons et qu'il n'a même pas été arrêté par la police pour être interrogé, il a reçu son "jugement" sur un plateau en argent !!

Et des histoires de ce genre, j'en connait des milliers, moi qui pensait que les porcs devaient être confrontés à la justice !!!???

Écrit par : Corto | 30 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Eh les bobos, c'est fini l'ère obama et clinton !!!!!!

Écrit par : Corto | 30 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Pierre Jenni, Je ressens beaucoup d'authenticité dans votre Oups!

Pour ma part, je fais une distinction entre spontanéité et impulsivité.

Il y a aussi confusion entre libre-arbitre et liberté.

Est-ce vraiment votre mission de recevoir des flots déchaînés ou encore de prêter votre espace de blog à quelqu'un qui vient s'y installer en maître et en juge?

Écrit par : Marie-France de Meuron | 30 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Mme de Meuron, vous n'êtes pas à votre place sur ce blog.
Retournez à votre misérable petit blog de province, vous parviendrez peut-être encore à attraper quelques nigauds avec vos idées de thérapies alternatives pour gogos. Moyennant surfacturation, vous parviendrez sûrement à vous sortir du caniveau dans lequel vous vous êtes fourrée. Mais pour cela, vous avez intérêt à vous faire aussi petite et discrète que possible. Le moins vous ferez parler de vous, le mieux vous vous en sortirez.

Écrit par : Mario Jelmini | 30 octobre 2017

Marie-France, je comprends votre question que beaucoup doivent partager et qui ne fait que reprendre les règles que la Tdg propose par défaut pour limiter les dérives.
J'explique dans ce billet comment j'en suis venu à renoncer de modérer les commentaires et ma découverte de la vie propre qui s'est mise à animer ce blog.
Je ne me sens aucune mission mais je pense que cette aventure préfigure une forme de disruption qui devrait s'auto-réguler lorsque les acteurs auront vidé leur sac.
Alors, soit ils auront trouvé des clés pour avancer, soit ils renonceront à continuer à participer à cette forme de thérapie sans thérapeute.
Pour ma part, j'ai le sentiment d'avoir profité amplement des commentaires de certains qui ne m'ont pas ménagé. Vous la première dans votre blog.

Je pense que nous traversons une période de changements sociétaux profonds dans tous les domaines et nous commençons seulement à mesurer les effets d'internet qui ne font qu'introduire un monde bien différent de celui que nous avons connu depuis la seconde révolution industrielle.
Et, comme toutes les révolutions, ce basculement de paradigme se fait aussi dans la douleur. Mais je préfère infiniment la crudité de la sincérité aux belles manières imposées par un code social. Et je pars du principe que ce n'est qu'en se présentant au monde sans fard et sans filtre que nous pourrons commencer à nous voir tels que nous sommes, grâce au miroir de ceux qui nous font l'honneur de nous remarquer. Même si ça fait mal. Je dirais même surtout si ça fait mal, car c'est le gage qu'un point sensible a été touché et qu'il est possible de le décrypter en observant nos réactions.

Écrit par : PIerre Jenni | 30 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Monsieur Jenni,

Les êtres commentateurs, ceux qui deviennent bêtes à force d'être méchants ne "vident pas leurs sacs" car celui qui vide son sac opère une plongée non en le puits de l'autre mais en son propre puits.

Et vous le savez,

Vous en arriveriez à fermer votre blog, si cela devait se produire, pour n'avoir pas daigné (ou vous être amusé avec vos petits amis) écouter nos suggestions avisées et sincères vous suggérant de modérer votre blog.

Monsieur Cuénod, il y a un an ou deux, a annoncé publiquement qui il ne publierait plus et nous savions pourquoi, et, quant à nous autres simples commentateurs, que, désormais, il "serrerait la vis"!

Si vous deviez fermer votre blog, Monsieur Jenni, le premier responsable serait vous.

Mais, au fond, n'est-ce pas ce que vous souhaitiez? la méchanceté et la malveillance de quelques rares quelques-uns pourrissant l'ensemble comme moyen de vous imposer cette fermeture de blog tout en vous donnant la possibilité de vous présenter peu ou prou victime d'un tel abus ou d'une telle "incompréhension"...!

Si vous deviez me faire savoir que vous ne comprenez pas ce que je viens d'écrire vous feriez éclater de rire vos lecteurs et

moi, itou... comme avec un... hoquet!

Écrit par : MB | 30 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Le rire, chere Myriam, est une bonne thérapie mais croyez-moi, rien ne vaut les douches glacées et les électrochocs! A n`appliquer qu`avec l`assentiment du patient, bien-sur.

Écrit par : Dr Zinzin | 30 octobre 2017

Mouche à miel,

Monsieur Jenni n'est pas Monsieur Cuénod. Si vous vous plaisez sur le blog de M.Cuénod, allez sur le blog de M. Cuénod. Si vous ne vous plaisez pas sur le blog de M. Jenni, désertez-le. C'est aussi simple que cela.

Je vous assure que tout le monde se passerait bien, sur ce blog, de lire des stupidités du genre "celui qui vide son sac opère une plongée (...) en son propre puits". C'est peut-être vrai pour vous mais pas pour les gens saints d'esprit. Vos délires prêtent à rire dans un premier temps, mais à la longue ils fatiguent.

Écrit par : Mario Jelmini | 30 octobre 2017

OPEN ZEU DAURE!!! IT IZ ZEU POLICY!!!

Écrit par : brigade des blogs | 30 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Dr Zinzin,

Le rire est un tout grand médecin, certes, mais il arrive que le sourire prenne une teinte jaune et que le rire sonne faux.

Les féministes suisses romandes des années septante ont dénoncé parfois des rires de femmes sonnant hystériques parce que ces femmes n'osaient pas ne pas faire semblant de rire en entendant leurs compagnons et amis sortir en leur présence les pires "witz"...!

Écrit par : MB | 30 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Heu... "n'osaient pas ne pas faire semblant de rire", disiez-vous chere amie? Dites un peu trente-trois pour voir...

Écrit par : Dr Zinzin | 30 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Quand on vide son sac, Mario Jelmini, on ne va pas puiser dans le puits du prochain mais dans son puits, son intériorité propre.
Question de discrétion, également (en pensant sur l'instant au traitement réservé sur ce blog à Mme de Meuron répondant à un ou deux commentateurs quasiment comme une prévenue à ses juges).

Que cela vous convienne ou non, Monsieur, l'exemple de Jean-Noël Cuénod est à retenir et s'il ne s'agissait que de moi il y aurait un répondant des blogs, un service, avec un traitement, un ou deux salariés à l'écoute du mécontentement s'"il y a lieu légitime" des commentateurs et commentatrices.

Écrit par : MB | 30 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

"Que cela vous convienne ou non, (...)"

La manière Cuénod me convient.
La manière Jenni me convient.
Je m'adapte.

À vous, qui êtes incapable de vous adapter, la manière Jenni ne convient pas.
Alors, je vous pose la question: qu'est-ce qui vous retient sur le blog de M. Jenni, si ce n'est la satisfaction morbide de toujours critiquer, critiquer et encore critiquer les choix d'autrui?

Écrit par : Mario Jelmini | 30 octobre 2017

A ben non déjà que celui de Père siffleur a disparu faut arrêter l'hécatombe
On sait que tout ce qui peut faire plaisir doit être réduit à néant mais faut pas exagérer
Toute le monde ne mange pas de face de boucs
Bonne journée Monsieur Jenni
EP On savait que Mars ne serait pas porteur de bonnes nouvelles et ceux souffrant de la scorpionite aigue semblent bien décidés à se laisser influencer par ce Satan miniature
On n'est pas venus sur terre pour se laisser vampiriser par des gens obéissant les yeux fermés à des planètes
DONC ,NON A LA FERMETURE DE CE BLOG

Écrit par : lovejoie | 30 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Mario Jelmini,

Si vous souhaitez que je quitte ce blog, pourquoi ne cessez-vous pas de vous adresser à moi... sur ce blog?


Y aurait-il quelque chose qui ne tournerait pas tout-à-fait rond dans votre petit bocal?

Écrit par : MB | 30 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

1) "Si vous souhaitez que je quitte ce blog, pourquoi ne cessez-vous pas de vous adresser à moi... sur ce blog?"

La réponse est tellement simple: je m'adresse à vous sur ce blog pour que vous dégagiez et nous laissiez entre gens de bonne compagnie.

2) "Y aurait-il quelque chose qui ne tournerait pas tout-à-fait rond dans votre petit bocal?"

Je suis bien aise d'avoir un bocal rond et non pas carré comme le vôtre.

Écrit par : Mario Jelmini | 30 octobre 2017

Y a que des pédos sur les blogs tédégé, enfin presque, y a les pédos et pro-pédos et les antis pédos, il faut juste choisir son camp, c'est pas compliqué !!

Écrit par : Corto | 30 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Hm... c`est cela oui... et a part ca, pas trop d`hallucinations visuelles ou auditives en ce moment? Ne vous en faites pas mon cher monsieur, quelques séances d`électrochocs et tout rentrera dans l`ordre. Si nécessaire, on complétera avec un petit traitement a base de douches glacées et piqures de métapropyloprotz ammoniaquée.

Écrit par : Dr Zinzin | 30 octobre 2017

Lorsque nous ne souhaitons pas lire un commentaire, nous passons au suivant sans demander à l'auteur du commentaire de déguerpir du blog.

Si nous trouvons "sans fin" des références que nous sautons, certains d'entre nous, vouons-vous l'auteur de ces références aux gémonies?

"Cachez, cachez ce (ceci ou cela) que je ne saurais voir..."! peut être parole d'horreur pas le moins du monde hypocrite mais par la présence d'une personne trait d'union en nos tréfonds corde pincée reliée à de très, très mauvais souvenirs.

Un ami un jour donna un excellent conseil: "A propos de ce que nous n'aimons pas ou n'apprécions pas chez les autres il faut tacher de comprendre le pourquoi d'un tel sentiment de rejet et, parfois, à qui ou à quoi ces autres abhorrés nous font penser-"

Pour éviter toute confusion précisons que cet homme n'était pas plus psychiatre, psychanalyste que médecin.

Homme de cœur, vibrant, simplement.

Écrit par : MB | 30 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

"Que cela vous convienne ou non, Monsieur, l'exemple de Jean-Noël Cuénod est à retenir et s'il ne s'agissait que de moi il y aurait un répondant des blogs, un service, avec un traitement, un ou deux salariés à l'écoute du mécontentement s'"il y a lieu légitime" des commentateurs et commentatrices." (MB)


Hmmmm ... je vois ... oui ... effectivement.

Oui ... hmmmm ... tout à fait !


Bien! De toute évidence, il s'agit d'un ... malentendu !

Tout à fait !

L'exemple que vous citez, le blog de Monsieur Cuénod, c'est un blog à écouteurs professionnels. Des écouteurs payés pour écouter.

Tandis que le blog de Monsieur Jenni, c'est un blog auto-écouté, ... amateur donc, ... pour ceux qui s'écoutent eux-mêmes, ... comme quand on apprend à jouer du violon.

Alors forcément, quand on apprend le violon, ca sonne pas toujours juste.

Mais c'est pas important, vu qu'on vient pas jouer du violon dans le blog de Monsieur Jenni pour jouer du violon avec Monsieur Cuénod, ou pour Monsieur Cuénod. Sinon on irait jouer du violon dans le blog de Monsieur Cuénod.

Question de bon sens.

Vous êtes bien d'accord, n'est-ce pas ?

Personne n'aurait l'idée de demander au Philharmonique de Berlin de jouer avec les Sex Pistols, même si Deep Purple joue régulièrement avec le Symphonique de Londres, n'est-ce pas ?

Question de bon sens.

Vous êtes toujours bien d'accord, n'est-ce pas ?


Ah ben ... puisque je vous ai au bout du fil, un petit jeu-sondage ...

Dans la liste des Johnny ci-dessous, lequel est l'intrus ?

a) Johnny Holyday
b) Johnny Rotten
c) Johnny Goetelen
d) Johnny Lord
e) Johnny B Goode

Écrit par : inconsommable | 30 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

A part l'orthographe de Hallyday, l'intru est certainement Johnny B good puisque c'est une chanson alors que les autres sont tous musiciens.

Écrit par : PIerre Jenni | 31 octobre 2017

ALERTE
APPEL À LA BLOGOSPHÈRE

Je viens de rédiger et de signer une pétition intitulée
"COULONS LE BLOG DE PIERRE JENNI",
qui est devenu un vrai dépotoir.
L'objectif est d'atteindre 50 signatures.
Pour en savoir plus et pour signer, c'est ici: http://chn.ge/2hoPeml

Écrit par : Mario Jelmini | 31 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

@Mario Jelmini,

Ca va le chalet, personne ne t'oblige de quoi que ce soit, alors va foutre ta merde dans ta caisse !!

Écrit par : Corto | 31 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Corto, il te faudra apprendre le sens de l'humour de Mario. En lançant cette seconde pétition, il est parfaitement cohérent.

Écrit par : PIerre Jenni | 31 octobre 2017

@Corto vous avez raison , le comportement du troll sus nommé par vous fait droit penser à un adepte de la scientologie

Écrit par : lovejoie | 31 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Pierre Jenni, vous écrivez à Corto : "j'estime que tu as le droit de t'exprimer comme tu l'entends et librement."
Il s'agit de ne pas confondre licence et liberté.

Vous ne prêteriez jamais votre taxi à quelqu'un qui commet des infractions au code de la route.
Alors pourquoi prêtez-vous un espace de parole à quelqu'un qui n'est pas maître du code déontologique le plus élémentaire? Son jeu de diffamation à mon égard est en plus stupide car il est évident que l'Etat de Genève, le Médecin cantonal et Santésuisse ne m'auraient jamais laissée pratiquer si je n'avais pas les papiers en bonne et due forme.
De plus, l'Office Fédéral de la Santé Publique détient aussi un Registre des médecins. Donc il est facile de vérifier.
En donnant autant la parole à quelqu'un, c'est le laisser mijoter dans son délire, cela n'a rien de thérapeutique. Vous constatez aussi que plus vous le laisser, plus il s'en donne à coeur joie et trouve de nouveaux éléments à pervertir, ce qui le conforte dans une attitude pathologique.

Oui à un espace de liberté! Non à un espace de perversion!

De plus, vous n'êtes pas propriétaire de votre site. De ce fait, il y a des règles de la circulation à respecter....

