05 août 2017

La vérité même si je mens

ob_c4ab83_hypocrites-620x330.jpgJe suis tombé par hasard - mais le hasard existe-t-il - sur l'émission de ce jour Philo in vivo de la 1ère RTS qui traitait de la vérité. Elle ne m'a pas laissé indifférent. A tel point que je fais une entorse à mon besoin de me faire plus rare ici.

Alice Bottarelli, étudiante en lettres, en était l'invitée avec Molière et Me Marc Bonnant.

 

Je n'ai pu réprimer un sourire en coin lorsque Marc Bonnant a annoncé en toute franchise sa sympathie pour Philinte dans le Philanthrope. Mon cerveau s'est mis en route tout seul avec des analogies, des comparaisons, des prétextes et autres informations plus ou moins encombrantes qui contribuent à se former une opinion qui deviendra notre réalité du moment. Je n'en attendais pas moins de lui, ou de n'importe quel avocat, qui doit forcément développer une capacité hors normes pour le cynisme puisque leur métier consiste à défendre leurs clients envers et contre tout.

Toute ma vie est presque une caricature d'Alceste dont l'arrogance confine à la bêtise ultime qui consiste à croire en une vérité que seule la sincérité, l'honnêteté, l'intégrité et une intransigeance sans faille permettrait d'approcher.

C'est bien mal connaitre l'humain et c'est surtout le meilleur moyen de faire le vide autour de soi.

Qui a raison ? Molière semble suggérer que les deux attitudes, poussées à leur extrême, sont ridicules. Marc Bonnant fait preuve d'une étonnante sincérité en avouant sa préférence pour le mensonge courtois. Il fait l'éloge de la générosité et réclame le retour des belles manières qui permettent le vivre ensemble.

Il semble faire fi des éventuelles conséquences à plus long terme. Sous prétexte qu'il existe autant de vérités que d'individus, il semble se prétendre capable d'évaluer la validité d'un mensonge altruiste qui procède pourtant de la même ignorance car l'humain qui disposerait de toutes les informations n'est pas né.

Je reconnais volontiers la sagesse de Molière qui se rit de ces extrêmes et je vais surveiller à l'avenir mon besoin d'authenticité.

Mais je ne puis réprimer un doute sur les intentions profondes de Me Bonnant qui semble édulcorer un tableau pour mieux y figurer. Ou, pour le dire plus simplement, il tente de se racheter une virginité en justifiant une attitude qui permet aux plus puissants de l'emporter, encore et toujours, car l'égalité est un mythe.

Merci à Alice et Molière de nous rappeler que la vérité se situe quelque part entre Alceste et Philinte et qu'elle ne peut être que quelque chose vers quoi on tend sans jamais l'atteindre.

21:05 Écrit par Pierre JENNI dans Philosophie | Lien permanent | Commentaires (252)

22 juin 2017

DIEU L'innommable...

Le-sans-nom.jpgDIVAGATIONS EN ZIG-ZAG 9

Je termine ici l'hommage à mon père par cette dernière divagation plus tardive. Beaucoup de points d'interrogation un peu plus d'un an avant sa mort. 

Hermann nous a quitté le 21 décembre 2008. Il a succombé à une seconde crise d'AVC après trois semaines d'hospitalisation. Il est parti en paix.

Merci à tous ceux qui ont participé activement à la discussion.

Lire la suite

15:33 Écrit par Pierre JENNI dans Dieu, Philosophie, Religions, Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (38)

15 juin 2017

Créateur, Création, n'est-ce pas tout un ?

DIVAGATIONS EN ZIG-ZAG 8y34x4bq8.jpg

Lire la suite

09 juin 2017

La fin du libéralisme

images.duckduckgo.jpgL’idéologie du capitalisme triomphant validé par l’ensemble des nations, ouvertement ou non, repose sur un pré-requis questionnable : L’individu.

Qui suis-je, si ce n’est un ensemble de particules et d’atomes assemblés selon un schéma hasardeux qui mélange un héritage génétique et un acquis culturel ?

La liberté individuelle, si chère aux libéraux et autres libertaires, suggère que l’individu est le mieux placé pour savoir ce qui lui est favorable.

