29 octobre 2017

Oups !...

images.pngVersion familière du mea culpa selon Wikitionaire

Petite mise au point avant que la rédaction me sanctionne pour mon laxisme sur les blogs.

Lire la suite

19:09 Écrit par Pierre JENNI dans Blogs, Conflits, Feeling, Philosophie | Lien permanent | Commentaires (190)

06 juin 2017

Droit à l'erreur féconde ou entropie, le choix de la tolérance.

DIVAGATIONS EN ZIG-ZAG 7tolerance-1.jpg

Lire la suite

11:51 Écrit par Pierre JENNI dans Conflits, Feeling, Philosophie, Politique | Lien permanent | Commentaires (43)

11 mai 2017

Apologie de la guerre

maxresdefault.jpg"La paix soit avec vous !". Cette formule de salutation, parmi les plus répandues dans toutes les langues, aurait-elle encore un sens si, sur notre Terre, pouvait régner une paix universelle capable de nous faire perdre jusqu'au souvenir de la notion de guerre ?

Qu'est-ce que la paix ? Se conçoit-elle autrement que par l'absence de tout conflit ? La paix, prise dans son sens absolu, n'est-elle pas un état statique, une immobilité totale par l'exclusion de toute lutte, de tout changement en devenir, de quelque progrès que ce soit ?

En somme, la paix des morts ! Morts à la guerre ou morts… à la fin d'une longue lutte pour l'existence ! Qu'est-ce que cela change ? Tous ne se sont-ils pas battus, d'une manière ou d'une autre ? À présent nous croyons qu'ils ont la paix; du moins le souhaitons nous.

Réhabiliter la guerre. Quel singulier défi. Et pourtant tout le monde fait la guerre avec la meilleure conscience du monde. Guerre à la guerre clament les pacifistes. Les ingrats ! À qui doivent-ils donc le sens qu'ils peuvent donner à… leur combat pour la paix ?

Faisons donc un peu la paix… avec la guerre, en lui rendant justice et en lui témoignant un peu de la reconnaissance que nous lui devons.

Merci, donc, à la guerre pour tout ce qu'elle nous a apporté de positif; pour tout ce qu'elle nous apporte encore; pour ce qu'elle nous apportera demain.

Merci pour l'Iliade et pour l'Odyssée, pour Roland de Roncevaux et toute la littérature épique. Merci à Napoléon premier pour "l'Aiglon" d'Edmond Rostand. Pour le sucre de betteraves et tant de progrès techniques suscités par son blocus.

Merci, à Messieurs Hitler et Mussolini, à Joseph Staline. Grâce à eux, tant de héros se sont révélés pour notre exaltation. Merci, pour le trop plein de haine ainsi catalysée en la déversant en toute-bonne conscience sur ces effroyables fauteurs de guerre. Pour l'énormité des atrocités commises grâce auxquelles nous pouvons toujours nous croire meilleurs, par comparaison.

Merci à tant de Nations d' en avoir férocement décousu. Merci, entre autres, aux Français, d'avoir battu les Autrichiens à Solferino, tout juste pour révéler Henry Dunant et sa Croix-Rouge.

Grâces soient rendues à Yahvé-Sabaoth, le Dieu des armées qui commanda aux Hébreux de passer tous leurs prisonniers au fil de l'épée.

Loués soient : Le Dieu qui inspira les croisades et l'inquisition, Allah le Grand au nom duquel est décrété de Djihad qui promet le paradis aux auteurs d'attentats terroristes et aux preneurs d'otages innocents.

Merci à Monsieur Sadam Hussein pour le divertissement de la guerre du Koweit et celle du Kurdistan chaque jour renouvelé à l'heure du repas et des informations. Merci à Monsieur le Président des Etats-Unis d'Amérique pour avoir retenu son général Schwarzkopf juste à temps pour nous réserver la perspective d'une nouvelle série télévisée d'épisodes aussi divertissants.

Merci à tous les méchants (les autres, évidemment) de nous faire bons par comparaison et de nous donner ainsi (aux uns et aux autres, évidemment) bonne conscience dans la juste guerre que nous leur faisons.

Merci à certains patrons exploiteurs qui donnent un sens à la vie des secrétaires syndicaux. Merci aux grévistes, surtout ceux qui abusent et détruisent l'économie qui les fait vivre, ménageant ainsi un champ d'action sans cesse renouvelé aux constructeurs.

Merci, donc, à la guerre sous-toutes ses formes qui tue certes beaucoup… mais qui fait vivre tant de gens, y compris les politiciens qui s'entre assassinent, le sourire aux lèvres, amis et adversaires confondus.

La vie a du goût grâce à la guerre. Une paix totale la rendrait fade et, pour ainsi dire, inexistante. Appelons de nos voeux l'Apocalypse future qui détruira totalement notre engeance, osons l'espérer avant que, devenu trop nombreuse en dépit des saines exterminations, elle n'en vienne à s'entredévorer, tant par nécessité que par raffinement culinaire.

Est-il donc innocent, cher lecteur, le souhait que je formule à ton égard en concluant : " La Paix soit avec toi ! " ?

Le Lignon, le 14 février 1992

Hermann JENNI

13:33 Écrit par Pierre JENNI dans Conflits, Guerre, Paix, Philosophie | Lien permanent | Commentaires (138)