Écrit par : Marie-France de Meuron | 31 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

C'est justement tout le sens de ma démarche Marie-France. La Tdg fait preuve soit d'une grande ouverture, soit d'une coupable naïveté, en n'intervenant pas dans la modération et en renvoyant la responsabilité à l'auteur des billets. Je suis bien entendu reconnaissant à notre journal local de nous laisser encore pour un temps cet espace sans censure, mais je conteste le défaussement sur le responsable du blog qui ne fait que prolonger l'arbitraire en choisissant ce qui peut être publié.
Non seulement parce que les propos maladroits ou agressifs cachent mal une autre intention que le simple fait de blesser, mais surtout parce que, au fil des échanges, on découvre le caractère dynamique des prises de positions qui contraste fort avec la statique d'une morale largement partagée par une société à un moment donné.

J'ai bien aimé le commentaire de Pascal Hollenweg sur son billet Catalogne.
"On n'efface pas les commentaires, on les sélectionne pour leur pertinence. Sinon, les blogs deviennent des poubelles ou des lieux thérapeutiques pour exhalaisons d'obsessions..."

Il fait le choix de modérer car, comme Monsieur Cuenod, il considère qu'il sait de quoi il parle et il tient à faire passer le message de la façon la plus claire possible.
Je fonctionne différemment. D'abord je suggère une idée sans prétendre qu'elle soit plus juste qu'une autre. Je lance une discussion et suis prêt à revoir ma position. Et comme la discussion part dans tous les sens, le billet original perd de son importance. On assiste à des échanges un peu crus, parfois brutaux, qui disent énormément sur les personnes qui les écrivent et qui leur permettraient de se voir s'ils étaient capables de se relire comme ils liraient un commentaire d'autrui. Alors oui, du coup le blog prend une certaine autonomie où l'auteur ne devient qu'un commentateur parmi les autres.

Écrit par : PIerre Jenni | 31 octobre 2017

"En réponse à : Marie-France de Meuron" Non, en réponse à Pierre Jenni:
"La Tdg fait preuve soit d'une grande ouverture, soit d'une coupable naïveté, en n'intervenant pas dans la modération et en renvoyant la responsabilité à l'auteur des billets."
Non, cela fait partie du contrat. Vous êtes responsable de ce qui paraît dans votre blog. En termes juridiques : éditeur responsable. Ce qui a valu à l'écrivain Gaston Cherpillod de se retrouver au tribunal face à la Bête Willy Heim parce qu'il était éditeur responsable du journal des "Comités de soldats". Gaston Cherpillod, qui n'avait jamais écrit la moindre ligne dans ce canard, a alors découvert le sens de *responsable". Ce qui finira bien par vous arriver, vu les horreurs haineuses et racistes envers les Suisses que Corto s'amuse à déverser dans votre blog. Soulignons que Patoucha est clairement sa complice dans sa propagande haineuse contre les goys...
Et vous, eh bien, vous êtes le papa de ces enfants turbulents. Prions pour vous, comme dirait Mario Jelmini...

Écrit par : Géo | 31 octobre 2017

Si yA 1 salo ki Signé pétatiOn coulon blog PierRe JennI moa jeu vé troUvé ce salot pour lui fair avallé son estrai de néssance!!!

Écrit par : DÉDÉ LA TAIRREUR | 31 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Mon père disait souvent avec un malin plaisir que nous n'avions pas été éduqués mais nourris et logés.
Mes parents m'ont fait un immense cadeau en me laissant me développer à ma guise, sans me formater à leur conception du monde.
Je pense avoir transmis cette façon de faire à mes filles.
Je ne conteste pas ma responsabilité. D'ailleurs c'est la raison de ce billet puisque, logiquement, si effectivement les propos tenus par certains ici violent les règles imposées par la Tdg, mon blog devrait être fermé.
Mais je serais très curieux des suites d'une plainte qui ne ferait que relever nombre d'incohérences et de zones grises permises par ces nouveaux outils numériques. Il n'y a qu'à voir comment les géants gèrent ce genre de difficulté. Facebook, comme Uber d'ailleurs, se défend en prétendant n'être qu'un outil de mise en relation. Ils se dégagent de toute responsabilité.

Écrit par : PIerre Jenni | 31 octobre 2017

DU NOUVEAU !

Sur le site de l'Office fédéral de la santé publique, page « https://www.medregom.admin.ch/fr »,
Mme Claude Marie-France de Meuron est mentionnée comme médecin, diplômée en 1973 et mise au bénéfice d'une autorisation de pratiquer la médecine dans le canton de Genève octroyée en 1974.

L'enquête progresse mais l'instruction n'est pas encore close. Il reste des zones d'ombre.

Écrit par : Mario Jelmini | 31 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Eh oui, Mario Jelmini, vous avez besoin de mettre de l'ombre pour mieux faire ressortir votre lumière? Pourquoi une pareille nécessité?

Écrit par : Marie-France de Meuron | 31 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Visiblement, Marie-France de Meuron a les chocottes. Elle craint que lumière soit faite. Elle aimerait bien pouvoir stopper le processus. Il y a anguille sous roche et nous soulèverons le lièvre...

Écrit par : Mario Jelmini | 31 octobre 2017

Bizarre sur le site officiel de santé-suisse concernant 2 neurone il est indiqué que :


Remise directe de médicaments selon les dispositions cantonales (remise de médicaments par le médecin traitant) :

!!!!!! pas de droit de dispenser des médicaments !!!!!!

Vous connaissez beaucoup de boulangers qui n'ont pas le droit de faire et vendre du pain ???


En fait 2 neurone s'était inscrite dans la catégorie "médecin" à une époque où il n'y avait pas besoin de justifier son titre, c'était le cas dans le canton de Genève il n'y a encore pas si longtemps !!

Écrit par : Corto | 31 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Comme il ressort de la note sous ch. 2 au bas de la page
« https://www.medreg.admin.ch/MedReg/Summary.aspx?IdPerson=66161 »,
Mme de Meuron n'a pas le droit de remettre directement des médicaments à ses patients mais rien ne l'empêche de délivrer des ordonnances pour des médicaments que ses patients iront ensuite se procurer à la pharmacie.

Écrit par : Mario Jelmini | 31 octobre 2017

Avouez que vous en révez de Marie-France de Meuron, Corto bello. Votre maniere de faire la cour n`est toutefois pas des plus efficaces. Envoyez-lui plutot une brassée de roses rouges avec votre carte (pas celle d`assurance-maladie) et puis proposez-lui un tour dans votre ferrari décapotable rouge-coquelicot. Allez, remontez vos bretelles, arrangez votre noeud-papillon, passez un coup de gomina sur les trois poils qui se courent apres au sommet de votre crane et a taiaut! Tenez moi au courant.

Écrit par : Casanova | 31 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

"Il n'y a qu'à voir comment les géants gèrent ce genre de difficulté. Facebook, comme Uber d'ailleurs, se défend en prétendant n'être qu'un outil de mise en relation. Ils se dégagent de toute responsabilité."
Ah, ah. Et bien sûr, juridiquement, vous pensez avoir la même puissance que les GAFA ?

Écrit par : Géo | 31 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Non, évidemment Géo, mais il deviendra de plus en plus difficile pour les tribunaux de trancher cette discussion tant que nous ne disposerons pas de lois claires à ce sujet. Et je doute sincèrement que les tribunaux suisses veuillent faire un exemple avec un petit poisson pour perpétuer un modèle obsolète.
Il suffit de voir le temps que la justice met pour trancher nos différentes actions contre Uber pour comprendre le malaise et le retard du législatif par rapport à la volonté de l'exécutif qui valide à tour de bras les principes d'un libre marché.
Ce qui nous ramène d'ailleurs à la discussion chez Hollenweg sur la séparation des pouvoirs.
Quant aux GAFAs, ils ne sont pas encore à l'abri. La CE résiste et sanctionne. Un peu désespérément il me semble mais un écho se fait entendre aux US. Tout est tellement fluide en ces temps de disruption que les outils disponibles ne remplissent plus leur office.

Écrit par : PIerre Jenni | 31 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Pierre, disons que si un député bernois est autorisé par le parquet de traiter les africains de "nègres" comme il l'a fait, je ne vois plus dès lors où se trouve la frontière !!!

Écrit par : Corto | 31 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Un député UDC, bien entendu, tu sais ces gauchos recyclés en grosse ....

Écrit par : Corto | 31 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Pierre, J'apprécie toujours le soin que vous mettez à me répondre avec clarté, nuances et sincérité. Vous êtes fidèle à une ligne conduite qui vous défendez avec ferveur. Cette attitude vous fait décider de la dynamique générale alors que vous êtes un invité des blogs de la TdG, donc dans les limites de l'espace du site.
Ce que je repère, c'est que vous publiez des billets originaux, intéressants avec des propos bien choisis. Dans un deuxième temps, vous laissez l'espace à vos lecteurs. C'est alors que très vite cet espace devient une cour de récréation. Seulement voilà, vous ne voulez ni en être le balayeur, ni en être le surveillant. Or, des gens se chamaillent, se disputent voire ressentent le besoin de mordre et tout cela dans une ambiance de diffamations, d'insultes, de médisances, et j'en passe.
Si vous ne voulez pas être responsable de l'activité de cette cour, alors vous n'avez pas à l'ouvrir au public.

Par conséquent, je propose à la TdG de vous laisser l'espace pour écrire vos billets croustillants et de vous dispenser d'ouvrir les commentaires.
Que ceux qui vous utilisent comme généreux prêteur d'un espace intéressant créent eux-mêmes leurs espaces récréatifs!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 31 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

C`est que, voyez-vous Marie-France, pour Pierre ce sont justement les commentaires qui importent. Plus exactement le crépage de chignon et autres batailles de boules de caca que permettent les commentaires 0% modération car alors il a l`impression d`etre le démiurge d`un blog qui a acquis "une vie propre". Vous savez, comme le docteur Frankenstein avec son monstre ou le rabbi avec son golem. Frankie et le vieux rabbi ont perdu le controle de leurs bebetes mais l`intéret de la blogosphere, c`est que c`est le royaume du virtuel et que l`on peut donc (en principe) s`y amuser a créer des monstres sans risquer de se faire étriper par eux. Qu`en pensez-vous, Pierre, me goure-je ou me fourre-je le doigt dans l`oeil du cyclone?

Écrit par : Ignaz, le moyne des sables | 31 octobre 2017

@ Mme de Meuron, donneuse de leçons invétérée

Si vous trouvez que l'espace géré à sa manière et selon ses idées par M. Jenni est marécageux et que l'air y est irrespirable, pourquoi ne le quittez-vous tout simplement pas au lieu de vous appliquer à le rendre encore plus marécageux et plus nauséabond par vos propos agressifs?

Vous n'avez pas de leçons à donner à M. Jenni. Occupez-vous de votre propre blog, du moins aussi longtemps que la TdG acceptera de vous accueillir.
En d'autres termes, balayez devant votre porte. Ou dans la cour de votre école à vous, si vous préférez. Puisque, manifestement, la confrontation vous fait peur.

Écrit par : Mario Jelmini | 31 octobre 2017

Ouvrez un blog bistro Mr Jenni...et le problème sera pratiquement clos :-)

Écrit par : absolom | 31 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Que pense-je de quoi t'est-ce que ? De l'impression d'être un démiurge ? Bof, je suis surpris que vous me prêtiez ce genre d'intention.
Que ce sont les commentaires qui importent ? Ben, le billet tout nu est un peu pauvre et les commentaires lui donnent vie. Oui, j'aime la discussion qui suit un billet, même si elle ne respecte pas le sujet. Notamment parce qu'elle me permet de préciser ma pensée, de développer et surtout de communiquer.
Que le royaume du virtuel permet de créer des monstres sans risquer de se faire étriper par eux ? Je me demande ce qu'en pensent Myriam, Patoucha ou Marie-France qui semblent passablement touchées par les commentaires virulents de certains. Non, je pense que la vérité qui se dégage ici n'a rien de virtuel et on peut sérieusement se faire étriper.

Écrit par : PIerre Jenni | 31 octobre 2017

Ben je pensais justement que ce blog était devenu une sorte d'auberge qui accueille tout le monde sans discrimination. Et les discussions ressemblent souvent à des commérages de comptoir. De là à clore le sujet... n'est-ce pas le propre d'un bistrot que de permettre à du monde d'échanger indéfiniment sur tout et rien ? J'ai renoncé à espérer creuser les sujets que je propose. D'abord avec un brin de dépit, puis avec un plaisir sincère lorsque je me suis libéré de cette attente.

Écrit par : Pierre Jenni | 31 octobre 2017

On rigole bien avec vous Mr Jenni, je tiens à vous le dire. Combien de temps encore, nul ne le sait...

Mais par les temps qui courent, Chapeau !!!

Écrit par : absolom | 31 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

A propos Pierre, par simple curiosité, que feriez-vous si quelque petit trouduc de néonazi a semelles cloutées ou un lobotomisé du djihad découvrait votre 0% modération blog et commencait a baver dessus? Hm?

Écrit par : Ignaz, le moyne des sables | 31 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Dans votre hypothèse, Ignace le pugnace, ce qui se passerait c'est que des commentateurs comme vous et moi nous fondrions sur lobotomisé en question, qui passerait un sale quart d'heure.

Blague à part, ce pourrait être l'ouverture d'un dialogue intéressant, non?
Ou alors, si ça virait au cauchemar, nous aurions toujours la possibilité d'abandonner le blog de Pierre Jenni qui finirait par mourir tranquillement de sa belle mort. Une mort naturelle, je précise, et non pas un homicide volontaire comme le préconise une certaine praticienne de mes connaissances, spécialiste des "solutions alternatives", qui voudrait nous priver de parole sur ce blog en interdisant tout commentaire! Ça ne vous fait pas réagir, ça?

Quoi qu'il en soit, le ménage se ferait de lui-même, sans que Pierre Jenni ni l'hébergeur du blog ne soient obligé d'intervenir.
De toute façon, l'expérience mérite d'être menée jusqu'à son terme.

Écrit par : Mario Jelmini | 31 octobre 2017

Il m'est arrivé de censurer certains propos. Il me semble que vous peignez un peu le diable sur la muraille Jean. Nous avons affaire ici à une équipe bon enfant. Des gens plutôt éduqués qui viennent se défouler et se lâchent. Mais je compte sur vous pour m'alerter si un petit trouduc du genre que vous mentionnez m'aurait échappé.
Je ne pense pas offrir une plateforme attirante pour ce type d'individus. Si vous observez les discussions vous découvrirez vite qu'on est une poignée et qu'on finit tous par se connaitre.

Écrit par : PIerre Jenni | 31 octobre 2017

"A propos Pierre, par simple curiosité, que feriez-vous si quelque petit trouduc de néonazi a semelles cloutées ou un lobotomisé du djihad découvrait votre 0% modération blog et commencait a baver dessus? Hm?" (Ignaz)


Aucun problème. La brigade des moeurs du Général Cuénod et sa section spéciale de commandos exorcistes commandée par la Colonelle Vallette sont parfaitement entrainés pour ce genre de situation.