En face, on a la gauche au sens large qui estime que le bien général passe avant celui de la personne et qu’il est donc nécessaire de renforcer l’Etat et les règles qui permettent une distribution équitable des ressources.

A mon avis, les deux tendances sont à côté de la plaque ce qui semble d’ailleurs se confirmer par les récentes sanctions populaires avec l'élection d'un président français, ni de gauche, ni de droite, ou la renaissance des formations dites populistes pour dénoncer l’incurie du système partisan.

Le salut viendra vraisemblablement de la technologie et de la science qui ont d’ores et déjà tué Dieu et qui permettent de comprendre les raisons de nos limitations.

Dans son dernier ouvrage, « La révolution transhumaniste », Luc Ferry fait la moitié du chemin en espérant sauver ce qui peut l’être, notamment en tentant de ridiculiser Jeremy Rifkin qui annonçait déjà la fin du travail il y a vingt ans.

Mais d’autres, un peu plus pointus et actuels comme Yuval Noah Harari avec son « Homo Deus » nous offrent une analyse non complaisante qui déconstruit tout le mythe libéral et sa main invisible si chère aux tenants de la doctrine.

La question du libre arbitre est plus que jamais ravivée à l’aube de l’intelligence artificielle qui promet de surpasser à relativement court terme la suprématie de l’homo sapiens et fait écho aux premiers doutes relevés par Benjamin Libet dans les années 80 lorsqu’il a pu mesurer la latence entre une décision et la validation par le cerveau.

Qu’on le veuille ou non, l’avenir proche confirmera la supercherie du soi et toutes ces écoles qui fleurissent pour favoriser le développement personnel, ou tous ces psys qui prétendent, ou tentent désespérément, de nous guérir de maux que nous nous sommes construits, en suivant des modes ou des courants de pensée obsolètes.

Reste juste à espérer que la gauche ne récupérera pas ces révélations pour venir nous infliger son idéologie de répartition équitable, aussi insupportable que celle de l’inégalité inéluctable.

 

PS. Luc Ferry donne une conférence à Hermance samedi prochain à la Fondation Brocher.

 

06 juin 2017

Droit à l'erreur féconde ou entropie, le choix de la tolérance.

DIVAGATIONS EN ZIG-ZAG 7tolerance-1.jpg

Lire la suite

11:51 Écrit par Pierre JENNI dans Conflits, Feeling, Philosophie, Politique | Lien permanent | Commentaires (43)

31 mai 2017

Y a-t-il, dans la nature, une loi sans exception ?

Lois_nature.jpgDIVAGATIONS EN ZIG-ZAG 6

Lire la suite

17:24 Écrit par Pierre JENNI dans Philosophie, Sciences, Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (99)

28 mai 2017

Naissance de l'espace-temps élémentaire

DIVAGATIONS EN ZIG-ZAG 4PHO92805e66-b0f1-11e3-bf76-c82cacd41847-805x453.jpg

Lire la suite

17:14 Écrit par Pierre JENNI dans Dieu, Philosophie, Sciences | Lien permanent | Commentaires (5)

11 mai 2017

Apologie de la guerre

maxresdefault.jpg"La paix soit avec vous !". Cette formule de salutation, parmi les plus répandues dans toutes les langues, aurait-elle encore un sens si, sur notre Terre, pouvait régner une paix universelle capable de nous faire perdre jusqu'au souvenir de la notion de guerre ?

Qu'est-ce que la paix ? Se conçoit-elle autrement que par l'absence de tout conflit ? La paix, prise dans son sens absolu, n'est-elle pas un état statique, une immobilité totale par l'exclusion de toute lutte, de tout changement en devenir, de quelque progrès que ce soit ?

En somme, la paix des morts ! Morts à la guerre ou morts… à la fin d'une longue lutte pour l'existence ! Qu'est-ce que cela change ? Tous ne se sont-ils pas battus, d'une manière ou d'une autre ? À présent nous croyons qu'ils ont la paix; du moins le souhaitons nous.

Réhabiliter la guerre. Quel singulier défi. Et pourtant tout le monde fait la guerre avec la meilleure conscience du monde. Guerre à la guerre clament les pacifistes. Les ingrats ! À qui doivent-ils donc le sens qu'ils peuvent donner à… leur combat pour la paix ?