Evidemment, il faudra remplacer le divin et remplir le frigo à bière après mais ... on devrait pouvoir survivre jusqu'à la prochaine fin du monde.

Écrit par : inconfessable | 31 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

"Evidemment, il faudra remplacer le divin ... " (inconfessable)

Evidemment, il faut comprendre ... le _divan_.

}-)~>

Écrit par : reconfessable | 31 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Non seulement nous avons affaire à une équipe bon enfant mais évangélique.

On amena à Jésus quelques personnes habitées par un souffle mauvais qui les faisait s'en prendre aux autres sans même les connaître et qui souffraient précisément du mal dont elles accusaient leurs victimes.
Et Jésus les guérit.

Quelques uns se fâchèrent et lancèrent des pierres contre lui parce qu'ainsi guéries ces personnes ne prendraient plus leurs médicaments et que si Jésus guérissait toujours plus de monde les pharmas comme les industries concernées allaient à cause de lui et de ses guérisons finir par perdre beaucoup d'argent.
Jésus leur accorda son pardon les bénit et passa son chemin non sans rendre grâce à Celui qui l'envoyait.

Écrit par : MB | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Le meilleur commentaire que j'aie lu à ce jour en provenance du clavier de l'ordinateur de Myriam Belakovskaïa. J'ai même compris ce qu'elle a voulu dire, et elle l'a dit dans ce que je considère être l'esprit de ce blog (du moins l'esprit que lui ont donné, avec le temps, une majorité de commentateurs).
Chapeau bas devant le miel de votre bouche, MB !

Écrit par : Mario Jelmini | 01 novembre 2017

multa cadunt inter calicem supremaque labra

Dutronc chante "Je retourne ma veste"

Monsanto c/o glyphosate vs OMS c/o EU, aussi

Mario Jelmini, aussi:
"Le meilleur commentaire que j'aie lu à ce jour en provenance du clavier de l'ordinateur de Myriam Belakovskaïa. J'ai même compris ce qu'elle a voulu dire, et elle l'a dit dans ce que je considère être l'esprit de ce blog (du moins l'esprit que lui ont donné, avec le temps, une majorité de commentateurs).
Chapeau bas devant le miel de votre bouche, MB !"

Mario, bizarre après des hectares de commentaires, de vous voir venir flatter du titre de star de ces blogs sur ses mots, une coupable d'homicide/pardon 1 malade ayant appris d'une vie de dépendante de thérapeutes à en capter tous rouages psy, déviant sur l'OVNI quand le religieux ne passe pas, ou l'inverse à l'opportuniste

C'est quoi votre jeu? En manque de lucidité sinon pourquoi vous amusez-vous à jouer de ce gap entre réalités construites & factuelles, où les mots prévalent sur les faits?
non d'une pipe d'argonaute

Écrit par : un argonaute qui voit les dés se faire fait piper comme un autre | 01 novembre 2017

Je m’en voudrais d’intervenir dans votre cour de récréation où les plus méchants ont le droit de taper à répétition sur les plus faibles sans que personne ne réagisse, ou les plus grossiers, méprisants, mythos et autres paranos semblent systématiquement prendre le dessus sur les plus sages et les plus respectueux.

Cette situation me rappelle toutefois celle que j’ai connu, il y a plus de 20 ans sur les forums de discussions (les blogs n’existaient pas encore) d’un hebdomadaire culturel montréalais (le journal Voir pour ne pas le nommer).

Il est vrai que les québécois sont dans l’ensemble plus ouverts (mais plus superficiels) que nous autres « bons suisses », toujours est-il que l’ambiance avait été totalement différente et les échanges plus respectueux après qu’un (des pire) intervenant (qui était en train de mourir, mais ça nous l’avons appris que plus tard) ait eu la « bonne » idée de nous réunir en en vrai, en life, autour de quelques bières…

Je dis ça, je ne dis rien….

Bonne journée !

Écrit par : Vincent | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Merci pour cette exceptionnelle visite Vincent. J'apprécie l'effort.
Je n'ai aucun doute sur la belle fiesta qu'on ferait tous ensemble autour d'une ou deux bières. Surtout que parmi nous il doit y en avoir un ou deux qui sont en sursis puisque nous approchons tous de l'échéance.
Mais dites-moi, en vingt ans n'avez-vous pas compris à quel point celui qui agresse est en fait en train d'appeler au secours ?

Écrit par : PIerre Jenni | 01 novembre 2017

On ne perd pas de vue, Mario Jelmini, que les temps bibliques sont a temporels ce qui, à la traduction donne précisément

On amène à Jésus(...) quelques-uns se fâchent et lancent des pierres(...)

Jésus leur accorde son pardon(...)

Écrit par : MB | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Croyez-vous, Myriam, que Jésus était animé d'un esprit de pardon quand, armé d'un fouet et renversant tables et sièges, il a chassé des abords du Temple tous ceux qui vendaient ou achetaient (cf. Jean 2:13-15, Matthieu 21:12 et Marc11:15) ?
Cette scène (et quelques autres) prouve(nt) que Jésus était en réalité un colérique.

Écrit par : Mario Jelmini | 01 novembre 2017

Si j'en crois mon horoscope, les menaces qui pèsent sur le blog de Pierre Jenni se précisent.
Des forces aussi obscures que maléfiques sont à l'oeuvre. Aussi importe-t-il que chacun signe rapidement la pétition "SAUVONS LE BLOG DE PIERRE JENNI". Nous devons absolument arriver à 100 signatures si nous voulons faire impression sur les hautes sphères de la Tribune de Genève.
Encore un petit effort: à cette heure il n'en manque que 94.
Il est scandaleux, en particulier, que des habitués de ce blog comme Corto, Patoucha (qui souffre en ce moment d'une extinction de voix), Myriam Belakovsky et Marie-France de Meuron ne l'aient pas encore signée alors qu'elle leur tend les bras.

Pour signer, c'est ici: http://chn.ge/2ieD5Qv
Et pour ceux qui sont partisans de la fermeture du blog, c'est aussi ici: http://chn.ge/2ieD5Qv
(on ne peut pas se tromper).

Écrit par : Mario Jelmini | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Mario,

Les marchands du temple d'aujourd'hui ne sont-ils pas ceux qui profitent de la souffrance humaine pour "engranger" telles assurances maladies, industries ou pharmas...

le "temple" étant le corps de l'homme psychosomatiquement parlant?

Croyez vous qu'une personne seule y puisse quelque chose quand bien même armée d'un fouet symbole possible de la langue, de la parole... du "feu" de la parole!

Ne faudrait-il pas aller déterrer les solidarités entre humains?

Faudra-t-il une nouvelle guerre ou autre atroce événement pour une tel RETOUR?

Mario, vous êtes tellement sympa quand vous êtes ce que vous êtes en vos profondeurs, bon et doux.

Écrit par : MB | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

"Mais dites-moi, en vingt ans n'avez-vous pas compris à quel point celui qui agresse est en fait en train d'appeler au secours ?"

Oui et alors ?

On fait comme si on l'entendait pas ??

Ceci dit, c'était histoire de tenter d'être un tant soit peu constructif, j'en fais absolument pas une obsession....

Écrit par : Vincent | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

"On fait comme si on l'entendait pas ?"
Je n'ai pas l'impression de jouer au sourd ici. En revanche je doute qu'écouter l'autre consiste à accuser et acculer les plus démunis qui ne sont pas ceux qui sont agressés, même s'ils en prennent pour leur grade, mais bien les virulents qui manquent de moyens pour dire simplement ce qui les préoccupe.
En condamnant certaines façons, vous faites exactement la même chose que ceux que vous dénoncez.

Écrit par : PIerre Jenni | 01 novembre 2017

Pierre, je reprends votre question à Vincent:
"Mais dites-moi, en vingt ans n'avez-vous pas compris à quel point celui qui agresse est en fait en train d'appeler au secours ?"
Effectivement mais encore faudrait-il que celui qui appelle en soit conscient, sinon il s'enfonce dans sa souffrance en l'étouffant par ses réactions contre ou envers autrui.
A la place prise dans cette plate-forme par certains et qui, de plus ne veulent pas entendre des réponses et se répètent, est-ce leur rendre vraiment un service?
D'autre part, vous voulez imposer votre dynamique thérapeutique dans une plate-forme de blogs d'un quotidien qui n'a pas pour mission d'effectuer des traitements pour malades chroniques.
Vous-même n'en avez pas les moyens puisque l'espace pour ce faire est très restreint.
Il n'est pas adéquat de limiter l'espace de votre blog à un espace thérapeutique alors que vos billets cherchent à dynamiser les lecteurs.
L'espace donc est limité et le temps aussi. Sur les plus de 1400 commentaires qui ont été sagement relayés par la Tribune, lesquels étaient vraiment constructifs, soit pour le message socio-politique soit pour la dimension thérapeutique réelle?
Le monde actuel est en train d'effectuer une énorme bascule. Basculons dans son sens en participant à une dynamique plus appropriée, créative et fertile!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Au secours! À l'aide! Je souffre et je ne le sais pas. Je m'enfonce dans ma souffrance et je ne le sais pas. J'inflige à autrui la souffrance qui m'habite et je ne le sais pas. Je dirige contre autrui la haine que j'ai de moi-même et je ne le sais pas. Je... (je m'arrête là car je n'ai pas le temps de relire tout Freud, tout Jung, tout Adler et tout Ferenczi).

Dieu merci, tout ça c'est du passé! Depuis que Marie-France est arrivée, avec son lasso, son grand chapeau à la Goetelen et ses théories alternatives, je me sens beaucoup mieux. J'ai carrément basculé! Grâce à mon gourou, je suis entré dans une nouvelle dynamique. Hier encore, j'agressais, aujourd'hui j'embrasse et j'étreins. Voilà que je me mets à aimer tout le monde! Laissez venir à moi les femmes et les petits enfants...

Relisez le dernier commentaire de Mme de Meuron. Je vous assure: il est vraiment constructif, que ce soit pour le message socio-politique qu'il apporte ou pour la dimension thérapeutique réelle qu'il nous offre. En tout cas moi, il m'a guéri.
Espérons qu'il touchera aussi Corto, l'irréductible...

Écrit par : Mario Jelmini | 01 novembre 2017

Marie-France je suis sincèrement désolé de vous avouer que je n'ai aucune idée de la direction que devrait prendre une "dynamique plus appropriée, créative et fertile".
Je considère au contraire que nous sommes très créatifs ici même si je n'ai aucune intention, et pas la moindre autorité, de proposer, et encore moins imposer, une plateforme thérapeutique.
J'observe simplement que, à force de répéter inlassablement les mêmes schémas, chacun devrait pouvoir se voir grâce au miroir des autres et corriger ce qui pourrait apparaitre comme un travers.
Je l'ai fait, je le fais tous les jours. A mon rythme qui est un peu lent à mon goût, mais je reste vigilant et j'espère que d'autres font preuve de la même attention.

Écrit par : PIerre Jenni | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

@Vincent Ne vous laissez pas embarquer dans le piege a con du blog. Les trois-quatre intervenants réguliers se complaisent en fait dans leurs roles respectifs d`agresseurs et de victimes. Mieux vaut en rigoler de loin.

Écrit par : Ignaz, le moyne des sables | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

"Les trois-quarts des intervenants réguliers se complaisent en fait dans leurs roles respectifs d`agresseurs et de victimes."

Bien observé, Ignaz!
Bien entendu, chacune des personnes visées par votre remarque se considérera comme faisant partie du quatrième quart.
Comme vous l'écrivez: mieux vaut en rigoler...

Écrit par : Mario Jelmini | 01 novembre 2017

Je confirme les dires du pere Ignaz, mon cher Vincent. Ceci n`a que l`apparence d`un blog mais est en réalité un asile de fous. Laissez-les se thérapeutiser les uns les autres et n`oubliez pas de jeter quelques miettes de pain aux canards gonflables de la mare en sortant, merci pour eux.

Écrit par : Dr Zinzin | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

J'avoue aussi jalouser ceux qui comme le Dr Zinzin font preuve d'humour et de sens de la dérision qui me font ma foi plutôt défaut.
Je n'ai pas l'impression de me prendre au sérieux, mais je n'ai pas développé les qualités qui permettent de communiquer légèrement sur des questions qui me tiennent à coeur.
Je remercie donc tous ceux qui viennent nous rappeler par quelques mots bien sentis et drôles à quel point la tragédie humaine est aussi une comédie.

Écrit par : PIerre Jenni | 01 novembre 2017

J'adore les commentaires du Dr Zinzin, qui ne perd pas de vue l'essentiel: nourrir les canards gonflables de la mare.

Écrit par : Mario Jelmini | 01 novembre 2017

Dixit l'ignoble moine des sables qui se regarde rire de loin puisqu'il fait partie des quelques intervenants fidèles.
J'ai toujours soupçonné mon père de dire ce qu'il faut faire mais rarement faire ce qu'il dit. Je l'égratigne d'ailleurs sur un billet qui a donné suite à la foison de ses productions publiées à titre posthume par culpabilité. Car j'aime et j'admire mon père quoi qu'il en soit. Oui au présent, car il vit toujours en moi.
Et puis j'ai compris récemment que les meilleurs d'entre-nous, comme Gandhi, Martin Luther King, Krishnamurti et tous ceux qui sont considérés comme des modèles, restent terriblement humains et faillibles. Je ne leur en veux plus de ne pas être en phase avec leurs préceptes qui restent des jalons, des balises pour naviguer dans la brume. Finalement ils n'ont fait que professer ce qu'ils avaient le plus besoin d'apprendre.

Écrit par : PIerre Jenni | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Que de sagesse, que de sagesse, dans toutes ces prises de parole.
Et dire qu'une rabat-joie fraîchement débarquée sur ce blog voudrait y interdire tout commentaire ! N'a-t-elle pas compris que le blog de Pierre Jenni est la meilleures des médecines alternatives?

Écrit par : Mario Jelmini | 01 novembre 2017

...avec des éclats de verre dans le pain !
C'est juste totalement délectable.

Écrit par : PIerre Jenni | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Pierre, mon enfant, sachez que la seule vérité est que la vérité est protéiforme. C`est ce qui fait d`ailleurs le charme de votre maison de f.. heu je veux dire de votre blog. Avec le docteur Zinzin (nous sommes devenus de tres bons amis), nous allons d`ailleurs souvent a la peche a la vérité dans le vin de messe -in vino veritas- dont la chapelle de l`asile possede en réserve quelques tonneaux d`excellent cru.

Écrit par : Ignaz, le moyne des sables | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

J'imagine donc que vous connaissez les bonnes adresses. Merci de les partager largement. Sans oublier la pétition de Mario pour cette auberge sans prétention qui offre des millésimes plutôt rares sur la blogosphère.

Écrit par : PIerre Jenni | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Hélas, toujours que six misérables petites signatures... Si j'enlève la mienne et celles de mon fils, de ma copine et de mon meilleur pote, faut avouer que ça fait pas le poids. Je crois que le blog est foutu, Pierre. Tout ça à cause de Patoucha, qui fait la tête dans son coin tout en se mordant les doigts d'avoir provoqué ce cataclysme... Sans parler de la demeurée qui préconise la pire des solutions imaginables: le maintien du blog mais sans commentaires.
Sans commentaire.

Écrit par : Mario Jelmini | 01 novembre 2017

Et le docteur vérité, vous buvez aussi des coups avec lui ? Il semble venir de votre coin.

Écrit par : PIerre Jenni | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Ah mais je n`ai pas l`honneur de connaitre ce "docteur Vérité", mon cher Pierre. Présentez-le me le a l`occasion, vous connaissez l`adage: plus on est de fous...

Écrit par : Ignaz, le moyne des sables | 01 novembre 2017

Voilà qui vous donne assez bien la mesure parfaitement marginale et dispensable des blogs de la Tdg Mario. Si le blog le plus commenté ne rassemble qu'une poignée d'individus trop timorés pour entrer en matière sur votre noble démarche, je vous laisse imaginer ce qu'il en est du reste de la blogosphère.
Essayons cependant de relativiser l'impact et profitons du plaisir éphémère et jouissif de nous exprimer indépendamment des retours. C'est tellement plus beau lorsque c'est gratuit.

Écrit par : PIerre Jenni | 01 novembre 2017

Bien-sur qu`il me connait, ce vieux gredin de moine des sables, Pierre, mais il me snobe a chaque fois qu`il s`est bituré au vin de messe car il voit bien alors les lueurs de réprobation au fond de mes lunettes et ca lui évoque irrésisitiblement les flammes de l`enfer. Plus sérieusement, connaissez-vous le cercle de Kann dit cercle d`adhérence cher aux amateurs de rallye auto? Vous savez, avec les axes "accélération", "freinage", "gauche" et "droite"... quand vous sortez du cercle, votre bolide se met a déraper par la tete ou le cul. Ainsi moi-meme et le joyeux tandem Ignaz-Zinzin sommes la pour rééquilibrer votre bolide par freinage ou accélération (vous savez, les fameux transferts de charge) afin qu`il ne quitte pas la piste dans un fracas de canards gonflables éclatés.

Écrit par : JJ | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Il me semblait bien que la schizophrénie n'était pas forcément une maladie.
Je suis adepte des sports mécaniques et j'ai eu le privilège de me mesurer à Tom Lüthi et Dom Aegerter dans le championnat suisse de pocket bike quant ils étaient encore ados.
La lecture de Zen and the art of motorcycle maintenance a définitivement consacré ma sensibilité pour la chose. Merci donc de venir régulièrement nous faire partager votre science. Je vais de ce pas faire quelques recherches pour palier mon ignorance du cercle de Kann.

Écrit par : PIerre Jenni | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Belle métaphore que celle qui suggère de rester aux limites du cercle. Ce qui me plait bien dans la théorie du cercle de Kann, que je pratique intuitivement lorsqu'un client me dit qu'il faut foncer s'il ne veut pas louper son avion, c'est qu'on reste à l'extérieur du cercle. On pousse la limite un poil au-delà de la zone de confort.

Écrit par : PIerre Jenni | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Ces cercles de Kann, ce serait pas par hasard plutôt des cercles de cane gonflable éclatée suite à une de ces thérapies alternatives dont Mme de Meuron a le secret ?

Écrit par : Mario Jelmini | 01 novembre 2017

Nous sommes tous des canards gonflables éclatés à cause des éclats de verre dans le pain quotidien de nos vies de canards boiteux bien laqués (Confucius).

Écrit par : Mario Jelmini | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Cé bin vré ca! L`était pas con ce fucius debleudebleu.

Écrit par : coincoin | 01 novembre 2017

Ou peut-être des cannes à sucre pour bouche de miel, voire cannabis pour absolom. Eclatés et laqués, va sans dire.

Merci pour votre tolérante compassion devant ces misérables tentatives d'humour.
Je vous promets de me retenir.

Écrit par : PIerre Jenni | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

:-)

A ce propos, je signale que parfois à l'envoi d'un commentaire l'on reçoit une réponse genre "l'envoi de ce commentaire a rencontré un problème" avec comme alternative soit de "recommencer" soit d'"annuler"...soit de fermer la page avec la croix...

Il est bon de savoir que si l'on annule ou ferme ladite page par la croix en espérant se sortir de cette mauvaise passe, eh bien que nenni...le commentaire est édité 2 à 3 jours plus tard, sans façon.

Il suffit donc que dans l'intervalle on aie essayé d'en replacer une que paf, l'on se retrouve face à un doublon.

A ne pas mettre sur le compte de la fumette, comme ça, direct svp :-)

Écrit par : absolom | 01 novembre 2017

Si je n'ai jamais pu battre ces champions en herbe, j'ai la fierté d'afficher plusieurs podiums à près de 50 balais. Votre serviteur dans ses oeuvres : http://pocketbike.ch/Index/imaphoto/images2/pieroran.html

Écrit par : PIerre Jenni | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Ah Pierre, vous etes grand! Big you are, indeed! (la facture, toujours a la meme adresse?)

Écrit par : PJ fan-club | 01 novembre 2017

Pas de souci absolom. Je vire les doublons.

Écrit par : PIerre Jenni | 01 novembre 2017

Z'êtes géant, Pierre.
Paraît que les pygmées sont très friands. C'est vrai, ça?
Au niveau suisse, je parie que les Appenzellois battent tous les records.
Y a aussi des compétitions de side-car?

Écrit par : Mario Jelmini | 01 novembre 2017

N'est pas schizophrène qui veut.
Il faut, premièrement, être particulièrement intelligent.

Non se prendre pour tel mais l'être.

Écrit par : MB | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Avec 1,80m j'ai plus pris de mon père d'ascendance bâloise que de ma mère Appenzelloise qui dépasse à peine 1,50m. Mais Kumenacher, le champion de 1999 fait facile 1,90m. Tout est question de souplesse dans les jambes.

Écrit par : PIerre Jenni | 01 novembre 2017

ET encore... Je me retiens.
Ces petites bestioles peuvent atteindre les 100km/h mais en championnat on cherche plutôt la niaque au démarrage. Il faut donc plonger en avant de la moto pour éviter de faire un soleil.
L'impression de vitesse à ras le sol donne en permanence des décharges d'adrénaline et le moindre choc envoie les endorphines. Le cocktail vous fait perdre trois à quatre kilos en une après midi de compétition.
http://pocketbike.ch/Index/imaphoto/images2/pierafon.html

Écrit par : PIerre Jenni | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

J`aurais l`impression de rouler sur mes roubignoles...

Écrit par : JJ | 01 novembre 2017

Les couilles sont aussi mises à rude épreuve lors des freinages où le corps est propulsé et compressé contre le réservoir.

Écrit par : PIerre Jenni | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Jamais essayé avec une aile delta accrochée sur le dos? Ca pourrait révolutionner le vol libre..

Écrit par : JJ | 01 novembre 2017

Et dire que ce blog n'avait que 3 ou 4 commentaires il n'y a pas 1 an !!

Maintenant il se plaint, façon de dire, en fait il jubile, sans que cela l'empêche que hurler avec les chiens, c'était pareil à l'époque avec les blogs de tant et tant de pisse-froid !!!

Écrit par : Corto | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Toujours en train de rouspéter le Corto. Allez, vas-y, déballe ! Mais sois un peu plus explicite que diable.

Écrit par : PIerre Jenni | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

"En condamnant certaines façons, vous faites exactement la même chose que ceux que vous dénoncez"

Je ne juge ni condamne personne P. Jenni, je me contente (et Dieu sait si c'est déjà laborieux) d'observer et de faire dans le constat.

Mais visiblement c'est déjà trop et cela sera donc ma dernière intervention. Oubliez ma suggestion !

Bon vent !!

Écrit par : Vincent | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Bon, je sais Vincent, vous avez déserté, mais je ne puis m'empêcher de m'interroger sur cette notion de constat.
Vous êtes-vous déjà interrogé sur les éléments qui vous permettent d'évaluer une situation ? Tout le monde constate, mais chacun avec son filtre.
Un véritable constat amiable consiste à se mettre d'accord sur des circonstances discutables afin de déterminer les responsabilités réciproques et demander l'indemnisation de l'assurance.
Mais lorsque vous nous assénez votre sanction de juge suprême qui a constaté les faits et que vous dégagez, vous nous donnez une bonne mesure de votre limite.
Je suggère au contraire que vous vous preniez en main et que vous ayez le courage de venir causer un peu ici. Votre fille qui doit soupirer de devoir subir toutes ces recommandations publiques en serait la première reconnaissante.

Écrit par : PIerre Jenni | 02 novembre 2017

Mais alors Vincent, sentirais-je un brin de fatigue ? Vous semblez bien las de débattre.

Écrit par : PIerre Jenni | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Je dois dire que j'aime beaucoup ce blog. Le seul défaut, c'est qu'on n'y comprends absolument rien !

Écrit par : Casimir, isidore et myroschka | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

C'est vrai qu'à part les commentaires éclairés de Myriam Belakovsky, il n'est pas toujours facile de suivre et de comprendre ce qui s'écrit sur ce blog. Je pense en particulier aux envolées de mémé de Meuron, qui ne sont en fait que de la poudre aux yeux. Ce disant, je pense avoir cité les deux personnes qui se prennent encore au sérieux sur ce blog.

Car la maturité, c'est ça: ne pas trop se prendre au sérieux, être capable d'autodérision. Et ne plus avoir besoin d'être aimé à tout prix comme des petits enfants.

Écrit par : Mario Jelmini | 02 novembre 2017

Je rappelle a nos chers pensionnaires qu`ils sont priés d`éviter les comportements inadéquats que nous avons du déplorer l`année derniere a l`occasion de la fete des morts. Il est ainsi strictement interdit de galoper dans le parc en tenue d`Adam et meme d`Eve avec un pétard dans le derriere ainsi que de mettre le feu a la queue du chat de Mme Touchemoala, notre excellente concierge. Le Pere Ignaz, notre excellent aumonier me demande par ailleurs de vous transmettre qu`il est inutile cette année de jeter des grenades incendiaires dans la sacristie car apres les débordements malheureux de l`année passée tous les ornements sacerdotaux ont été ignifugés. A part ca, joyeux halloween a toutes et a tous!

Écrit par : Dr Zinzin | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Euh... ce serait pas plutôt la Toussaint today ?

Écrit par : PIerre Jenni | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

La Hongrie c'est catholique, non ?

Écrit par : PIerre Jenni | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Ouais. Les cimetieres sont tout illuminés ce soir, des millions de petites loupiotes sur les tombes. J`ai aussi mis des loupiotes dans le jardin pour que les bons esprits n `aient pas trop de peine a atterrir en cas de brouillard.

Écrit par : JJ | 01 novembre 2017

Bonsoir Pierre,
Je viens débattre sur votre commentaire un peu ci-dessus :
"J'observe simplement que, à force de répéter inlassablement les mêmes schémas, chacun devrait pouvoir se voir grâce au miroir des autres et corriger ce qui pourrait apparaitre comme un travers.
Je l'ai fait, je le fais tous les jours. A mon rythme qui est un peu lent à mon goût, mais je reste vigilant et j'espère que d'autres font preuve de la même attention."

Si vous avez besoin du conditionnel - qui utilise du futur et du passé dans sa formule - c'est que vous n'êtes plus dans le présent, ce qui est ici et maintenant, la réalité du moment. Vous partez aussi dans un "j'espère" qui fait également allusion au futur.
"En espérant que d'autres font preuve de la même attention", vous ne tenez pas compte que leurs vigilances peuvent aussi se baser sur d'autres critères et de plus prioritaires par rapport à leurs étapes de vie.
Par conséquent, vous donnez bien une intention alors que vous prétendez n'avoir aucune idée d'une dynamique à prendre. En fait, l'intention implique déjà une dynamique.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Ça, Pierre, ce que vient de vous envoyer en pleine figure la dynamique Mme de Meuron, c'est de la dynamite!

Mme de Meuron est dans le présent, dans le «hic et nunc» comme disaient les Romains. Elle a bien raison car ce serait une grave erreur que de tirer les leçons du passé et d'essayer de se projeter dans l'avenir afin de ne pas répéter les erreurs du passé. Si je peux me permettre de résumer l'enseignement de la gourou: bannissez le passé, le futur et le conditionnel de votre pensée et de votre langage et contentez-vous de vivre chaque instant présent en m'adorant.

Divin!
Ou "divan", comme dirait Myriam, qui a une grande expérience dans ce domaine puisqu'elle a passé une bonne partie de sa vie allongée sur les divans des psychanalystes à cause de sa satanée schizophrénie (on ose maintenant prononcer le mot puisqu'elle vient d'admettre que telle était sa pathologie).

Écrit par : Mario Jelmini | 02 novembre 2017

Pour appréhender le sujet je vous suggère soit les billets qui reprennent les écrits philosophiques de mon regretté père en commençant par son poème Sempiternam.
http://posttenebraslux.blog.tdg.ch/archive/2017/04/27/sempiternam-283645.html

Et puis si cette approche ne vous convient pas, je suggère l'option de mon dernier polar qui mélange allègrement et de manière parfaitement non académique les divers temps de la conjugaison française au sein d'une même phrase de manière quasi systématique.
https://play.google.com/store/books/details/Pierre_Jenni_Hey_taxi?id=uYnrCwAAQBAJ

Alors peut-être comprendrez-vous à quel point ma seule intention consiste à vivre l'instant. Je vous remercie de contribuer à participer à cette quête aussi noble que vaine.

Écrit par : PIerre Jenni | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Pierre Jenni,

un peu plus haut vous écriviez qu'on laisse l'analyse à Myriam.

Une fois que Myriam avait franchement trop de chagrin et qu'elle regardait les photos des blogueurs en se demandant qui la comprendrait elle en arriva à votre photo "avec un bon regard"! et constata que ce blogueur portait le même prénom que la personne avec laquelle Myriam est sinon en conflit mais en perte de lien de parenté
Ce qui est douloureux tout en ayant à respecter le sentiment, le ressenti de cet autre que soi-même.