Faisons donc un peu la paix… avec la guerre, en lui rendant justice et en lui témoignant un peu de la reconnaissance que nous lui devons.

Merci, donc, à la guerre pour tout ce qu'elle nous a apporté de positif; pour tout ce qu'elle nous apporte encore; pour ce qu'elle nous apportera demain.

Merci pour l'Iliade et pour l'Odyssée, pour Roland de Roncevaux et toute la littérature épique. Merci à Napoléon premier pour "l'Aiglon" d'Edmond Rostand. Pour le sucre de betteraves et tant de progrès techniques suscités par son blocus.

Merci, à Messieurs Hitler et Mussolini, à Joseph Staline. Grâce à eux, tant de héros se sont révélés pour notre exaltation. Merci, pour le trop plein de haine ainsi catalysée en la déversant en toute-bonne conscience sur ces effroyables fauteurs de guerre. Pour l'énormité des atrocités commises grâce auxquelles nous pouvons toujours nous croire meilleurs, par comparaison.

Merci à tant de Nations d' en avoir férocement décousu. Merci, entre autres, aux Français, d'avoir battu les Autrichiens à Solferino, tout juste pour révéler Henry Dunant et sa Croix-Rouge.

Grâces soient rendues à Yahvé-Sabaoth, le Dieu des armées qui commanda aux Hébreux de passer tous leurs prisonniers au fil de l'épée.

Loués soient : Le Dieu qui inspira les croisades et l'inquisition, Allah le Grand au nom duquel est décrété de Djihad qui promet le paradis aux auteurs d'attentats terroristes et aux preneurs d'otages innocents.

Merci à Monsieur Sadam Hussein pour le divertissement de la guerre du Koweit et celle du Kurdistan chaque jour renouvelé à l'heure du repas et des informations. Merci à Monsieur le Président des Etats-Unis d'Amérique pour avoir retenu son général Schwarzkopf juste à temps pour nous réserver la perspective d'une nouvelle série télévisée d'épisodes aussi divertissants.

Merci à tous les méchants (les autres, évidemment) de nous faire bons par comparaison et de nous donner ainsi (aux uns et aux autres, évidemment) bonne conscience dans la juste guerre que nous leur faisons.

Merci à certains patrons exploiteurs qui donnent un sens à la vie des secrétaires syndicaux. Merci aux grévistes, surtout ceux qui abusent et détruisent l'économie qui les fait vivre, ménageant ainsi un champ d'action sans cesse renouvelé aux constructeurs.

Merci, donc, à la guerre sous-toutes ses formes qui tue certes beaucoup… mais qui fait vivre tant de gens, y compris les politiciens qui s'entre assassinent, le sourire aux lèvres, amis et adversaires confondus.

La vie a du goût grâce à la guerre. Une paix totale la rendrait fade et, pour ainsi dire, inexistante. Appelons de nos voeux l'Apocalypse future qui détruira totalement notre engeance, osons l'espérer avant que, devenu trop nombreuse en dépit des saines exterminations, elle n'en vienne à s'entredévorer, tant par nécessité que par raffinement culinaire.

Est-il donc innocent, cher lecteur, le souhait que je formule à ton égard en concluant : " La Paix soit avec toi ! " ?

Le Lignon, le 14 février 1992

Hermann JENNI

13:33 Écrit par Pierre JENNI dans Conflits, Guerre, Paix, Philosophie | Lien permanent | Commentaires (138)

07 mai 2017

Liberté… mais surveillée !

DIVAGATIONS EN ZIG-ZAG 3statue-liberty.jpg

Lire la suite

18:30 Écrit par Pierre JENNI dans Dieu, Philosophie, Religions, Sciences, Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (5)

03 mai 2017

Monothéisme, polythéisme n'est-ce pas tout un ?

images.duckduckgo.jpgDIVAGATIONS EN ZIG-ZAG 2

Lire la suite

10:38 Écrit par Pierre JENNI dans Dieu, Philosophie, Religions, Sciences, Spiritualité | Lien permanent | Commentaires (61)