Alors, pour Corto, il a fallu que j'écrive un commentaire de compliments à M. Cuénod pour que Corto comme piqué par on ne sait quel insecte, s'en prenne au fondateur de Terre des hommes comme il aura fallu que Madame de Meuron m'adresse quelques lignes aimables sur ce blog pour que Corto à nouveau comme piqué par on ne sait quoi désormais s'en prenne en premier à Madame de Meuron.
Ce qui donne à penser que Corto doit être en manque... ou en un manque allant rechercher loin dans son enfance sachant que nous pouvons être joués par notre passé exactement comme si nous étions des marionnettes et ceci comme cela sans nous en avoir le moins du monde conscience.
Pour vous écrire ces lignes, Pierre Jenni, comme l'ensemble de toutes mes lignes partout, je n'"analyse" rien.
Plutôt affaire de ressenti.

Écrit par : Myriam | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Excusez-moi, Pierre Jenni

je suis extrêmement fatiguée et viens de commettre une erreur.

Après mon commentaire de compliments à M. Cuénod Corto ne s'en est pas pris au fondateur de Terre des hommes mais à M. Cuénod lui-même ce de manière telle que M. Cuénod lui a dit sur son blog qu'il ne le publierait plus jamais.

Écrit par : Myriam | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Pierre, Je désire revenir sur un de vos commentaires ci-dessus :
" je doute qu'écouter l'autre consiste à accuser et acculer les plus démunis qui ne sont pas ceux qui sont agressés, même s'ils en prennent pour leur grade, mais bien les virulents qui manquent de moyens pour dire simplement ce qui les préoccupe."
Je ne pense pas qu'on puisse définir une catégorie "les plus démunis" car on peut constater que certains montrent leur état de se sentir démunis alors que d'autres qui le gèrent peuvent avoir des souffrances tout aussi profondes, soit si enfouies qu'ils n'en sont pas conscients, soit qu'ils assument sans les déverser sur autrui.
De même, pour moi, il n'y a pas d'êtres virulents mais certains qui usent de leur virulence plus que d'autres, pour exprimer des ressentis qui peuvent être très distincts. Les modes d'expression varient selon les tempéraments et les cultures mais ne sont pas une identité en soi.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Plutôt d'accord Marie-France. L'expression d'une émotion ne forme pas une identité.

Écrit par : Pierre Jenni | 01 novembre 2017

Marie-France de Meuron a écrit:
"pour moi, il n'y a pas d'êtres virulents (...)".

Ainsi donc, Mme de Meuron, vous admettez que Corto n'est pas virulent. Fort bien, on saura vous le resservir à l'occasion.

Par contre, je peux vous assurer que vous étiez franchement virulente quand vous vous êtes attaquée aux neurones complètement déconnectées de Corto. Ce faisant, vous avez prouvé que vous n'étiez pas capable de vous maîtriser. On n'a que faire ici des théories d'une personne virulente, incapable de se maîtriser et qui ne cesse de se contredire dans ses propos. Vous devez être particulièrement mal dans votre peau Mme de Meuron. Cela ne plaide pas en faveur des médecines alternatives que vous préconisez et prescrivez.

Vous devriez aller voir un médecin. Un vrai.

Écrit par : Mario Jelmini | 02 novembre 2017

On peut gérer une souffrance non seulement sans l'enfouir au plus profond de soi-même mas en la partageant avec d'autres étant donné que les épreuves des uns parfois sont également les épreuves des autres.

Les mêmes épreuves mais chacun, chacune, avec son propre ressenti lequel ressenti est unique.
Aucun psy ne le niera.

Raison pour laquelle il faut se méfier de ceux qui prétendent savoir ce qui est bon pour nous (Arthur Janov).

Écrit par : MB | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

"Raison pour laquelle il faut se méfier de ceux qui prétendent savoir ce qui est bon pour nous".

Parfaitement d'accord avec vous sur ce point, Myriam.
Aussi Pierre Jenni doit-il se méfier quand Mme de Meuron prétend savoir ce qui est bon pour son blog.

J'ose espérer qu'à l'avenir, ni Mme de Meuron ni vous-même, Myriam, n'essayerez plus de nous dire ce qui est bon pour nous. Les solutions auxquelles vous parvenez dans la gestion de vos problèmes ne sont pas nécessairement applicables à autrui.

Écrit par : Mario Jelmini | 02 novembre 2017

Oui ces images sont spectaculaires mais en fait c'est tout dans la tête. Vous pouvez faire les même gestes à 10cm du sol. Je me souviens avoir traversé le pont de Carouge sur la rambarde qui était ronde et d'un diamètre de 6 ou 7 cm. Il s'agit de résister à la tendance à vouloir se pencher du côté pont ce qui nous déséquilibre. Oublier le vide et faire comme si de rien n'était.

Écrit par : PIerre Jenni | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

D'accord avec vous...mais la moindre faiblesse, c'est départ :-)

Écrit par : absolom | 01 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Je ne crois pas m'être personnellement adressée à quelqu'un nommément en lui disant ce qui serait bon pour lui ou elle sauf sur un point: ne pas oublier de nous s'interroger sur nos motivations profondes (Psychologie de la motivation, Paul Diel). En revanche j'ai clairement exprimé à moult reprises à quel point je déplore les insultes ou dénonciations publiques qui n'apportent rien ainsi
qu'en général, en effet, parfois j'ai apporté ce qui s'est révélé ou passé en moi bon pour tous un témoignage sous une forme ou sous une autre.
En un moment particulier il m'a été demandé de partager cette expérience que j'appelle "1969"

en ferai-je un bouquin

on verra


Pierre Jenni a écrit avoir voué son blog aux doléances de personnes brisées par la vie.
Je ne crois pas qu'un blog, public, peut répondre dans la durée à l'attente de personnes souffrantes car soit elles ne disent rien tout en parlant d'autre chose ou elles s'expriment en un lieu "public"!
L'écoute et la réaction à de telles expressions risquent de valoir à ces personnes les pires "claques symboliques" telles que "ça, on s'en tape!" ce qui n'est pas apporter une ombre de baume sur le cœur.

L'invitation à la délibération intime laquelle conduit à cette Nouvelle Sortie d'Egypte qu'est la sortie ou délivrance du "ruminement mental jusqu'au discernement" risque d'être ressentie précisément, Mario Jelmini, comme une série de bons conseils

et il y a quelques heures, sans prévenir... après avoir bien réfléchi... ici ou à l'autre blog de Pierre Jenni j'en ai fait la démonstration en parlant de moi ainsi que d'une autre personne:

J'ai immédiatement volontairement établi un barrage "repérable" pour n'en pas dire plus alors que c'est précisément de tels barrages ("défenses", pour les psys) qui conduisent au refoulement lequel en ses effets est poison. Démanteler ces barrages ou défenses est justement l'objectif de thérapie telles que la psychologie analytique (selon la définition du grand Jung)
Les mises au point pour la participation des commentateurs aux blogs n'interdisent nullement une suggestion voire un "conseil" en passant.
Le credo des psychologues qui s'affirment précisément ne pas être là pour donner des "recettes" appelle à nuancer car on serait tenté d'observer comme un peu de désengagement en une telle déclaration (comme un pasteur qui dirait qu'il n'y peut rien si les paroissiens qui ne viennent plus au culte s'abstiennent parce qu'ils sont enfoncés dans le matérialisme"... un peu "facile"...

Écrit par : MB | 02 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Mario Jelmini@ Le commentaire en question : Ne seriez-vous pas par hasard encore plus misogyne que moi ?
H-R F :
Géo,
J’ai bien reçu votre commentaire et votre question sur le sentiment que nourrirait Mario Jelmini envers les femmes. Il n’a rien à voir avec le sujet proposé ici, merci de rester dans le cadre qui est traité, que ce commentateur le veuille ou non.

Écrit par : Géo | 02 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Votre commentaire, je l'avais lu avant que cette pouffiasse (elle ne veut pas qu'on l'appelle Hélène) décide de l'effacer. Manifestement, elle panique! Cette petite prétentieuse mérite une bonne leçon. Quand on se prétend écrivain, on a plus de tenue. Et plus de respect pour ses lecteurs.

Je ne suis sûrement pas plus misogyne que la moyenne des hommes mais je déteste, d'une part la sottise, et d'autre part les personnes qui veulent péter plus haut que l'extrémité de leur orifice anal (pour rester poli).

Écrit par : Mario Jelmini | 02 novembre 2017

Pierre Jenni @ Vous m'inquiétez. Très sérieusement. On a parlé des "beaux parleurs" de Zenda, le vieux gaucho rital qui sévit encore quelques mois sur la RTS. On a évoqué l'abominable fille de Sarclo, qui se vantait d'aimer la vie et de faire des bébés. Eh ben, vu le résultat, excusez-moi msieurs-dames, il aurait eu mieux fait de s'abstenir...
Et vous remettez la compresse chez Décaillet. Coline vous impressionne favorablement, du côté de la libido. Ainsi que Lisa Mazzone - Hiiiihiiiihiii, dit le choeur des chevaux. Vous avez certainement lu Aristophane et son choeur des grenouilles - Brekekex-coax-coax ainsi que vu "Frankenstein junior", avec Frau Blücher, Hiiiihiiiihiii, dit le choeur des chevaux. (on est dans un blog, le niveau est bas, le lecteur moyen est con comme un balai, il faut tout préciser...).
Donc, pour résoudre vos divergences avec ces donzelles, vous fantasmez sur la baise.
Ma question: à la manière de Tarik R ?

Écrit par : Géo | 02 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Je ne sais si je peux, ou si je dois, Géo. Et je ne suis pas sûr de bien comprendre la question et l'intention derrière.
Sur Tarik Ramadan, vous ne m'en voudrez pas de m'abstenir. Je ne connais pas le bonhomme et je ne suis pas intéressé par son commerce.
Mais si ce qui vous intéresse est ma libido, je devrais peut-être envisager un billet à ce sujet pour faire valablement le tour de la question.
Je suis hétérosexuel et je considère la baise régulière (une à deux fois par semaine à mon âge) comme de l'hygiène corporelle, affective et spirituelle. Le sexe est pour moi l'outil le plus puissant pour accéder à des niveaux de conscience accrue, pour entretenir le corps, car c'est du sport, et pour rester en contact physique avec l'autre. Vivre pleinement sa vie d'homme. Et de femme évidemment. Mais ne m'embarquez pas de grâce sur ce terrain du langage épicène qui donne une mesure de la dégénérescence de nos bisounours bien-pensants.

Maintenant pour en revenir à mes fantasmes, je suis obligé de vous avouer être bon enfant et me limiter à du très standard. Genre blouse blanche. Je me rappelle avoir tenté de coincer une infirmière dans les gogues de l'hosto lorsque je me suis gelé les pieds dans l'Himalaya. Ou alors l'ascenseur qu'on ne peut véritablement arrêter. Bref du très sage.
Concernant Coline de Senarclens, je présume que mon fantasme tient de mon besoin de lui rappeler à quel point une queue peut être salvatrice si on sait qu'en faire et qu'on ne prétend pas en avoir une. Je cherche encore à comprendre comment elle fait pour rester sexy avec une telle tournure d'esprit et des idées aussi caricaturales sur les genres. Comme je le disais à je ne sais plus qui, il serait bon de se rappeler la sagesse ancestrale des Védas ou plus récemment les images du glaive et de son fourreau pour comprendre la métaphysique de la qualité et embrasser, grâce à la fusion, la sagesse qui permet de transcender la différence.
Pour Lizza Mazzone c'est plus compliqué. Je ne sais trop d'où vient cet appel. Il faudra que j'investigue la moindre. Je pense que j'ai envie de la convertir en la rendant folle d'amour et de désir.
Ai-je répondu un tant soit peu à votre commentaire Géo ?

Écrit par : PIerre Jenni | 02 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Cher Pierre et consorts,

Tout d'abord pardonnez-moi de vous interpeller par votre prénom alors que nous ne nous connaissons pas personnellement. Il paraît que ça ne se fait pas, selon Sainte Hélène.

Par les présentes, je vous informe que je vais considérablement réduire mes interventions sur les blogs car il faut absolument que je concentre mes forces sur la rédaction de mon prochain livre, déjà passablement avancée, mon éditeur (la maison Ab'ovo, que je contrôle à 100%) ne cessant de me harceler afin qu'il sorte de presse avant le Salon du Livre de Genève en avril prochain.

Je continuerai toutefois à m'occuper de deux ou trois affaires relatives à des pétasses qui nous cassent les bonbons.

Passez un bon hiver,
bien à vous,
--
Mario

Écrit par : Mario Jelmini | 02 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Merci pour tout Mario. J'ai passé des moments délicieux. A tout bientôt j'espère.

Écrit par : PIerre Jenni | 02 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Je rappelle a nos chers pensionnaires que le rayon BD pornographique du coin-bibliotheque est a leur disposition mais qu`il est interdit d`exhiber sa quéquette aux passants par les fenetres donnant sur l`extérieur. Tout contrevenant sera fait abelarder par les dobermans spécialement dressés de notre excelllente concierge, madame Pétronille Touchemoatoupartou. Le Pere Ignaz me rappelle par ailleurs qu`il est formellement interdit de se masturber dans la chapelle sous peine de damnation éternelle immédiate.

Écrit par : Dr Zinzin | 02 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Euh... juste un petit mot: la peine de damnation éternelle immédiate peut etre convertie en une amende payable a moi-meme. Credit cards accepted.

Écrit par : Ignaz, le moyne des sables | 02 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Mario Jelmini,

Permettez-moi de préciser que contrairement à vos affirmations je n'ai jamais été me faire analyser et ne connais pas les divans des psychiatres ou psychanalystes.
J'ai parlé d'un médecin obstétricien qui m'accoucha de deux enfants avec une immense influence spirituelle sur moi.
IL m'est arrivé ce que j'appelle "1969" qui m'a immergée dans la psychologie des profondeurs en passant et en vivant ce processus par étapes Freud Bettelheim "Psychanalyse des contes de fées) OVNi: fées: petit peuple
Françoise Dolto et Jung (d'autres approches) ce qui fait que vit en moi ce que Jung appela la psychologie analytique, je dis psychologie des profondeurs poétique rêve aussi, imaginaire prisé par Einstein ce qui s'est passé en gros de l969 à 2OOO, pour un temps, puis, suivant, car il s'agit d'un processus

Egalement un retour à notre Mère-Terre.
Et je vous dirai juste une expérience. Mon mari et moi avons vécu presque sans cesse comme frère et sœur une fois les enfants nés.
A sa mort un pasteur trouva le moyen de me dire que l'"on sait que vous n'avez pas trop de chagrin!!"...
Ma peine était horrible mais en ouvrant la fenêtre au premier matin après le jour de l'enterrement de René de la terre est monté comme un immense embrassement une étreinte... mère!

Écrit par : MB | 02 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

"Ai-je répondu un tant soit peu à votre commentaire Géo ?" Oui, et je pense que vous êtes encore plus tordu que ce que je pensais. J'imaginais que vous aviez la baise punitive, genre Tarik le sauvage...
Mais là : " Je pense que j'ai envie de la convertir en la rendant folle d'amour et de désir.", je pense que vous êtes le plus cinglé des hôtes de ces bois...

Dommage qu'on habite si loin, je boirais bien quelques pichets avec vous pour vérifier...

Écrit par : Géo | 02 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Tordu ? C'est comment être droit ? Ou pas tordu ?

Écrit par : PIerre Jenni | 02 novembre 2017

Pas de commentaire des féministes : c'est donc qu'elles ne lisent pas votre blog. Bon, ce n'est pas une surprise...

Écrit par : Géo | 03 novembre 2017

Vous ne savez pas ce que "tordu" veut dire ? Un bon exemple aujourd'hui dans 24 heures (et probablement aussi dans la TdG), à propos des élèves genevoises de Tarik Ramadan :
"Léa (14 ans à l'époque) a subi les foudre de ce professeur "possessif et jaloux", qui la qualifiait d'aguicheuse. Elle a résisté, en a parlé autour d'elle, y compris avec ses parents. Avec le recul, elle met les choses en perspective :
"Avant d'être ce leader musulman, il était un homme tordu, intimidant, qui usait de stratagèmes relationnels pervers et abusait de la confiance de ses élèves."

Écrit par : Géo | 04 novembre 2017

"je n'ai jamais été me faire analyser et ne connais pas les divans des psychiatres ou psychanalystes."

Si vous préférez, vous pouvez profiter de la banquette de PJ. Il fait tourner le compteur, mais ce n'est pas forcément plus cher qu'un psychanalyste et il vous laissera choisir l'itinéraire.

Écrit par : Psycho-taxi | 02 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Je vois déjà Casimir, isidore et myroschka soupirer...

Écrit par : PIerre Jenni | 02 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Vous ne me croirez pas Psycho-taxi, mais j'ai développé un concept d'application qui permet de faire une course virtuelle dans un taxi sans quitter son fauteuil devant son ordinateur.
Le principe est simple. Vous choisissez votre rôle, chauffeur ou client et vous passez un moment à discuter avec quelqu'un de ce qui vous passe par la tête tout en vous déplaçant grâce au logiciel Streetview de googleearth.
J'ai proposé l'idée à l'EPFL qui, lorsqu'ils ont compris que je me foutais du caractère lucratif, m'ont envoyé vers des étudiants de l'UNIL qui ont manifesté un poli intérêt, sans suite.
Le cerveau de Swarm City, première tentative de plateforme commerciale décentralisée, s'est montré en revanche très intéressé par ce concept de PsyTaxi qui permet à chacun de se trouver son interlocuteur privilégié pour communiquer, indépendamment des diplômes qu'il afficherait dans son cabinet et avec la possibilité de pratiquer un tourisme médical intensif et sans effet secondaires sur les coûts de la médecine pour trouver la perle rare qui convient.
Donnez-moi une adresse mail et je vous envoie le programme.

Écrit par : PIerre Jenni | 02 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Quelqu'un a dit un jour que ce n'est pas tant qu'un enfant (ou adulte) en influence un autre mais ce qui se passe quand ces deux sont ensemble.
J'affirme que ce que Freud, non sans hésitation, a fini par appeler psychanalyse peut se déclencher naturellement entre deux personnes en cours de rencontres.

le processus qui s'ensuit est dialectique, d'études, en même temps que de vécu qui permet de retrouver en les revivant d'anciens traumatismes.

L'un des deux en l'occurrence un médecin provoquant, de façon imprévue, ce que Freud appela "transfert"

à un moment donné (1969-2OOO le médecin étant alors décédé mais forte toujours l'influence du transfert) le vêtement blanc du médecin représentera l'imaginée tunique blanche du Christ lui-même ce qui fit ressortir bibles et autres écrits religieux
(en aucun cas temps perdu)

Il s'agit d'une forme d'amour ressentie non vécue mais permettant de ressortir tout ce qui a été refoulé.
Le transfert peut être réciproque.
Le résultat fut non une conversion mais un revirement fondamental... ce qui rejoignait, mais alors sans le savoir, l'objectif du phénomène OVNI.

Cet aspect transfert inspira Françoise Dolto qui nommait volontiers caméléons les psychanalystes.

Elle possédait une impressionnante collection de chouettes lesquelles ont des capacités qui les rapprochent du chakra AJNA intuition entre autres.
Thème repris par Fabrice Bonvin à propos du phénomène OVNIs

Que l'on parle de psychologie analytique, selon Jung, de psychanalyse ou de psychologie des profondeurs (travaux sur les fonds maritimes du père de Charcot, Salpêtrière - Freud étudiant assidu effaré par la puissance que détiennent sur les patients les hypnotiseurs remplacera l'hypnotisme par le transfert) on ne peut pas ne pas déboucher tôt ou tard sur le phénomène OVNI.

En cas de doute lire les ouvrages sur les agents du changement par Fabrice Bonvin.
L'inconscient collectif étudié par Jung rejoignant la grande bibliothèque universelle dont il est question dans les ouvrages de Bonvin.

Objectif de l'intelligence supraterrestre comment arrêter le carnage de la planète, d'une part, élévation de la conscience, de l'autre

d'urgence

Écrit par : MB | 02 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Parfois, malgré tous mes efforts, il arrive que l`un de mes patients guérisse... Alors, un grand taxi couleur de nuit au moteur étonnamment silencieux s`arrete a la grille de l`asile et le patient guéri sait qu`il doit monter a son bord. Personne n`a jamais vu le chauffeur dont les vitres sombres ne laissent entrevoir que les contours flous d`un visage longiligne et blafard. La portiere arriere droite s`ouvre alors d`elle-meme dans un chuintement glacial et, au lieu de la molesquine rassurante d`une banquette, on apercoit des lambeaux de brouillard verdatres légerement luminescents. Le taxi repart alors immédiatement, aussi silencieusement qu`il est arrivé et je vois dans le regard des autres patients qui ont assisté a la scene d`adieu avec moi qu`ils me sont reconnaissants d`etre parvenu a ne pas les guérir, eux. C`est a ce moment seulement que les dobermans de la concierge se hasardent a pointer leurs museaux de derriere les poubelles ou ils s`étaient réfugiés en tremblant de terreur et que le Pere Ignaz qui, pendant tout ce temps besognait leur maitresse a l`intérieur de la loge de concierge, en ressort avec la soutane encore a moitié retroussée et fait un grand signe de croix en direction de la route menant a l`univers des gens normaux. Vade Retro Satanas! Glapit-il en crachant sur les empreintes de pneus laissées par le mystérieux taxi noir dans le gravier rose de l`allée...

Écrit par : Dr Zinzin | 02 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Ce très long parcours, 1963 pour le tout début puis de 1969 jusqu'à ce jour, PROCESSUS dont je n'écrirai pas plus sur un blog comprend l'aspect PAROUSIE: quelque chose dans le ciel correspondant à l'annonce du Royaume par les évangiles donnant la parole à Jésus (vécu ou non, on parle des textes) le Royaume "comme une PERLE" après avoir été comme un FEU

puis le mot APOCALYPSE soit révélation sur soi-même

puis fin non du monde mais d'un monde

vécu individuellement

bientôt collectivement?

A ceux qui rigolent en admettant que tout cela se précise et s'authentifie... comment résonnera la parole évangélique: "Ce n'est pas pour rire que je vous aimais (ou ai aimés) "?

Écrit par : MB | 03 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Les livres de Fabrice Bonvin bourrés de références ne sont en rien "délirants",

Le phénomène OVNI est-il annoncé dans la Bible, notamment les "signes dans le ciel" et, interprétation personnelle, la femme ne serait-elle pas Gaïa notre terre mère?

Les élémentaires, esprits de la terre, tels gnomes, fées, ondines ou elfes visibles, bien réels étaient les gardiens de la terre.
Au passé puisque plus rien n'est respecté et Bonvin estime que le phénomène OVNI non agressif vu l'indifférence et la suite des dégradations écologiques pourrait prendre d'autres tournures.
Vagues d'OVNIs autour des centrales nucléaires et lors des essais... de façon telle, précise Bonvin, que les dates décidées pour les prochains essais nucléaires annoncent les vagues d'OVNIs.
Phénomène télépathique pour la communication.

L'Evangile de Thomas n'est pas étranger à l'ensemble ainsi que le Moïse et le monothéisme de Freud, Jung avec l'inconscient collectif.

Bonvin effaré par l'indifférence générale aux prédictions de tout ce qui nous attend écologiquement parlant, épuisement des réserves, climat avec pays s'enfonçant sous l'eau, effet de serre par l'évaporation pluies nombreuses se demande si les causes de cette apathie ne seraient pas les effets de tous les calmants, tranquillisants, somnifères, etc. que nous ingurgitons.

Ayant offert mon témoignage "1869" a des personnes n'estimant pas nécessaire non seulement d'envoyer un petit merci, ou une impression ou simple accusé réception... je priai en disant ne même pas savoir si mes lignes sont lues.
Et demandai à Dieu si c'est ainsi qu'il traite les gens de bonne volonté.
Assez étonnement ce blog, comme celui de Monsieur Thomann, pour l'essentiel aura sans doute été lu par quelques personnes qui, ensuite, de ce témoignage en penseront ce que bon leur semblera.
Il m'a été, par "1969", demandé de rendre ce témoignage.
Je m'en suis ainsi acquittée.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 03 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Je corrige témoignage: "1969"

Écrit par : Myriam Belakovsky | 03 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

En dernière, en notre temps, le DRAGON de l'apocalypse pourrait être la Chine et le Dalaï-lama a écrit que le prochain Dalaï-lama a des chances d'être chinois.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 03 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Le conte a rebours a commencé, le programme de réalité virtuelle que vous appelez "univers" sera bientot updaté et la nouvelle version débarrassée du virus "humanité" oh yeah!

Écrit par : le messie du troisieme, pres de l`ascenseur | 03 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

ET la pédophilie au sein de l'église catholique ?

Il semble que ça n'intéresse pas la très sectaire Myriam, qui rempli ce blog avec ses diversions !!

Écrit par : Corto | 03 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Un jour, j`ai trouvé un gros pédophile dans mon jardin. Découpé en lamelles avec de l`oignon et du persil, ca a fait une omelette a damner tous les saints du paradis et meme d`ailleurs. Je crois que c`en était un de l`espece hollywoody-a-laine.

Écrit par : bretzel liquide | 03 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Corto,

La pédophilie ne m'intéresse franchement pas

Vous, si

Au fond, pourquoi?

Pourquoi toujours les mêmes rengaines?

Quel est votre problème?

La réponse ne passe pas par X Y ou Z

Juste... par vous

Écrit par : Myriam | 03 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

"Il s'agit de ne pas confondre licence et liberté. Vous ne prêteriez jamais votre taxi à quelqu'un qui commet des infractions au code de la route. " (Marie-France de Meuron)

Effectivement.

C'est un point de vue.

Un point de vue vu depuis un panneau routier planté au bord d'une autoroute au lieu d'un panneau routier planté dans un désert.

La différence entre ... le code de la route sur une autoroute, et le code de la route dans un désert.

La différence, c'est que le panneau planté dans un désert, on le contourne. Tandis que, le panneau routier planté sur le bord d'une autoroute, on le dépasse.

Ou la différence entre conduire dans un blog TéVévisuel, et un blog Partenaire-de-la-TdG-virtuel, (une TdG très fantasmago-imaginaire, à pas confondre avec la TdG scripturale-littérale, beaucoup plus investie par l'effort de la recherche que par le capital du click de souris), donc, ... un blog, ... (celui de Pierre Jenni, donc), ... à pas confondre avec les blogs Edu-visuels, ou Publicito-visuels, ou Endoctrino-visuels, ou Hypnotico-visuels, ou Emo-visuels, ... bref ... tous ces blogs pleins de commentateurs-encodeurs-missionaires pour convertir les blogs à penser à sens libre ... en blogs à penser à sens unique.

Surtout les commentateurs encodeurs qui se prennent pour un panneau planté au bord de l'autoroute, autour desquels y'a pas la place de tourner autour.

Cependant, il existe une espèce rare de panneau routier, un prédateur vivant dans les déserts, qui se camoufle en oasis, promettant de l'eau aux voyageurs perdus, mais en réalité qui se nourrit de leur soif.

https://s1.postimg.org/2y72fpn7vj/wsk.jpg

Écrit par : reconcassable | 03 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Elle a frôlé le viol par son père (il y a plusieurs versions), syndrome de Stockholm conjugué d'un syndrome de grenouille de bénitier, là, pas de doute, je suis mal tombé !

Le violeur edmond kaiser a t-il abusé de sa fille, selon Myriam : Oui !!!

Écrit par : Corto | 03 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Après edmond, tarik !!

Y a que du beau monde sur la riviera lémanique-nique-nique !!!

Écrit par : Corto | 04 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Lorsqu'il n'y a rien à faire, comme ce maître à bord d'un blog qui continue à laisser déshonorer un défunt qui n'a jamais violé sa fille mais, entre autre, lutté contre les violences faites aux fillettes à propos d'excision, ce, avec Benoîte Groult, apparenté à Tariq Ramadan... croyant qu'il existe un principe ordonnateur que j'imagine comme grand médecin derrière un bureau dont on peut sentir la présence je me visualise en train de rassembler comme des feuilles de dossier le conflit en cours (jamais de ma vie rencontré quelque chose de pareil, en l'occurrence... que je dépose sur le bureau de ce grand Patron et je lui dis de bien vouloir prendre ce dossier en charge car moi-même je n'y puis rien.

Écrit par : MB | 04 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

P.S. Compris dans ce "dossier" ceux qui utiliseraient les commentaires d'attaques et de réponses aux attaques, suspicions, inventions, etc. des deux blogs de Pierre Jenni pour en faire un bouquin

un propriétaire de blog se dispense d'écrire régulièrement des articles en abandonnant son blog aux divagations d'attaques comme d'inventions diffamatrices d'un ou deux

puis un "auteur" qui reprend l'ensemble pour en faire un bouquin

magnifique un tel reflet ou éclat-étincelle d'intelligence créatrice... de la part de personnes a priori érudites

A pleurer

Écrit par : MB | 04 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

J`ai entendu dire que ce sera édité en livre de poche et simultanément traduit en une douzaine de langues. Selon certaines rumeurs, Hollywood serait aussi intéressé.

Écrit par : ah lala... | 04 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

En une étude il serait intéressant de présenter la démarche d'un calomniateur qui commence par appeler sa victime principale par ses nom et prénom puis sans la nommer enfin juste... par son prénom

un responsable de blog chatouilleux quant à la mémoire de son propre père dès qu'il s'agit des opinions exprimées des autres laissant déshonorer un défunt: sa première justification, les suivantes

S'il y a, comme expliqué, une justice dépassant la relative peu convaincante justice des hommes... particulièrement ces temps

on verra (ou non)

Écrit par : MB | 04 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Vous ne savez pas ce que "tordu" veut dire ? Un bon exemple aujourd'hui dans 24 heures (et probablement aussi dans la TdG), à propos des élèves genevoises de Tarik Ramadan :
"Léa (14 ans à l'époque) a subi les foudre de ce professeur "possessif et jaloux", qui la qualifiait d'aguicheuse. Elle a résisté, en a parlé autour d'elle, y compris avec ses parents. Avec le recul, elle met les choses en perspective :
"Avant d'être ce leader musulman, il était un homme tordu, intimidant, qui usait de stratagèmes relationnels pervers et abusait de la confiance de ses élèves."

Écrit par : Géo | 04 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

"il était un homme tordu, intimidant, qui usait de stratagèmes relationnels pervers et abusait de la confiance de ses élèves."

On dirait qu`elle parle de John Goetelen..

Écrit par : Dr sigmund von Zinzin | 04 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Qui c`est ce Goetelen?

Écrit par : Dr Zinzin | 04 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Ce qu'était Ramadan ne l'empêcha pas d'être la coqueluche des médias et des plateaux de télévision au cœur même des présentatrices, et c'est gratiné, l'invité de choix.

Écrit par : MB | 04 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Celles qui étaient adolescences dans les années 90 sont aujourd'hui mères et se projettent différemment dans leur propre passé. Flattées autrefois de susciter le désir d'un homme mur, elles se rendent aujourd'hui compte qu'elles ont été des proies. Elle prennent conscience qu'elles se sont senties salies depuis et pour toujours, sans réussir à comprendre leur propre sentiment. Elles savent désormais que c'est ce qu'elles portaient dans leur for intérieur pendant toutes ces années. Elles parleront. Et l'on verra des feux d'artifice de prétextes tout aussi fallacieux les uns que les autres, comme "les aider à découvrir leur corps", "ce sont elles, monsieur le juge, je vous le jure !"...
Aujourd'hui mères, elles ne souhaiteraient pas que leur fille, leur nièce ou leur petite fille subisse ce qu'elles analysent aujourd'hui comme du viol et/ou des actes de pédophilie. Car un homme se doit de se distancier poliment d'une adolescente qui "l'aguiche". Il n'a pas le droit, en raison des séquelles indélébiles que cela laisse sur sa petite victime, d'y voir une opportunité.
Ramadan n'est que le sommet de l'iceberg, spécialement entre Genève et Lausanne.
Car certains avaient toujours de la viande bien fraîche à pétrir, justement parce-qu'ils avaient une réputation sulfureuse dans les préaux des collèges, ECG et autres écoles de commerce...
Il y a eu un emballement, une sorte d'industrie de la porcherie à l'échelle de quelques individus autours desquels gravitaient une poignée de toutes jeunes filles émoustillées qui se renouvelait au fil des ans. Quelque chose de nouveau et d'inédit face auquel on ne sait pas si on doit agir. Et agir ça veut dire dénoncer et risquer d'avoir le mauvais rôle... Avec le recul, beaucoup de souffrances pour alimenter un plaisir égocentrique, égoïste et pervers. Beaucoup de souillure juste pour un ego narcissique très mal placé. Un égo qui se nourrit de la destruction du peu d'innocence qu'il reste a une adolescence qui cherche sa féminité et surtout qui est d'une grande naïveté. Avec cette croyance qu'en se donnant en pâture à un pervers on grandira un peu. Mais rien de bon ne se passe. Les problèmes restent et viennent s'y greffer d'autres problèmes. La honte et le dégoût s'installent pour toujours, sans qu'on y trouve de remède... Devenir une mère de famille "digne et responsable" n'y change rien, ce n'est pas un remède miracle...
La honte et le sentiment de souillure perdurent. Et vient aussi la peur que la vérité se sache, la peur d'avoir tantôt le statut de putain et celui de victime, accablée par la honte. Mais il FAUT parler. Il faut que la vérité se sache, car il faut que cela cesse.
C'est que jusqu'ici les petites victimes étaient jugées plus ou moins capables de discernement et surtout coupables de leurs propres agissements. On considérait que c'était de la faute de leurs parents, de leur éducation... Alors rien n'était fait. On considérait le "tombeur" simplement comme un "homme à femmes", on le regardait d'un mauvais oeil, mais on ne faisait rien...
Aujourd'hui, c'est un fait : Les dégâts sont là. La satisfaction d'avoir consommé et consumé cette viande fraiche s'est fanée. Le plaisir s'est évanoui et il ne reste que la frustration, l'amertume, le fiel, la haine et le mépris. La souffrance pour tous, même pour le "bourreau des coeurs" qui finit par se dégoûter lui-même. Il vomira sa détestation de lui-même partout ou il peut ouvrir la bouche.
C'est que tout se paie, rien n'est gratuit en ce monde. La vérité éclate toujours au grand jour. Car elle est comme ces racines qui ressortent, sur le sol lavé par la pluie au fil des ans.
Rien ne sert de tenter de se racheter une conduite en déversant son fiel, en se dressant sur une caisse à savon à la façon d'un vieux fou qui prédit la fin du monde et en prêtant aux autres ses propre tares et en dénonçant leurs crimes pour détourner l'attention !
Le mal est fait. Ce qui est détruit est détruit. Avec des conséquences qui dépasseront l'entendement, l'imagination des esprit se croyant les plus fins. On prévoyait de provoquer de la vexation et on s'en réjouit, mais on récolte des torrents de lave et des singularités qui repousseront toute limite établie. Finira par sortir de ce sol délavé par la pluie ce qu'on n'aurait jamais pu croire voir un jour de son vivant. Le libre arbitre a été négocié et utilisé comme monnaie d'échange. Ça a été accompli par un et les sceaux sont et seront scellés pour toujours. Comprendra qui pourra, que les autres passent leur chemin ! Qu'ils détournent le regard et se taisent !

Écrit par : Dr Tutut | 04 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Fichtre, Dr Tutut, vous avez pondu tout ça tout seul ? "Finira par sortir de ce sol délavé par la pluie ce qu'on n'aurait jamais pu croire voir un jour de son vivant." On sent l'influence de cher vieux Philipullus...

Écrit par : Géo | 04 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Pour conclure, quelques mystères :
I - la pluie écarlate
II - 3 heures au clocher
III - le ciel s'illumine, le soleil qui prend feu
IV - le chien disparait dans sa propre poussière
V - les étoiles tombent quand la lune se cache
VI - le printemps, le blé
VII - la tour de glaise et la chute de l'empire
IIX - autant d'étoiles amies que de continents

Là aussi, comprendra qui pourra. Et que les autres passent leur chemin ! Qu'ils détournent le regard et se taisent ! Regardez plutôt que ce vous avez laissé dans votre four. Votre journal est dans la corbeille à papier. Bien à vous.

Écrit par : Dr Tutut | 04 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Minuit sonne au clocher
Une fenêtre s'ouvre
Une main se tend
Et l'on entend:
"Merde, y pleut!"

Écrit par : Mario Jelmini | 05 novembre 2017

"Ce qu'était Ramadan ne l'empêcha pas d'être la coqueluche des médias et des plateaux de télévision au cœur même des présentatrices, et c'est gratiné, l'invité de choix."

Je propose qu`exceptionnellement la charia soit appliquée a ce monsieur qui a commis le crime d`adultere.

On comprend mieux pourquoi il proposait un moratoire de la lapidation.

Écrit par : Dr Islam | 05 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Le vent de novembre chante le Te Deum dans la toiture ruinée de la chapelle des fous. Merci, Dieu, d`avoir créé la folie, si douce en ce monde de normalité furieuse.

Écrit par : Ignaz, le moyne des sables | 05 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Puisque ce blog est un peu un fourre-tout (! Non, pas toutes !), voici un texte tiré de la dernière livraison toute chaude de Antipresse. Après tout, Joachim Landwehr, recherché par la police française pour tentative de meurtres envers agents publics, est un Genevois...

ANGLE MORT par Fernand Le Pic
LES ANTIFAS SANS CAGOULE
Ils frappent partout, mais semblent venir de nulle part. Ils dénoncent un «fascisme» omniprésent et fantasmé. Ils n’ont aucune existence juridique mais bénéficient d’incroyables indulgences judiciaires. Qui sont-ils?
Les Antifas se plaisent à revêtir le noir, toujours encapuchonnés et masqués comme les Black Blocks, dont ils sont l’avatar. Comme on le sait, la dénomination Schwarzer Block fut imaginée dans les années 1980 par la police de Berlin-Ouest pour désigner les Autonomes de Kreuzberg. Ce quartier jouxtant le «Mur» faisait encore partie du secteur d’occupation US jusqu’en 1990. Autrement dit, les Black Blocks sont nés dans un territoire sous contrôle militaire américain.
C’est important, car au même moment apparaissait aux États-Unis, plus exactement à Minneapolis (Minnesota) l’Anti-Racist Action Network (ARA). Ce groupe recrutait dans les mêmes éprouvettes punk et squat qu’au sein du laboratoire de Berlin Ouest. Entre scientifiques de l’agitprop, on collabore. Dissous en 2013 pour ressusciter sous le nom de Torch Antifa Network, le but de ce mouvement était, dès l’origine, de combattre le sexisme, l'homophobie, les idées anti-immigrationnistes, le nativisme, l'antisémitisme ou encore l'anti-avortement. Bref, quelques-uns des leviers de démantèlement d’une société traditionnelle bordée d’ignobles frontières, que l’on retrouve aussi bien dans les programmes officiels de la Commission de Bruxelles et de ses ONG-écrans que dans les feuilles de route de la galaxie Soros.
Les étranges filières de l’argent «humanitaire»
Mais on a beau se faire appeler du doux nom d’Anti-Racist Action Network, cela ne suffit pas: il faut des sous. En cherchant un peu, on les trouve en Alabama, du côté du SPLC (Southern Poverty Law Center), une ONG qui se targue, sur son propre site web, d’être la matrice de l’ARA. Autrement dit, la genèse des Antifas américains n’a évidemment rien de spontané. C’est à ce richissime SPLC qu’a incombé la tâche de créer cet ARA de laboratoire. Il est vrai qu’avec une dotation de financement de plus de 300 millions de dollars, le SPLC a de quoi voir venir, même si on retranche le salaire net de son président, qui émarge à plus de 300'000 dollars par an. C’est beau le «non-profit» politique au pays de l’oncle Sam!
Mais si ces gens-là ont les moyens, ils ne jouent pas pour autant la transparence sur l’origine des fonds. Il est vrai qu’on n’aime jamais trop raconter pourquoi ces fonds devraient transiter par les Iles Caïmans ni comment ils ont connu la tirelire d’un certain Bernard Madoff.
Mais pourquoi le SPLC? Très simple, en dehors de la défense de ses minorités préférées, la spécialité du SPLC est de ficher ses adversaires politiques, systématiquement qualifiés de «fascistes», qu’ils le soient ou non, puis de publier ses listes noires très élaborées et constamment mises à jour. Un travail de pro qui est devenu une référence du genre.
Et les barbouzes qui s’en mêlent
Ce modèle d’activisme et de fichage très professionnel ne vient évidemment pas de nulle part. Il est notamment issu du modèle imaginé par le mouvement Friends of Democracy qui était en réalité une antenne américaine des services secrets britanniques durant la Seconde Guerre mondiale. Son but officiel était de pousser les Américains à entrer en guerre, tout en fichant les récalcitrants, ce qu’il a continué à faire jusqu’à la fin du conflit.
Son organe de communication avait pour titre Propaganda Battlefront dont on peut encore trouver des copies en ligne.
On notera, juste en passant, que ce nom a été ranimé en 2012 par Jonathan Soros, fils de George Soros. Ce choix n’est évidemment pas un hasard.
Pour revenir à nos Britanniques, ces derniers furent également très actifs à domicile, puisque, toujours dans les années 1980, ils fondaient à Londres L'Anti-Fascist Action (AFA), recrutant là encore dans les mêmes milieux punk et squat. Le label «action antifasciste» avait quant à lui été inventé par les communistes européens des années trente. Une contrefaçon de marque politique non déposée qui présentait l’avantage de donner l’illusion d’une filiation légitime. (Il paraît que question détournement d’image, on sait très bien faire dans les services.)
A la veille de la chute du Mur, on voit donc bourgeonner aux États-Unis et partout en Europe les mêmes affiliations à un antifascisme «Canada Dry», qui a le goût et l’odeur de l’antifascisme communiste historique, mais pas une goutte de communisme dans sa composition chimique. Une façon de monopoliser l’usage de l’infamante étiquette «fasciste» contre tout adversaire d’un postcommunisme 100 % américanisé, tel qu’il apparaîtra dès 1989, avec la chute du Mur.
Une galaxie hors la loi
Il existe donc une raison objective à la simultanéité de l’apparition des Antifas ces années-là. Mais comme c’est encore le cas aujourd’hui, on se garda bien de créer la moindre structure juridique qui permettrait de remonter jusqu’aux organisateurs et financeurs avérés. Il vaut toujours mieux, surtout lorsqu’on travaille avec le grand banditisme. Un nom fut en effet exposé au grand jour pour ses liens avec la mafia de Manchester. Il s’agissait de Desmond «Dessie» Noonan, grand Antifa devant l’éternel mais surtout braqueur professionnel et chef de gang, soupçonné d’une centaine de meurtres (1). Outre ses responsabilités directes dans l’AFA, il fut également l’un des exécuteurs attitrés des basses œuvres de l’IRA. Il mourut finalement poignardé devant chez lui à Chorlton (sud de Manchester), en 2005.
Son frère Dominic Noonan prit le relais. Outre ses activités mafieuses, on le filma en train de diriger les graves émeutes de Manchester de 2011, dont le déclencheur fut la mort de son neveu, Mark Duggan. Ce dernier, soupçonné d’être impliqué dans un trafic de cocaïne, s’était fait abattre par la police le 4 août 2011, ayant résisté à son arrestation dans le quartier de Tottenham. Il s’ensuivit une semaine d’insurrection qui s’étendit jusqu’à Liverpool, Birmingham, Leicester ou encore le Grand Londres, faisant 5 morts et près de 200 blessés parmi les seuls policiers.
La porosité des services de renseignement, de la mafia et des activistes d’extrême gauche n’est pas sans nous rappeler le rôle des Brigades rouges dans le réseau Gladio, piloté par l’OTAN. Il se trouve que justement les Autonomes Ouest-berlinois de la guerre froide finissante étaient eux-mêmes affiliés au mouvement italien Autonomia Operaia (« Autonomie ouvrière»), très proche des Brigades rouges. Le monde est si petit!
Tout ce que la police n’ose pas faire
Mais le point commun le plus spécifique à tous ces Antifas du monde demeure le fichage. Derrière leurs épais écrans de fumée lacrymogène, leurs capuches noires et leurs casses de vitrines qui font toujours les gros titres, il leur incombe essentiellement de ficher en masse leurs adversaires politiques et d’en exposer publiquement les identités et les occupations, exclusivement sur la base de leurs opinions politiques ou religieuses. Une tâche qui est précisément interdite aux autorités, en démocratie.
Ces mouvements sont donc objectivement, à cet égard, des supplétifs des services de police et de renseignement. Ce qui explique notamment leur proximité, voire la facilité de leur noyautage, leur impunité ou encore l’extrême difficulté qu’on peut avoir à les identifier.
Le cas Joachim Landwehr
C’est par exemple le cas de Joachim Landwehr (28 ans), citoyen helvétique, condamné à 7 ans de prison le 11 octobre dernier par le tribunal correctionnel de Paris, pour avoir, le 18 mai 2016, bouté le feu à l’habitacle d’une voiture de police grâce à un engin pyrotechnique, avec ses deux occupants encore coincés à bord. Une peine plutôt légère pour une atteinte à la vie de policiers.
On sait que Landwehr est lié au groupe suisse «Action Autonome», dont les mots d’ordre passent notamment par le site , dont 90 % du contenu relève du fichage, avec un degré de précision qui dépasse très largement les capacités d’une équipe d’amateurs, même à temps plein. On se demande d’ailleurs ce qu’attend le Préposé cantonal à la protection de données pour se saisir du dossier.
On sait également qu’il était présent lors de la manif antifa de Lausanne de mai 2011, et que c’est sans doute lui aussi qui a mis en ligne une petite vidéo de propagande à la gloire de sa promenade.
On sait enfin qu’il fut acquitté en août 2017 par le tribunal de police de Genève, alors qu’il y avait participé à une manifestation interdite.
Des agitateurs venus de la «haute»
En revanche, on connaît mieux les profils de ces complices parisiens. Par exemple, Antonin Bernanos, condamné à 5 ans de prison dont 2 avec sursis, est l’arrière petit-fils du grand écrivain Georges Bernanos. On reste issu d’un milieu plutôt cultivé et protégé chez les Antifas. On imagine que l’œuvre de l’illustre aïeul avait encore sa place dans les discussions familiales. Yves, le père du délinquant et réalisateur sans succès de courts-métrages, le confirmait lors d’une interview pour KTO, l’organe cathodique de l’archevêché de Paris, lequel diffusa d’ailleurs l’un de ces courts-métrages, par charité chrétienne sans doute. Mais on n’a pas trop de mal à comprendre que c’est sa femme, Geneviève, qui fait bouillir la marmite. Elle a la sécurité de l’emploi comme fonctionnaire. Elle est en effet directrice de l’aménagement et du développement à la mairie de Nanterre. Côté convictions, elle est fière de n’avoir pas raté une seule fête de l’Huma depuis ses 15 ans.
Dès l’arrestation de leurs deux fils (Angel, le plus jeune, sera mis hors de cause), Monsieur et Madame Bernanos ont arpenté les radios, les salles de rédaction, les collectifs et manifs en tous genres, pour dénoncer l’ignominie policière montée de toutes pièces par l’État fasciste contre leur digne rejeton. Ils ont reçu le meilleur accueil, notamment chez Médiapart. Ils ont même réussi à enrôler le vieux Me Henri Leclerc, qui osa comparer l’arrestation du jeune Bernanos aux fameux morts du métro Charonne, durant la guerre d’Algérie. Il arrive que les fins de carrières soient pathétiques…
Ce qui frappe, c’est la facilité avec laquelle les relais d’opinions se sont mobilisés en faveur d’un délinquant, dont on omet par ailleurs complètement de dénoncer le racisme, sachant que l’un des policiers qu’il attaqua était noir. Dans les réseaux deep-state, on assure donc autant le service après-vente que l’anesthésie morale.
Même milieu BCBG pour Ari Runtenholz, condamné aussi à 5 ans de prison assorti de sursis, pour avoir défoncé l’arrière de la voiture de police à l’aide d’un plot métallique. Lui, on le trouve classé 34ème de l’épreuve d’épée aux championnats de la fédération française d’escrime de 2013. Il pratique aussi la voile à Granville (Normandie) et participe à des régates officielles. Sports très popu, comme chacun sait.
Nicolas Fensch, informaticien sans emploi, détonne quant à lui par son âge (40 ans). Il prétend être arrivé là par hasard, alors que les vidéos le montrent s’acharnant à frapper le policier noir avec une tige, très semblable à un nerf de bœuf. La parfaite maîtrise du geste trahit néanmoins un entraînement certain. Qui est-il vraiment? Les policiers qui ont gaffé à l’audience sur le noyautage de la bande n’en diront pas plus. Il écopera aussi de 5 ans dont 2 avec sursis.
Il y a enfin le LGBT de service: David Brault, 28 ans, devenu mademoiselle Kara, sans adresse en France. Ce(tte) citoyen(ne) américain(e) a traversé tout spécialement l’Atlantique pour la petite fête improvisée. On se demande tout de même si ce n’est pas le SLPC qui lui aurait payé son billet et ses faux frais? Verdict: 4 ans de prison dont 2 avec sursis pour avoir lancé un plot métallique à travers le pare-brise dans le but d’atteindre les passagers. Pas très doux, le trans. Pendant les audiences, à l’extérieur du Palais de justice, plusieurs centaines d’Antifas viendront, comme il se doit, provoquer violemment la police, en soutien à leurs camarades de promotion. Il faut savoir garder la forme et les écrans de fumée.
Les confluences profondes
Mais casser de la vitrine ou du flic n’est pas tout. L’idéologie est là. A y regarder de près, elle n’a certes pas grand-chose à voir avec le marxisme, le trotskysme ou l’anarchisme, ni même avec les Gardes rouges de Mao.
Elle égrène en revanche tous les mots d’ordre qu’on lit ouvertement sur tous les sites des ONG-Ecrans du deep-state euro-atlantique et sorosien: défense des LGBT, de la théorie du genre, des migrants, du multiculturalisme, de l’ineptie des frontières, du voile islamique, et même du Kurdistan libre. Et l’inévitable complément: attaques contre Trump, Vladimir Poutine, le «régime» syrien alaouite, etc.
Dans les quincailleries en ligne des antifas, on trouve évidemment toute la panoplie du parfait émeutier connecté et tous les conseils pratiques qui vont avec. Un mode de propagation qui a très largement fait ses preuves depuis les révolutions de couleur. Une routine du «sans limite», car il faut quand même bien les motiver ces jeunes!
Et justement, c’est l’abolition des limites qui est la première condition à la jouissance de la grande casserie. Mais là n’est pas le plus important. Ce qui compte, c’est que, sous couvert de combattre un fascisme fantasmé pour les besoins de la cause, on fiche à tour de bras et on rend tout cela public. Et cela ne scandalise évidemment personne. L’agit-prop manipulée et noyautée par les «services» est donc un leurre. Pendant qu’on s’interroge sur les excuses sociales de leur violence urbaine, ou la qualification juridique de leurs crimes téléguidés, les soutiers de l’antifascisme constituent, là, sous nos yeux, une branche administrative de la police politique du deep-state, qui n’a rien à envier aux recrues de la Stasi.
NOTES
1. Cf. Sean Birchall, Beating The Fascists, Freedom Press, Londres, 2010.
________________________________________

Écrit par : Géo | 05 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

tarik a également violé des jeunes garçons !!

Écrit par : Corto | 05 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

D'après les témoignages, tarik ne violait pas pour commettre l'acte sexuel, il violait pour soumettre et humilier, en fait, il serait impuissant !

Écrit par : Corto | 05 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

95% des violeurs sont impuissants ou ont un sexe miniature !

Écrit par : Corto | 05 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Géo a écrit chez Thévoz l'islamophile:
"Reconnaissons une très grande qualité à M.Thévoz : il n'a pas peur de publier les commentaires adverses. Contrairement à nombre de blogueurs par ici...
Félicitations..."

J'ai envoyé le pastiche suivant (remplaçant l'islam de la prose de Thévos en réponse à Sonia par néo-nazisme):
"@Thévoz Le sujet de mon billet porte sur la néo-naziphobie et les rejets du néo-nazisme ainsi que les travers de certains partis politiques en Suisse qui en font un objet uniforme et totalement répulsif. Or, le néo-nazisme en Suisse, ce n'est pas cela. Il me semble donc extrêmement important de ne pas amalgamer et laisser libre cours à une pensée autosuffisante qui dirait : il y a des néo-nazis extrémistes donc tous les néo-nazis sont des néo-nazis extrémistes. Cela est extrêmement dommageable pour la cohésion de notre pays, et pour la place que des citoyen-ne-s adeptes du néo-nazisme y occupent.
Je suis totalement en accord avec vous sur la claire condamnation de toute violence.
il me semble donc d'autant plus important de clarifier les bases du débat, énoncer le plus sereinement possible quels en sont les enjeux et les difficultés dans le cadre de notre état de droit, et ouvrir des espaces de dialogue, de rencontre, et de confrontation des idées en évitant surtout de mettre tous les néo-nazis dans le même sac. Concernant vos assertions sur le fait que le néo-nazisme serait intrinsequement plus violent que l'islamisme cela est idéologiquement, historiquement, complètement erroné. Il n’y a pas d'idéologie qui soit plus violente qu’une autre. La violence découle de conditions socio-économiques et politiques, qui sont contextuelles."

Pastiche censuré. Qui pratique la censure? Qui manque d'humour? Historiquement nous connaissons tous la réponse.

Écrit par : Gengis Khan | 05 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Thévoz aurait dû publier. C'est un lâche de ne pas l'avoir fait.
Félicitations pour votre humour (ironie), Gengis.

Écrit par : Mario Jelmini | 06 novembre 2017

Et le voilà qui vient mettre de l'huile sur le feu. Vous noterez que sa technique est maintenant connue de tous. La demi-portion se tient en embuscade en attendant que le sujet ait son genou à terre pour ramener sa fraise. Le pleutre, le rikiki.

Écrit par : MU | 06 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Voulez dire le Corto? Il ne faut pas le traiter de demi-portion, il a aussi son role a jouer dans le grand zoo du bon Dieu comme nous tous. C`est comme une pile de lampe de poche, il faut un pole plus mais aussi un pole moins pour que la lumiere soit. Avant, il m`énervait aussi le Corto et le rosaire me démangeait de l`étrangler avec mais j`ai appris a me calmer en allant donner a manger aux canards gonflables de la mare derriere la chapelle. J`invite tout le monde a en faire autant.

Écrit par : Ignaz, le moyne des sables | 06 novembre 2017

Votre blog est censuré.
Vous le savez.
Bonne route à vous, et vive la Démocratie.

Écrit par : demande | 06 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Pour les novices et spécialement pour le faussaire ci-dessus, quand je signe, c'est comme suit : Corto avec une majuscule !!

Je sais que mes absences engendre des manques compulsifs, mais mettez un peu du votre !!

Quand à l'autre, qui donne des leçons d'électricité entre 22 promenades, hé mec, par contre chez toi, y a pas la lumière partout !

Écrit par : Corto | 07 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Ignaz a raison, Corto-avec-majus-cul. Sans obscurité pas de lumiere. Chacun sa place donc dans le grand zoo divin.

Écrit par : Tintin | 07 novembre 2017

Peut-on savoir comment il se fait que le blog «Post Tenebras Lux» n'ait pas encore été fermé malgré le nombre impressionnant de lecteurs qui ont signé la pétition "COULONS LE BLOG DE PIERRE JENNI, qui est devenu un vrai dépotoir" adressée à M. Jean-François Mabut, responsable des blogs de la TdG ? Voir http://chn.ge/2hoPeml (il n'est pas encore trop tard pour signer!).

Écrit par : Mario Jelmini | 10 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Le blog de Jeeny est mort !!!!!

Écrit par : Corto | 10 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Après avoir lu certains commentaires ci-dessus au sujet de M. Tariq Ramadan je ne peux m'empêcher de réagir, tant la mauvaise foi dont font preuve certains intervenants est manifeste.

La prétendue "affaire" Ramadan n'en est pas une. Le véritable problème, c'est le comportement des femmes et les nippes qu'elles portent.

Tariq Ramadan est l'exemple type d'un arbre qui porte des fruits. Et comme le dit le proverbe: «On ne jette des pierres qu'à l'arbre qui porte des fruits». Or il se trouve précisément que l'éminent islamologue est en ce moment l'objet d'accusations totalement invérifiables émanant comme par hasard toujours du même type de personnes: des femmes occidentales ou des musulmanes occidentalisées dont les tenues vestimentaires (entre autres: épaules nues, top transparents sans soutien-gorge, jeans troués jusqu'au haut des cuisses, micro-shorts laissant apercevoir le bombé des fesses, jeans taille basse + string apparent) sont autant d'exhibitions sexuellement harcelantes envers les hommes.
Ces agressions permanentes, qui relèvent de l'incitation au viol, doivent cesser.

La seule solution viable consiste à imposer aux femmes une tenue stricte qui n'excite pas la libido masculine.

La burqa, qui a largement fait ses preuves dans de nombreux pays, est la solution tout indiquée.

J'invite par conséquent nos frères et soeurs musulmans/anes ainsi que tous les sympathisants ou non de l'islam à signer la pétition intitulée «Obligation pour les femmes de porter la burqa sur l'ensemble du territoire suisse» en se rendant sur la page web « http://chn.ge/2zwzBU6 ».

Il importe en effet de mettre un terme à la décadence des moeurs qui frappe nos sociétés dites modernes en renouant avec les principes pérennes qui sont à la base de toute civilisation.

Écrit par : Mario Jelmini | 12 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

"Pour les novices et spécialement pour le faussaire ci-dessus, quand je signe, c'est comme suit : Corto avec une majuscule "

Le seul faussaire ici c`est Corto avec majus-Cul. Corto le paranoiaque diagnos-toqué par Dr. Mario.

Écrit par : Dr Tintin | 12 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Sieur Corto en épisode dépressif ?

Écrit par : profiler | 13 novembre 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire